Le voyage forme dès le jeune âge !

Les jeunes partent découvrir le monde, pour s’amuser, travailler, étudier, faire des rencontres. Ils reviennent non pas avec seul acquisition leur objectif mais avec beaucoup plus. Nouveaux horizons, plus d’assurances et de tolérances, apports de culture… tant de choses que chacun développe lors de son voyage.

S’adapter à un contexte culturel nouveau et différent du sien est une expérience formatrice pour ces jeunes adultes. Et celles-ci leur permettront plus tard de s’adapter plus facilement à des situations nouvelles. Entre bénéfices et motivations, apport social et programme pour les jeunes, le monde du voyage est un monde plein de ressources pour la nouvelle génération.

Motivations et bénéfices : des études qui le prouvent

Les motivations qui amènent les jeunes à voyager sont multiples et évoluent avec le contexte temporel.

Une étude a été réalisée de l’Organisation mondiale du tourisme qui, elle, reprend des sondages réalisés par World Youth Student & Educational (WYSE) Travel Confederation. Voici un graphique reprenant les éléments de ce sondage et montre les différentes motivations chez les jeunes.

Graphique représentant motivations chez les jeunes pour voyagerLevassauer, Maïthé, Principales motivations de voyage, 2002 et 2007. OMT [29/11/2017] Disponible sur : veilletourisme.ca/2008/09/30/les-voyages-forment-la-jeunesse/

On remarque chaque motivation évolue, on peut cependant se faire une idée sur les différentes motivations principales chez les jeunes, notamment découvrir d’autres cultures et accroître ses connaissances.

Le voyage motive donc les jeunes à obtenir différentes compétences les faisant progresser.

Outre que leurs motivations, les jeunes gagnent des bénéficient :

  • le développement d’une soif de voyager à nouveau (81%);
  • l’ouverture de leurs horizons (74%) et de leur esprit (72%);
  • une plus grande flexibilité (71%);
  • une plus grande confiance (70%);
  • une meilleure tolérance (62%).

De plus, 29% des jeunes considèrent être devenus une nouvelle personne à leur retour de voyage. Le sondage de WYSE indique une hausse du niveau de confiance envers les autres.

En plus des études de l’Organisation mondiale du tourisme, deux psychologues allemands Julia ZIMMERMANN et Franz NEYER ont étudié le comportement des jeunes, et ont conclu que les étudiants qui passent un temps de leurs études à l’étranger développeraient des personnalités plus ouvertes et équilibrées par la suite. Les séjours à l’étranger sont souvent associés à des rencontres instructives et une découverte de culture. Selon les auteurs de cette étude, ces expériences auraient une incidence sur la future personnalité des jeunes adultes. Ils ont recueilli des témoignages qui découlent d’un résultat où les jeunes auraient davantage d’ouverture d’esprit, auraient un caractère plus agréable et un plus faible risque de développer des troubles psychiques, tels que l’anxiété ou la dépression.

L’Institute of International Education (IIE), un organisme mettant en relation établissements et élèves souhaitant étudier à l’étranger, a interrogé des anciens élèves qui ont réalisé un voyage à l’étranger pendant leurs études pour comprendre s’ils ont développé des compétences particulières. On note des compétences qui sont particulièrement liées au comportement avec les autres.

 ee15 compétences développées à l’étranger chez les étudiants. Institute of International Education. [15/12/17] Disponible sur : https://start.lesechos.fr/continuer-etudes/etudier-a-letranger/les-voyages-forment-la-jeunesse-l-etude-qui-le-prouve-9640.php

Les 15 compétences développées à l’étranger sont triées dans trois catégories par l’IIE. Institute of International Education.
Selon l’IIE, plus on passe de temps à l’étranger plus les connaissances développées varient. Par exemple, un élève ayant passé moins de 8 semaines en dehors des Etats-Unis développera beaucoup plus sa capacité à travailler en équipe.

Toutes ces études semblent donc confirmer l’importance du voyage pour la construction identitaire et l’immersion dans la vie d’adulte par un apprentissage d’une nouvelle langue, une ouverture culturelle. Selon des études américaines les études à l’étranger permettent d’acquérir des compétences et savoir-être qui favorisent l’employabilité.

Mais le voyage apporte d’autre acquis que des compétences professionnelles, c’est un moyen de favoriser le contact avec des personnes et est un bon moyen de travail son bien être intérieur.

Une approche psychologique et sociale

En plus des bénéfices personnels qu’apportent les voyages aux jeunes, on a des chercheurs qui étudient le sujet d’une façon plus phycologique et sociale.

Selon le chercheur Pierre WILLAUME, ce qui rend intéressant l’expérience de partir dans un pays différent du nôtre est qu’on rencontre de nouvelles cultures et nous forme une nouvelle expérience. C’est pour cela que les voyages sont formateurs pour la jeunesse. Dans cette expérience on revient avec un « sac à dos » où se trouvent des découvertes, des apprentissages, des émotions…

Lorsque l’on voyage on peut subir un « choc culturel » qui vient perturber et déclencher un apprentissage par le fait que l’on s’interroge sur le fait que l’on est soi-même porteur d’une personnalité et source d’une culture.  Dès lors on s’adapte à la nouvelle culture et on développe notre personnalité. Ainsi, pour la jeunesse, le fait de voyager dynamise la création sociale, identitaire et culturelle. Ils mûrissent, se forment, se développent donc plus vite que quelqu’un qui n’a pas vécu cette expérience et qui n’a donc pas dynamisé la construction de soi-même.

Pixabay

Pour le sociologue Vincenzo CICCHELLI, il est important que les jeunes effectuent des voyages de formation à l’étranger. Il est même important pour lui que les parents doivent accepter que les jeunes saisissent ces opportunités, en faire une chance pour l’éducation de leurs enfants. La société a besoin de personne avec des compétences scolaires mais aussi des connaissances sur le monde par l’expérience du voyage.

Pour lui lorsqu’on voyage on décide de se soustraire à une condition sociale particulière et d’aller voir le monde en dehors de notre vie, tout en allant à la découverte de soi.

Les personnes qui réalisent des voyages à l’étranger ne sont pas plus éclairées que les autres. Pour le sociologue, le voyage nous forme par une succession d’enchantements et de désenchantements. On a besoin de se dire qu’on voyage pour découvrir une culture, pour élargir son cercle de sociabilité.

Lorsqu’on ne voyage pas on n’apprend rien sur les cultures des pays, pour mieux se retrouver dans le monde pour les jeunes, la solution n’est pas la curiosité de l’autre à travers le voyage mais le souci de l’autre. Nous sommes tous liés par un destin commun.

 

Le voyage a donc ses bien pour les jeunes et les autres autours d’eux en plus d’apporter des compétences utiles pour les années à suivre. C’est pourquoi ce mette en place différents programmes afin que les jeunes puissent développer leurs compétences et leur savoir-faire.

Des programmes qui transforment les jeunes

Programmes permettant découverte des autres et de culture dans le monde entier, de développer son autonomie, sa langue vivante, ses apports de culture… des organisations se mettent en place pour développer davantage les compétences des jeunes en plus de leurs motivations personnelles. Les jeunes doivent apprendre à se questionner sur le monde qui les entoure, à être attentif aux inégalités et à réfléchir à des solutions. C’est pour cela que des programmes sont mis à disposition pour développer ses compétences personnelles et pour développer le côté humanitaire chez les jeunes.

  • Grandir Aventure est une association permettant qui privilégie la rencontre et l’échange. Elle a une vision du voyage sur des rencontres basées sur l’échange, la réciprocité, le partage des cultures : rencontrer des personnes nous enrichit. Pour les jeunes, un voyage solidaire est une aventure humaine forte, qui tend à les accompagner dans leur construction en tant que citoyens du monde. La plupart des jeunes voyageurs Grandir Aventure souhaitent participer aux séjours pour aider et participer au changement. Cependant les jeunes doivent être conscient qu’un séjour ne suffit pas pour changer les choses, le voyage les informe mais ne change pas le monde aussi rapidement.
  • Il y a aussi un programme Erasmus +. Un programme permettant de développer leur ouverture d’esprit et de mettre à profit leurs compétences. C’est un programme de dimension européenne qui encourage la mobilité européenne et favorise l’acquisition de compétences supplémentaires.  Le programme fait aussi la part d’enjeux environnementaux. Il finance même les projets qui visent à sensibiliser et informer les jeunes et les citoyens à ces problématiques.

Différents pays sont à disposition comme la Chine ou l’Irlande :

La chine est une expérience originale montrant une ouverture d’esprit et une capacité d’adaptation avec une langue d’enseignement qui est majoritairement le mandarin. Le nombre d’étudiants s’y rendant est de plus en plus en nombreux. L’état chinois souhaite même faire de son système universitaire l’un des meilleurs au monde. Des bourses sont à disposition dans le cas d’un voyage par Erasmus. C’est donc une expérience enrichissante dont les jeunes n’ont pas comme première idée de destination.

L’Irlande, étant considérée comme le 6e pays préféré des Erasmus français, est une destination avec une bonne qualité de vie, un budget modeste et une anglophonie.

Voici un témoignage d’une étudiante qui montre que le voyage est formateur pour la jeunesse :

témoignage étudianté irlandeVictoire Le Moing, étudainte à l »agrocampus Rennes. Tribune verte (N°2788) [Périodique]. 10-03-2016. p. 13.

Faire un voyage à l’étranger fait la différence lors d’une embauche, mais faire ses études à l’étranger permet-il de décrocher un travail plus facilement ?

Selon l’IIE, 53% des étudiants considèrent que ces séjours ont eu un véritable impact sur leur embauche. Ce nombre augmente même jusqu’à 67.5% chez les jeunes ayant passé un an, ou plus, à l’extérieur de leur pays natal.

Pour conclure

Le voyage a une fonction de favoriser le sentiment d’ouverture, le gout pour la mobilité. Il apporte une réflexion sur le monde, permettant aux jeunes d’imaginer des solutions et d’agir. C’est à partir d’échanges simples que les jeunes découvrent les cultures différentes des leurs. C’est des moments de partage qui leur permettent d’acquérir des compétences d’écoute et de compréhension envers les autres. Ainsi on peut donc dire que chaque voyage forme le jeune qui l’accompli. Par différents partages et cultures, la jeunesse revient plus changée que jamais.

Alors pourquoi pas tenter à votre tour cette expérience pleine de ressource ?

WADEL Amélie.

Bibliographie :

This entry was posted in La jeunesse and tagged , , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to Le voyage forme dès le jeune âge !

  1. btsenil says:

    Je trouve le sujet intéressant et je me sens surtout très concerné, moi qui rêve de découvrir le monde, d’autres modes de vie, d’autres traditions. Le sujet m’a donné encore plus l’envie de partir, de voyage et même pour plus tard d’y trouver un travail. C’est sur qu’un voyage permet de découvrir d’autre chose et de partager nos différents modes de vie. Je trouve cela super enrichissant d’apprendre comment les autres pays fonctionnent. Le voyage est quelque de bénéfique dans une vie, il permet de faire une coupure du quotidien et de se retrouver avec soi.
    Sarah TRAPET

  2. btsenil says:

    Ton sujet est d’actualité, nous avons, grâce aux réseaux sociaux et aux exportations une ouverture sur le monde qui se cesse de s’accroitre. Pour nos travail la quasi-obligation d’avoir un niveau d’anglais est de plus en plus courante, ces voyages sont donc une chance car ils sont de très bons formateurs.
    De plus, comme tu l’as expliqué, ils aides les jeunes à se construire.
    Ton sujet est bien traité, tu as vraiment fais le tour de la question.
    CUNY Lorraine

  3. Le sujet est très bien exploité et organisé: on voit la motivation des jeunes à voyager sur divers plans: au niveau social, psychologique. De plus le thème a été particulièrement bien ancré dans notre contexte scolaire puisque l’Enil est partenaire d’Érasmus et propose à ses élèves des voyages pour perfectionner leur niveau de langues étrangères, s’épanouir professionnellement, connaître une expérience très enrichissante. Je suis très surprise des diverses motivations retenues par le sondage de WYSE, beaucoup ne me seraient jamais venues à l’idée. Pour moi, voyager c’est échapper à la routine, s’immerger dans la culture locale du pays, découvrir l’inconnu,…
    Je trouve cependant dommage le fait que le dernier document (le témoignage) ne soit pas lisible et qu’il n’y ait pas d’hyperlien permettant d’y accéder. De plus le point de vue choisi est exclusivement celui des Etats-Unis ce qui nous empêche de comprendre le phénomène en France. J’aurais également développé le récent concept du couchsurfing: voyager gratuitement en demandant l’hospitalité.

  4. btsenil says:

    Je trouve ton article très intéressant et bien écrit.
    Comme tu le dis, le voyage permet de s’ouvrir sur le monde et même de se rendre compte de toutes les choses qui nous entoure.
    Je pense que voyager permet d’apprendre beaucoup des autres, de s’enrichir culturellement et intérieurement.
    Je trouve ton sujet d’autant plus intéressant car moi même j’adore voyager et je souhaiterais continuer à le faire autant que je le peux.

    CHAMBEROT Léa

  5. btsenil says:

    Je trouve ce sujet très envieux. Effectivement, dès le début, le titre et le jeu de mot, me donne davantage envie de lire la suite de l’article ! De plus, je me sens particulièrement concernée par ce sujet, puisque je suis jeune, et je rêve de voyager, voire de vivre à l’étranger. Je trouve également sympathique d’évoquer les biens faits de tels voyages. Effectivement, en plus d’enrichir mes connaissances, le voyage à l’étranger va me permettre de développer davantage ma confiance, mon savoir vivre, ma communication avec autrui. Je prends note également des associations citées dans l’article, cela pourra m’orienter un peu plus sur le sujet. De plus, aborder le sujet de l’emploi est une chose juste aussi, puisqu’en réalité voyager à l’étranger peut faire la différence sur un CV.

    DROUIN Ophélie