Le e-commerce des années 2000 signe-t-il la fin du commerce traditionnel ?

En 1994, la France voit arrivé une nouvelle technologie qui regroupe toute les informations disponibles : Internet.

Internet se fait petit à petit une place dans les entreprises et dans les grandes administrations puis il s’étend aux foyers français jusqu’à devenir indispensable dans toute les maisons.

Ce réseau informatique héberge des milliers de sites, des encyclopédies, des forums, des blogs mais aussi des sites commerciaux de ventes en ligne.

Au cours des années 2000, ces sites de ventes ont développés leurs services pour pouvoir satisfaire de plus en plus de consommateurs via le réseau informatique. Ceux-ci ne sont donc plus obligés de se déplacer dans les magasins, ils n’ont besoin que de quelques clics pour commander et recevoir leur article à domicile. La vente en ligne prend de plus en plus de place dans la vie des consommateurs.

 

 

Comment les magasins traditionnels se servent du e-commerce ?

Il y a une très forte concurrence entre les entreprises. Pour se démarquer, elles mettent en place des procédés de plus en plus innovants et élaborés. Le e-commerce leurs ouvre de nouvelles portes.

 

Le cybercommerce peut être utilisé pour faire la promotion d’un magasin. Il permet aux entreprises les plus modestes de se faire connaître. Environ 32% des e-commerçants faisant partit de TPE (très petites entreprises) ou de PME (petites et moyennes entreprises) vendent leurs produits sur les places de marché (plateforme d’échange virtuelle  alliant les offres et demandes de clients et de vendeurs professionnels pour un secteur d’activité).

 

Bien que le e-commerce permette aux entreprises de se développer, il est la source d’un affrontement entre magasins et ventes en ligne concernant les prix. En effet, sur le web, les produits sont généralement moins chers qu’en magasin. Malgré tout une majorité d’acteur de la distribution est convaincu que le développement d’internet n’est pas une source de cannibalisation du point de vente: 60% en optique pensent que non et  57% dans la grande distribution. Les acteurs du textile et de la mode en sont moins convaincus (45% pensent que le e-commerce monopolise les points de ventes).

 

Le e-commerce est complémentaire et non destructeur du commerce traditionnel. Il permet de stimuler les ventes en magasin grâce à un phénomène appelé « cross-canal ». C’est une technique marketing utilisée dans le commerce donnant aux clients de nouveaux comportements d’achat. Lors du processus de décision pour l’achat de biens ou de service, le client change de moyen d’information, appelé « canal ». Il passe donc d’un canal, auparavant (le magasin), à un autre : le e-commerce.

Comment les consommateurs utilisent le e-commerce et quelles sont leurs attentes ?

Les consommateurs se servent du e-commerce de plusieurs façons afin de commander et se renseigner sur leurs achats.

La consommation digitale a cinq grandes tendances qui font évoluer le marché et qui sont dut aux habitudes de consommations des e-acheteurs : l’émergence des médias et divertissement, l’arrivée de nouvelles catégories d’équipements de la maison et de la personne, la multiplication des terminaux mobiles et la multiplication des smartphones et tablettes, le développement du multicanal qui est l’utilisation simultanée ou alternée de différents canaux de communication ou de contact à but commercial, la place croissante des réseaux sociaux et enfin l’apparition du big data qui représente l’ensemble des données marketing des entreprises.

Les distributeurs doivent prendre en compte les attentes des consommateurs. Les internautes utilisent de plus en plus le multicanal pour leurs achats, par exemple ils sont de plus en plus nombreux à faire des recherches via leur smartphone puis à commander en ligne via un ordinateur. Entre 2010 et 2012 les recherches sur appareils mobiles ont augmenté de 75%. Ceux-ci servent aussi et de plus en plus à comparer les prix de différents magasins directement sur place. Le taux d’achat en ligne augmente chaque année : + 5% en 2013.

Les e-consommateurs ne se fient pas entièrement au commerce en ligne, voir l’article, pouvoir s’assurer qu’il correspond bien et avoir l’avis d’un conseiller est malgré tout très important. Beaucoup de e-acheteur passe en magasin avant d’acheter en ligne pour être sûr de leur achat. Le e-acheteur recherche de plus en plus les avis de conseillers sur internet pour facilité son choix,

Quels impacts a le e-commerce sur l’économie ?

Le e-commerce a un impact important sur l’économie que se soit en Europe ou en France. La FEVAD est un organisme ayant pour mission de recueillir et de diffuser des informations relatifs aux e-commerce et la vente à distance.

La consommation en Europe est ralentie, le e-commerce représente un facteur de croissance non négligeable pour les acteurs de la distribution car il propose un plus grand choix de produits visibles par les consommateurs de tous les pays.

D’un point de vu économique la vente en ligne rapporte beaucoup d’argent : 24,6 milliard d’euro en 2012 et 55,8 milliard en 2013. Tous les domaines touchés par le e-commerce voient leur recette évoluer, les grandes surfaces font augmenter leurs ventes grave au commerce en ligne.

Le net crée de plus en plus de nouveaux emploies : 48 000 sites marchand actifs en juin 2008 contre 29 000 en 2007. De plus en plus de personnes sont embauchées dans le but de promouvoir des articles sur le net mais aussi pour gérer et conseiller les ventes en ligne.

 

Les commerçants utilisent de plus en plus la vente en ligne malgré la rude concurrence entre les différentes marques que ce soit pour promouvoir le produit, informer les clients, et vendre via internet. Les consommateurs deviennent de plus en plus exigeants et méfiant vis-à-vis du e-commerce mais internet leurs permet de s’informer, d’acheter un produit à un prix moins cher qu’en magasin et de recevoir leur produits chez eux. Le e-commerce a un impact non négligeable sur l’économie : création de nouveaux emplois, augmentation des bénéfices, etc.

Ainsi, le e-commerce des années 2000 ne signe pas la fin du commerce traditionnel mais il devient complémentaire avec celui-ci.

Cependant est ce que cette complémentarité va-elle durer ? Est ce que le e-commerce surpassera un jour les commerces traditionnels ?

Loyez Camille

François Anaëlle

 

Bibliographie 

 

 

This entry was posted in Internet and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.