L’économie de la santé depuis 1950

L’économie de la santé est un domaine de la science économique étudiant la santé, l’organisation du système de santé avec l’offre de soins et la demande de soins. Avec la mise en place de la sécurité sociale en 1945, suite à la seconde guerre mondiale, une forme de solidarité s’établit entre les Hommes pour les personnes malades. Ainsi on peut se demander en quoi la solidarité envers les personnes gravement malades impacte l’économie de la France depuis 1950. Pour cela nous verrons dans une première partie les points clé à connaître sur l’économie de la santé. Ensuite nous analyserons l’évolution de cette l’économie de 1950 à 1980, puis de 1980 à aujourd’hui.

Olympe BAUER 02/01/2019

Olympe BAUER 02/01/2019

L’économie de la santé, un vaste sujet

L’Etat, ses collectivités locales, la sécurité sociale c’est à dire le secteur public finance les trois quarts des dépenses de la santé, soit environ 150 milliards d’euros. On entend ici les dépenses courantes comme la CSBM (la Consommation des Soins et des Biens Médicaux), les soins hospitaliers, les soins ambulatoires, les transports, les médicaments, c’est à dire les dépenses totales de la santé. Le quart restant lui est financé par les ménages et les organismes complémentaires. Ces organismes complémentaires assurent le meilleur remboursement des dépenses de santé des personnes malades résidant en France (les ménages payent une assurance complémentaire). Ces assurances maladie prennent donc en charge une partie des frais, non couvert par la sécurité sociale.
Des prestations sociales sous forme d’aides économiques sont mises aussi en place afin d’aider les personnes atteintes d’une maladie chronique: Allocations aux adultes handicapé (AAH), prestation de compensation du handicap (PCH), la garantie de revenu pour les personnes handicapées (GRPH)

De 1950 à 1985

Durant cette période le système de soins se développe très rapidement, cela est dû à plusieurs facteurs: d’une part aux fortes avancées techniques dans le domaine médical qui accroissent les dépenses de santé plus rapidement que le revenu national n’augmente et d’autre part aux offres de soins qui se développent à travers la croissance de l’équipement du personnel hospitalier (augmentation de la densité des personnels médicaux et paramédicaux).

En effet la croissance des dépenses est stimulée principalement par les soins hospitaliers: Suite à la seconde guerre mondiale le système hospitalier se développe: les soins doivent-être accessibles à tous par le biais de remboursement par la sécurité sociale et d’assurances complémentaires pour la prise en charge des coûts de la santé (loi de 1941). La part des hôpitaux (dirigés par l’Etat afin de maîtriser les dépenses) dans la CSBM reste quasiment inchangée entre 1950 (26 %) et 1985 (25 %) mais la croissance des autres composantes de la dépense: la densité de médecins est multipliée par trois entre 1950 et 1985 pour couvrir l’augmentation du nombre de patients.

Le financement public joue un rôle central dans le développement du système de santé. En effet la couverture maladie se généralise et la part de la Sécurité sociale dans le financement de la CSBM passe de 50 % à 80 %. Les volumes de médicaments consommés progressent très fortement et la dépense hospitalière augmente à la suite d’importants programmes de réhabilitation de nouveaux hôpitaux.
Durant cette période, le système de santé et de l’offre de soins se développent: le volume de la dépense progresse en raison d’effets d’offre (hausse du nombre de médecins, recours croissant aux spécialistes, innovations technologiques), mais aussi d’une demande mieux remboursée par le fort développement des assurances complémentaires, dont le taux de couverture passe de 31 % des assurés en 1960 à 69 % en 1980.

Les comptes de l’assurance maladie se retrouvent alors régulièrement en déficit. C’est la raison pour laquelle, à partir des années 1980, les plans de redressement se succèdent…

De 1985 à aujourd’hui, que peut-on dire?

Aujourd’hui le coût de la santé augmente d’année en année, avec le ralentissement de la croissance des dépenses hospitalières, la part des soins hospitaliers dans la CSBM a reculé depuis 1985 et reste relativement stable depuis 2010, autour de 47 % de la CSBM en 2015. Mais à l’inverse, les dépenses d’autres biens médicaux et de transport ont une croissance supérieure aux autres postes de la CSBM depuis les années 1980. Ils représentaient moins de 5 % de la CSBM jusqu’en 1990 et ont progressivement pris de l’importance pour atteindre près de 10 % en 2015. En revanche, la part des soins de ville et des médicaments est restée quasi stable entre 1985 et 2015).L’Etat doit faire coïncider le système de santé et les dépenses pour que le système de protection sociale ne soit plus en danger. En effet environ 600 milliards d’euros, ce qui représente 30% du PIB sont distribués chaque année en aides au logements, en remboursement maladie, en allocations adultes handicapés, en aides sociales communales etc.. ce système de protection sociale coûte cher, les caisses de l’Etat se vident.

La création d’un objectif national de dépenses d’assurance maladie (ONDAM) à compter de 1997 permet d’infléchir provisoirement la tendance à la hausse de la CSBM. Mais celle-ci reprend au début des années 2000 avec un rythme annuel de 5 % à 6 % en valeur, pour tous les types de soins.

Des solutions ?

Pour remédier à ce manque d’argent, l’Etat doit trouver 50 milliards d’euros. l’Etat se voit obligé de réglementer les prix des produits pharmaceutiques, d’augmenter les prélèvements obligatoires (ces prélèvements représentait 44.7% du PIB en 2012) et de supprimer environs 150 000 postes de fonctionnaires en 4 ans afin de faire des économies sur les dépenses publiques. Au-delà des déremboursements de médicaments, des mesures d’efficience et de régulation d’un nouveau genre sont alors prises à partir du milieu des années 2000 : mise en place progressive de la tarification à l’activité pour les soins hospitaliers à partir de 2004, instauration de participations forfaitaires et de franchises pour les soins de ville en 2005 et 2008, renforcement de la maîtrise médicalisée, instauration d’une procédure d’alerte en cas de risque de dépassement de l’ONDAM…
L’ensemble de ces mesures conduit à modérer le rythme de progression de la CSBM, qui passe sous les 4 % en valeur en 2005, puis sous les 3 % depuis 2010. Pourtant cela semble suffisant; Maxime Ladaique, un économiste à l’ OCDE prévient «Si l’on veut vraiment dégager les milliards manquants, il va falloir tailler dans les prestations sociales» (Citation). En soit il conseille de réduire les versements effectués par les organismes publics permettant aux ménages de couvrir certaines dépenses comme la santé, la vieillesse, l’invalidité…

Pour conclure, l’économie de la santé a beaucoup évolué ces 70 dernières années. La fin de la guerre a engendré une croissance des soins d’où la création d’aides financières de l’Etat, malheureusement aujourd’hui l’Etat n’a plus d’argent pour financer ce système de protection sociale; des solutions se mettent en place pour subvenir à ce problème mais restent encore insuffisantes.

Bibliographie

BAUDE Catherine “Santé Protection sociale Solidarités” Bulletin Officiel (en ligne) 15/05/2006 (consulté le 26/12/18) Disponible sur https://solidarites-sante.gouv.fr/fichiers/bo/2006/06-04/bo0604.pdf

ECALLE François “L’objectif national de dépenses d’assurance maladie (ONDAM)” FIPECO (en ligne) 19/10/18 (consulté le 13/11/18) Disponible sur https://www.fipeco.fr/fiche.php?url=L%E2%80%99objectif-national-de-d%C3%A9penses-d%E2%80%99assurance-maladie-(ONDAM)

DE PETIVILLE Christophe « Crise: Le système de protection sociale est-il en danger? » CFP et Associés (en ligne) 30/10/2012 (consulté le 14/11/18) Disponible sur https://www.cfp-associes.fr/Actualites/social/non-classe/101/crise-le-systeme-de-protection-sociale-est-il-en-danger-101.html

EVANS Anne, JUSOT Florence, LEGAL Renaud, LOUVEL Alexis, SHMUELI Amir (DREES) “Assurance maladie et complémentaires santé : comment contribuent-elles à la solidarité entre hauts et bas revenus ?” IRDES (en ligne) 03/2017 (consulté le 29/10/18) Disponible sur http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/225-assurance-maladie-et-complementaires-sante.pdf

GUIBERT Philippe “Les prestations” Ministère des solidarité et de la santé (en ligne) 05/10/2015 (consulté le 23/12/18) Disponible sur https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/vivre-avec-une-maladie-chronique/article/les-prestations

MOATTI Jean-Paul “L’économie de la santé au service de la maîtrise des dépenses de santé” UNIVERSALI (en ligne) (consulté le 23/12/18) Disponible sur https://www.universalis.fr/encyclopedie/sante-economie-de-la-sante/1-l-economie-de-la-sante-au-service-de-la-maitrise-des-depenses-de-sante/

NORGRETTE J-C “Dépenses de santé : où passent les moyens mis à disposition ?” MG France (en ligne) 02/02/2015 (consulté le 22/12/18) Disponible sur https://www.mgfrance.org/index.php/actualite/economie-de-sante/739-depenses-de-sante-ou-passent-les-moyens-mis-a-disposition

SOUAL Hélène “Les dépenses de la santé depuis 1950” Etudes et résultats (en ligne) 07/2017 (consulté le 24/12/18) Disponible sur https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1017.pdf

SOUAL Hélène “Les dépenses de santé en 2015” PANORAMA (en ligne) 2016 (consulté le 22/12/18) Disponible sur https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/cns2016.pdf

SYLVESTRE Philippe “L’économie de la santé” CAP CONCOURS (en ligne) (consulté le 24/12/18) Disponible sur https://www.cap-concours.fr/sanitaire-et-social/concours-paramedicaux/reviser/l-economie-de-la-sante-cc_san_07

Olympe BAUER

Lilou MASSON

This entry was posted in La solidarité and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to L’économie de la santé depuis 1950

  1. btsenil says:

    Votre article parle d’un sujet particulièrement intéressant à l’heure actuelle puisque l’économie est un sujet de société et d’actualité. Votre article est très complet car des données chiffrées et datées sont présentent ce qui aident à la compréhension. Les différentes parties sont également très bien détaillées et respectent le plan annoncé.
    PETIT Charlène

  2. btsenil says:

    Votre article est très intéressant, il porte sur un sujet d’actualité et nous permet d’en apprendre plus sur notre système de santé. L’article est très bien structuré, le développement de vos arguments suit les différentes parties de votre argumentation. Le contenu est bien détaillé et présente beaucoup de références et de valeurs.
    Claire DAVAL

  3. btsenil says:

    Votre article est intéressant et traite d’un sujet important dans l’actualité. Vous suivez un plan facile à comprendre et à lire.
    Les chiffres et les dates que vous nous donnez nous permettent de mieux comprendre l’évolution de cette économie au cours du temps. Vous détaillez clairement quel est le rôle joué par l’État et comment il réagit face à la crise et à l’important manque de financements.
    ROUSSÉ Adrien