L’autonomie chez les jeunes d’aujourd’hui

Au jour d’aujourd’hui le système français ne pousse pas les jeunes à l’autonomie. Les inégalités sont toujours présentes entre les élèves du aux différences d’origines sociales cependant l’éducation est un pilier fondamental de l’accès à l’autonomie. Néanmoins l’éducation n’est pas le seul élément à prendre en compte afin que les jeunes accèdent à l’autonomie, chez les jeunes Français, elle repose en grande partie sur la famille.
Le système français à beaucoup de faiblesses notamment une obsession du classement ainsi qu’une tendance à aider les familles plutôt que les jeunes Y.


Les différences intergénérationnelles en France

  • La génération X est en fonction

La Génération X est née dans les années 1960 à 1980. Elle est aussi connue sous le nom de génération « Baby Bust » en raison du faible taux de natalité par rapport à la génération qui les précèdes qui sont la génération baby-boom.

Cette génération X a connu deux chocs pétroliers, la crise, le chômage, l’arrêt de la croissance, le communisme.

Cette génération a vécu un creux au niveau professionnel, trouvant difficilement des emplois stables et bien rémunérés car le chômage à commencer en 1973 après le choc pétrolier.
Pour éviter de connaître le chômage ou subir des contrats précaires, les employés de cette génération ont tendance à garder leur emploi et à rester attaché à un poste.

Cette génération à le besoin d’apprendre, de se développer et de se donner des défis. Le salaire n’est pas l’élément principal de leur motivation pour aller au travail. Cette génération s’épanoui au travail et situe le travail au premier plan de leur préoccupations. C’est la première génération qui à l’accessibilité à l’école quel que soit leur niveau de vie.

  • La génération Y est en prévision

La génération Y ou génération digitale.En France, la génération Y regroupe environ 13 millions de personnes soit près de 21% de la population française. Il s’agit de la génération la plus importante depuis la génération du Baby-boom.

Elle a grandi avec des écrans d’ordinateurs, des consoles de jeux vidéo et ont été plongé directement dans le monde d’Internet. Ils jugent plus important leur santé mentale ou physique, que se détruire au travail. Ils sont donc à la recherche d’une bonne qualité de vie. Pour cela ils sont prêts à quitter leur région voire leur pays ou passer d’entreprises à entreprises.
Les 35 heures sont idéals pour cette génération. Ils n’hésitent pas à se former afin de pouvoir évoluer tout au long de leur carrière. Le changement de travail ou de taches à réaliser ne leur fait pas peur au contraire ils aiment cela.

La génération Y est celle qui rencontre le plus de problèmes au niveau du chômage de la  précarité et  de la pauvreté, cela est dû au chômage de la France qui laisse pas de chance aux jeunes qui veulent entrer sur le marché de l’emploi.

  • La génération Z est en amélioration

La génération Z, née après 1995 est considérée comme la génération silencieuse. Elle a grandi avec les réseaux sociaux et est connectée en permanence. Elle vit des nouvelles technologies et ne devrait sûrement pas connaître de difficultés à trouver un emploi car la génération du baby-boom prend petit à petit sa retraite et devrait laisser sa place sur le marché du travail.
Néanmoins on ne peut pas encore affirmer cela car l’économie française peut bouleverser le marché de l’emploi. Pour le moment cette génération ne se trouve pas sur le marché du travail.

La génération Z est ambitieuse et semble avoir le sens du travail. 80% préfère avoir un bon travail plutôt qu’une bonne relation sentimentale. Cette génération pense qu’avoir beaucoup d’argents est un indicateur de réussite. Les jeunes Z semblent motivés à travailler dur à condition que l’on puisse rester connecté en permanence. 70% des jeunes déclarent communiquer plus en ligne que dans la vie réelle

generation-x-y-z1

« l’ABC des génération X, Y et Z», source familleeger, http://familleegger.blogspot.fr/2015/06/labc-des-generations-x-y-z.html


Stop aux ravages du chômage

  • Les études sont rudes

 Les jeunes d’aujourd’hui sont confrontés dans toute l’Europe aux mêmes évolutions : l’allongement de la durée des études liée à la nécessité de mieux se former et plus longtemps afin de trouver une place dans le monde du travail qui est en constante évolution. Mais les jeunes issus de la génération Y augmentent également leur nombre d’années d’études pour retarder leur arrivée sur le marché du travail dû à la crise.

De ce fait, la France comporte aujourd’hui l’une des jeunesses les plus diplômées d’Europe mais l’école française ne parvient pas à freiner les inégalités entre les élèves, liées aux différences d’origines sociales. L’éducation constitue un des piliers fondamentaux de l’accès à l’autonomie.

En France dans les années 1960, les enfants issus des classes populaires (père ouvrier ou employé peu qualifié) étaient très peu nombreux à continuer leurs parcours au-delà de l’enseignement primaire du aux faibles ressources financières. Aujourd’hui, 25% d’entre eux accèdent aux cycles d’études supérieures. Toutefois les élèves issus des milieux sociaux les plus favorisés sont bien représentés dans les filières les plus prestigieuses. Cependant l’Etat n’est pas totalement absent, il finance des bourses ou des allocations logement pour les étudiants mais un grand nombre d’entre eux – environ 50% – travaillent afin de financer leurs études.

Selon une enquête réalisée par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) la France est le pays dans lequel l’origine sociale pèse le plus sur la réussite scolaire.
C’est également dans notre pays que le diplôme exerce une emprise particulièrement forte sur l’ensemble de la carrière.
Concernant l’accès à l’autonomie chez les jeunes français, elle repose en grande partie sur la famille et l’éducation.études sont rudes

« La génération Y de plus en plus attirée par l’art en ligne »,  source Hiscox blog,  https://blog.hiscox.fr/generation-y-attiree-art-ligne/

  • La génération Y dans le monde du travail

Les jeunes de la génération Y se considèrent comme plus polyvalents, plus compétents, plus efficaces et plus motivés que leurs aînés. Cela s’explique par l’effet d’âge (enthousiasme et motivation de la jeunesse) mais aussi par le fait que cette génération est plus diplômée que la précédente.

Les Y sont de jeunes actifs remettant en cause l’autorité, capables de passer rapidement d’un univers à un autre et ayant une forte capacité d’adaptation aux nouvelles technologies. La génération Y est souvent méprisée par leurs collègues de plus de 30 ans car ils sont considérés comme étant plus individualiste et ambitieux.
Malgré ce que pense les précédentes générations, les jeunes Y apportent une richesse aux entreprises compte tenu de leurs connaissances et compétences nouvelles desquelles les autres salariés sont dépourvus.

Mais les Y font face à des difficultés lors de leur entrée sur le marché de l’emploi, avec des salaires en baisse et des premiers emplois précaires comme des CDD (Contrats à Durées Déterminées). Ainsi, l’âge moyen du premier CDI (Contrat à Durée Indéterminée) est d’environ 30 ans. Les jeunes sont les premières victimes de la crise : en 2009 par exemple le chômage des moins de 25 ans a augmenté de 23,1% en un an.

Or l’un des avantages de cette génération est le fait que celle-ci soit plus diplômée que les précédentes, ce qui reste la meilleure défense contre le chômage. Toutes les expériences professionnelles réalisées (stages, apprentissage) tout au long des études permet à la génération Y d’être la génération la plus expérimentée en tenant compte de sa jeunesse.

Chômage des 15-24 ans en 2009

« Taux de chômage chez les 15-24 ans en 2009 », source Alternatives Economique, https://www.alternatives-economiques.fr/chemins-de-lindependance/00042339#


L’indépendance c’est tendance

  • L’autonomie et ses compromis

Le système de formation Français ne pousse pas les jeunes à l’indépendance. Ce modèle français a des faiblesses et notamment une obsession du classement ainsi qu’une tendance à aider les familles plutôt que les jeunes.

Dans les pays du Nord de l’Europe, la jeunesse se caractérise par un parcours long et mobile mais les jeunes accèdent à une indépendance assez tôt dû à une allocation directe et universelle de l’ordre de 800 € favorisant la transition entre les études et l’emploi.

En Angleterre, la société favorise des parcours plus courts avec un accès rapide sur le marché du travail afin de rembourser les crédits bancaires qui ont été réalisés pour financer les études des jeunes. L’objectif est d’acquérir une indépendance économique vis à vis de la famille.

Dans les pays méditerranéens, c’est la famille qui est un « modèle » d’accès à l’autonomie. La cohabitation avec les parents est « obligatoire » à moins d’avoir acquis une de ses trois conditions soit un emploi stable, être marié ou avoir un logement.

En France, les jeunes de la génération Y font partis des jeunes qui commencent et finissent le plus vite leurs études. Les Y ne sont pas ou peu incités à rechercher des expériences professionnelles et à gagner de l’indépendance tout en continuant leurs études.
Cette génération est dépendante vis-à-vis de leurs familles. Les familles bénéficient d’aides de l’Etat tel que les allocations familiales versées jusqu’à l’âge de 20 ans. Toutefois, les jeunes peuvent percevoir des aides comme l’allocation logement ou des bourses. Pourtant 50% des étudiants français sont forcés de devoir travailler afin de financer leurs études.

Alors comment devenir autonome lorsque l’on dépend financièrement de ses parents ?

« Sondage réalisé sur 100 élèves de l’ENIL de Besançon-Mamirolle », décembre 2017

  • Du point de vue des parents c’est différents

Les parents de cette génération Y font parti de la génération X. Ils ont beaucoup de problèmes à comprendre le mode de vie ou les choix réalisés par les jeunes Y.
Contrairement à la génération Y, les parents ont eu accès à vie active plus prématurément. Cette génération est plus engagée dans leur poste et se sent concerné par l’entreprise ou le client pour lesquels ils travaillent. Ils ne comptent pas leurs heures, car leur objectif personnel est de satisfaire leur supérieur.
Néanmoins le stress de la hiérarchie est bien moins important que celui de l’utilisation des nouvelles technologies.

La nouvelle génération est en quête de nouveauté, ils changent régulièrement de poste, d’employeur et n’hésite pas à quitter leur région afin de trouver un emploi qui les intéresse. Cette génération préfère collaborer au sein d’une équipe. Elle se sociabilise plus facilement afin de devenir amis entre collègues.


Pour conclure ,

Avec les différents points que nous avons évoqués, nous pouvons dire que l’autonomie chez les jeunes de la génération Y est un élément difficile à acquérir.
En premier temps par la hausse du chômage du à l’automatisation ou à la délocalisation des entreprises.
En second lieu en France nous avons un gros problème vis-à-vis de l’aide versé aux parents plutôt qu’aux étudiants, si les aides seraient versées aux étudiants ils seraient plus autonome et seraient plus indépendant.

 


Article rédigé par Flavie ROGER et Valentin BAUER


Bibliographie

  1. ALET, Claire et PECH, Thierry. Les chemins de l’indépendance (dossier : génération galère). Alternative Economique, publiée le 01/03/2011, n°300, p.59-61.
  2. BYS, Christophe. La génération Y ? Lucide et capable de faire des concessions, selon une étude de l’Apec [En ligne]. Usine Nouvelle, publiée le 21/04/2017 [Consultée le 29/11/2017]. Disponible sur : https://www.usinenouvelle.com/article/la-generation-y-lucide-et-capable-de-faire-des-concessions-selon-une-etude-de-l-apec.N529559
  3. GOMBERT, Guirec. De quelle entreprise rêve la génération Y ? [En ligne]. Régionjob, publiée le 22/01/2016 Consultée le 30/12/2017]. Ce site comporte des chiffres où la validité n’est pas certaine car ce sont des pronostics. Disponible sur : https://www.regionsjob.com/actualites/entreprise-reve-generation-y.html
  4. KREMER, Pascale. Frustrée, la jeunesse rêve d’en découdre [En ligne]. Le Monde, publiée le 25/02/2014 [Consultée le 19/12/2017].
    URL : http://www.lemonde.fr/emploi/article/2014/02/25/frustree-la-jeunesse-francaise-reve-d-en-decoudre_4372879_1698637.html
  5. LAROUR, Laurence. Des jeunes « Tanguy », « boomerangs » ou « sacrifiés ». L’Eco [Périodique]. Publiée le 12/02/2016. N°309, p.2-3.
  6. PEUGNY, Camille. La France s’sacrifie-t-elle sa jeunesse ? [En ligne]. Alternatives économiques, publiée le 20/04/2017 [Consultée le 29/11/2017]. URL : https://www.alternatives-economiques.fr/france-sacrifie-t-jeunesse/00078462
  7. PEUGNY, Camille. Favoriser l’autonomie des jeunes [En ligne]. Observatoire des inégalités, publiée le 03/11/2017 [Consultée le 19/12/2017]. URL : https://www.inegalites.fr/Favoriser-l-autonomie-des-jeunes
  8. OUDGHIRI, Rémy. Pourquoi la ‘’Génération Y’’ d’aujourd’hui ce n’est pas simplement ‘’les jeunes ‘’ d’hier [En ligne]. Huffingtonpos, publiée le 3/03/2017 [Consultée le 19/12/2017]. URL : http://www.huffingtonpost.fr/remy-oudghiri/pourquoi-la-generation-y-aujourdhui-est-pas-les-jeunes-d-hier_a_21897734/
  9. Sondage réalisé sur 100 élèves de l’ENIL de Besançon-Mamirolle.
  10. Emploi des jeunes – La génération Y face à la crise. In Ressources Humaines via siapartners [en ligne]. Ressources Humaines via siapartners, 2012, publiée le 11 septembre 2012 [consulté le 29 décembre 2017]. Disponible sur : http://rh.sia-partners.com/emploi-des-jeunes-la-generation-y-face-la-crise

 

This entry was posted in La jeunesse and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to L’autonomie chez les jeunes d’aujourd’hui

  1. btsenil says:

    Je trouve que cet article est très bien écrit, même si certains mots ressortent beaucoup comme « génération » il faudrait peut-être trouver un synonyme pour éviter trop de répétition dans les phrases.
    Ensuite les images illustrent très bien cet article et sont très clair et très compréhensibles.
    Le plan de l’article est bien trouvé et surtout bien organisé avec des exemples et une façon d’écrire qui est simple et compréhensible pour tous.
    J’ai vu aussi qu’il n’y avait pas 10 documents comme il aurai du, mais votre article reste quand même bien détaillé et assez long

    Anaïs LANFUMEY ANA1

  2. btsenil says:

    Votre article est bien rédigé et très intéressant. Les illustrations nous prouvent certaines choses comme le renfermement des jeunes dans la société, la différence de générations et le chômage très présent chez les 15-24 ans dans le monde. On retrouve pas mal de chiffres dans votre article ce qui beaucoup d’informations sur la génération Y. Je trouve que cette génération est tout de même très courageuse car elle rencontre un sérieux problème de chômage. Vous avez su réfléchir sur les points les plus importants à aborder et confronter les illustrations avec. Votre blog est peut-être à peine trop long.
    Loïse Cucherousset