Des Innovations médicales accessibles et acceptables ?

Nous savons que depuis des siècles les avancées médicales sont des atouts majeurs dans les soins fournis aux personnes malades. Grâce aux découvertes des innovations médicales depuis la première guerre mondiale certaines sont des avancées très encourageantes est accessibles à toutes personnes souffrantes mais d’autres sont très chère et ne sont pas imaginables de pouvoir un jour les réalisées sur des humains pour des questions d’éthiques.

On cherche donc à savoir dans quelles mesures les innovations médicales depuis la première guerre mondiale, sont-elles éthiquement acceptables et financièrement accessibles à tous les Européens.

Innovation futuriste.

Depuis la première mondiale en 1914, les recherches sur la santé se font de plus en plus importantes car les soldats qui partent au front sont dans des conditions d’hygiène insuffisante. Ils souffrent de virus, d’infections de plaies, de perte d’un ou plusieurs membres ou même de trou sur une partie de leur visage.

C’est pour cela qu’après la bataille de la Marne le 6 septembre 1914, Marie Curie ajoute des radios dans les véhicules qui transportent les blessées afin d’effectuer les premiers soins d’urgence le plus rapidement possible. Ces véhicules sont appelés les « petites curies ». De plus grâce à cette invention les radiologies sont aussi installée dans les hôpitaux. Beaucoup de soldats sont alors infectés à cause de plaies qui n’ont pas été désinfectées. De ce fait, ils utilisaient alors le Dakin afin de désinfectés les différentes plaies.

Suite à ses multiples infections qui parfois ont couté la vie, les vaccins ont été créés et sont aussi très prisés afin d’éviter le plus possible les maladies des tranchées. Le vaccin est alors très important pour la vie des soldats. La vaccination anti typhoïque est obligatoire dans l’armée française. Ce vaccin sert à prévenir la fièvre typhoïque. Le vaccin contre le tétanos est aussi utilisé. Le microscope lors de son invention a pu être utilisé afin de voir les particules virales c’est-à-dire que ce sont des cultures de cellules pour obtenir leur multiplication et amène alors à préciser la nature des virus et leur composition chimique.

La transfusion sanguine est très mal connue au début de la guerre car les médecins ont des difficultés à mettre en œuvre les techniques de transfusion directe. Le chirurgien Bruce Robertson développe alors de nouvelles techniques de transfusion. Sa méthode consiste à prélever du sang et ajouter du citrate afin de faire coaguler le sang. Grâce à cette méthode le sang peut être conserver et transporter facilement aux blessés.

La chirurgie d’urgence et les opérations font des progrès spectaculaires. Les médecins réalisent des premières greffes sur les « gueules cassées » et les deux plus grandes greffes réalisés sont la peau et les os. Il faut attendre les années 1952 et 1954 pour voir un petit progrès dans les greffes. Les première greffes du foie ont été réalisés en 1963 et la première greffe du cœur suit en 1967. De plus, les chirurgiens utilisent la systématique de la structure précoce pour éviter les amputations immédiates. Les prothèses s’améliorent pour remplacer une partie perdue ou un membre.

Depuis, ces innovations ont beaucoup évolué. En 2015, des chercheurs découvrent un principe pour transplanter un cœur artificiel à des patients. Le principe de ce nouveau cœur artificiel est d’éjecter du sang aux organes mais d’être non pulsatif, le cœur ne bat alors plus du tout. L’avantage de cette prothèse est qu’elle est de petite taille, avec un poids léger, simple et une grande durée de vie. Il y a 7 ans deux personnes décident d’étendre ce concept en conservant un cœur qui ne bat plus du tout. En 2011, ils font des essais déjà sur des veaux où les transplantations sont totalement réussites. Ils tentent alors pour la première fois sur un patient qui était en fin de vie. La greffe tue le patient un mois et une semaine plus tard ce qui est déjà une tentative historique. Le projet sur ce cœur qui ne bat plus se poursuit mais en 2015 les résultats ne sont pas encore communiqués.

Les prothèses ont beaucoup évolué, cependant le système qu’elles utilisent datent de plus de cinquante ans c’est-à-dire des années 1970 voir 1960. Le système utilisé et la myoélectricitée. Il faut donc grâce à ses prothèses contrôler par étapes et séparément les différentes articulations de sa prothèse. Pour contracter un bras il faut des semaines d’apprentissages mais beaucoup de personnes abandonnent car c’est trop dur pour eux. Le problème est qu’il y a deux paradoxes avec ces prothèses :

  • Il y a un décalage entre ce qu’ils imaginent possible de faire avec la prothèse et la réalité de l’appareillage
  • Il y a un décalage entre l’avancement technologique du matériel et l’impossibilité de le contrôler.

engineer-4904908_1280

-> Pixabay

Comme nous avons pu le voir lors de la première guerre mondiale il y a beaucoup d’avancées dans les soins médicaux et encore énormément aujourd’hui. En effet grâce à l’indice de l’innovation de 2019, cette année nous pouvons voir que les soins médicaux ont beaucoup évolué grâce et surtout aux mégas donnés et à l’intelligence artificielle.

Pour les médicaments, ce sont des processus long et couteux cependant grâce aux mégas données et à l’intelligence artificielle ils ont un processus plus efficace. Les simulations informatiques font des découvertes sur des molécules médicamenteuses plus efficaces.

close-up-1853400_960_720

-> Pixabay

Les méthodes de diagnostics ont évolué grâce aux technologies sur l’intelligence artificielle permettent d’analyser d’énormes quantités de donnés, les médecins prendront alors des décisions car ils seront mieux informés grâce aux observations et ils pourront mieux prédire les infections. Grâce aussi au perfectionnement des microscopies et de la radioscopie cela permet de voir de mieux en mieux les détails de l’intérieur du corps. Nous avons pu voir qu’entre les deux guerres une nouvelle technique de perfectionnement comme pénétrer dans les bronches, l’œsophage et la trachée à l’aide d’un tube rigide avec une ampoule au bout.

Il y a des évolutions dans la création de matériels d’aide afin de diagnostiquer, surveiller et soigner les maladies des patients. Grâce à ces nouveaux matériels de santé le personnel soignant peut assurer des soins à distance avec des appareils portatifs. Cela réduit alors les coûts et améliorent les soins à l’extérieur de l’hôpital.

Mais il y a aussi de nombreuses innovations dans le domaine de la médecine moléculaire. L’observation est au centre de la démarche car elle devient plus précise avec la nanoscopie. La médecine moléculaire est né en 1920 grâce au Sir Archibald Garrod qui découvre une maladie inné d’un métabolisme grâce au travail des enzymes. Puis en 1949 Linus Pauling identifie les anomalies moléculaires de l’hémoglobine qui assurent l’oxygénation des tissus.

 

L’éthique pour des innovations responsables.

A contrario, ces innovations dans le domaine médical suscitent de nombreuses questions d’éthique, de coût financier et de questions sociales.

En 1960, les personnes commencent de plus en plus à critiquer la déshumanisation des soins. Pour les médecins il y a trois devoirs moraux qui reposent sur la réflexion de l’éthique et de la déontologie :

  • Compétences professionnelles
  • Prudence et sens des responsabilités
  • Disponibilité et dévouement

L’interrogation sur les pratiques médicales tel que la transplantation d’un cœur artificiel expose le professionnel de santé à évaluer la pertinence et les conséquences de son action. Cette avancée, comme d’autres, fait évoluer la science mais aussi les codes de l’éthique dans l’espoir d’être rapidement applicable et accessible au monde. Seulement, nous avons pu voir que le coût de ces technologies nouvelles ne permet pas à la majorité de la population mondiale d’en disposer.

L’utilisation de l’intelligence artificielle pose également des problèmes d’éthique et d’intégrité, son utilisation est-elle pertinente ? L’acceptation de cette nouvelle technologie dans la société remet en cause son coût et son utilité car au-delà de ses performances innovantes, l’utilisation de l’intelligence artificielle reste encore un domaine à élargir pour les innovations médicales futur.

artificial-intelligence-3382521_960_720

-> Pixabay 

Les innovations et avancés technologiques dans le domaine de la santé n’ont jamais été aussi rapide qu’aujourd’hui (avancé thérapeutique). C’est pourquoi celle-ci nous confronte à des brevets et le code éthique de la santé dans le devoir de soigner un patient avec déontologie sans penser aux avancés, aux progrès ou aux profits qui pourra se faire ensuite.

Malgré un système de santé fragile et parfois instable les innovations médicales ne cessent d’accroitre au fil du temps. Certaines pratiques parfois critiqués ou non reconnu par le code de l’éthique ont pour but de développer le système et améliorer notre avenir. Le coût financier de ses pratiques, de la conception et mise en forme et de l’achat du produit reste encore peu connu par le grand public.

Nous pouvons donc conclure, d’après nos recherches et nos connaissances, que les innovations dans le domaine de la santé, qu’elles soient matérielles, dans la recherche, social, financière, reste un domaine essentiel créé par l’homme pour l’homme. Mais au fils du temps, cet essentiel devient une propriété politique et une arme d’Etat pour montrer son pouvoir, c’est pourquoi le coût de ses œuvres ne permettent pas à toute la population d’en profiter. Depuis la première guerre mondiale, les innovations médicales n’ont fait qu’accroitre et nous rendre service (exemple : les vaccins), or depuis quelques années ses innovations ont de plus en plus évoluer et le code éthique ne permet pas toujours de les mettre en place.

Julie TOURNIER et Zoé BOUVOT

  • DUPLANTIE Andrée, DURAND Guy, LAROCHE Yvon et LAUDY Danielle. Open Edition Books. Histoire de l’éthique médicale et infirmière, chapitre 6 L’époque contemporaine (la première moitié du XX° siècle) (en ligne), 2000. (consulté le 03/01/2021). Disponible sur : https://books.openedition.org/pum/14325
  • HIRSCH Emmanuel. Cairn.info. L’innovation scientifique justifie l’innovation éthique. Dans TRAITÉ DE BIOÉTHIQUE. pages 165 à 179.  2018 . (consulté le 15/12/2020) Disponible sur : https://www.cairn.info/traite-de-bioethique-iv–9782749260839-page-165.htm
  • JARRASSE Nathanël. Cahiers français. Le handicap, un enjeu de société. La recherche au défi du handicap : l’exemple des prothèses (revue), 07/2019. (consulté le 03/01/2021). 
  • MENARD Joël. L’Innovation en santé Haut Conseil de la Santé Publique. La politique de l’innovation en santé page 18 : L’innovation dans le domaine de la santé. Juin 2002. (consulté le 15/12/2020) PDF
  • TROUILLER Patrice. SEVE , Les Tribunes de la Santé. Diffusion et accès à l’innovation médicale dans les pays en voie de développement. Une bataille perdue ? pages 73 à 85. 2004. (consulté le 19/12/2020) https://www.cairn.info/revue-les-tribunes-de-la-sante1-2004-1-page-73.htm
  • VILLIERS Matthieu. Science et vie. Les nouveaux miracles de la chirurgie du cœur. Dépasser la nature avec un cœur qui ne bat plus, mais qui pulse en continu (revue), 09/2015. (consulté le 03/01/2021). 

4 réflexions sur « Des Innovations médicales accessibles et acceptables ? »

  1. Bonjour,
    Le sujet est intéréssant, l’article me paraît complet et bien organisé. Les informations sont claires et pertinentes, bravo!
    BRUILLARD Bastien

  2. Je trouve que votre blog est bien rédigé et bien structuré, on différencie bien les paragraphes.
    Vos exemples d’innovations sont bien expliqués et claires, on comprend bien le message que vous voulez faire passer.
    De plus, les innovations médicales est un bon sujet d’actualité car nous aurons toujours besoins de soins médicaux dans nos vies.
    SCHORI Elise

  3. Cet article est très intéressant, il nous informe sur beaucoup de choses dont ne nous sommes pas particulièrement au courant. Il est bien structuré et rend la prise d’information très facile. Cet article répond bien à la problématique posée.
    Nicolas NEVEU

  4. Bon article bien structuré, clair et facile à lire. L’article est riche en information et correspond bien à la problématique. Continué comme cela.
    Damien GUILLARD

Les commentaires sont fermés.