L’engagement politique des jeunes dans la société

Aujourd’hui, seulement 13% des jeunes se sentent représentés politiquement. En effet, les jeunes sont de plus en plus engagés dans la vie associative, la culture, leurs écoles au détriment de la politique. Pourtant, l’engagement politique leur permettrait d’être acteurs de notre société, avoir le pouvoir de changer les choses à petite ou à grande échelle. Nous allons donc voire ensemble le rapport qu’ont les jeunes avec la politique et ce que celle-ci peut leur apporter.

 

L’éloignement des jeunes par rapport à la politique

L’exaspération des jeunes

                Les jeunes n’ont pas l’envie de s’engager politiquement car comme le dit l’historienne Ludivine Bantigny dans une interview, les partis politiques suscitent de plus en plus de méfiance car ils sont vus comme la politique des dirigeants. C’est pourquoi, de plus en plus d’auto organisations politiques se mettent en place comme Nuit debout. Ils sont fatigués de croire en une politique dans laquelle ils ne peuvent pas s’identifier. De plus, depuis mai 68 la situation sociale a changé, l’augmentation de la précarité et du chômage poussent les jeunes à concilier leurs études et leur travail. Dans ce sens, ils ont très peu de temps à consacrer à la politique. Un article du Monde à travailler sur le sujet et notamment sur le détournement des jeunes par rapport à la politique, ainsi on nous explique que ce qui freine les jeunes à s’engager politiquement c’est les démarches administratives qui sont considérées comme trop complexes. Beaucoup de jeunes ont le sentiment que la démocratie française ne fonctionne plus de cette manière, comme l’explique l’article du Monde récemment publié sur ce sujet. En clair, les jeunes voient beaucoup de points négatifs à la politique, et s’en éloignent. Ils leur sont donc impossible d’être acteur de notre société.

800px-Election_MG_3460

Rama, Deuxième tour de l’élection présidentielle française de 2007. In Wikimédia Commons [consulté le 31/12/17]. Disponible sur https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Election_MG_3460.JPG

L’envie d’un monde meilleur

                Tout n’est pas négatif pour les jeunes ils rêvent simplement « d’un monde meilleur » comme l’explique l’historienne Ludivine Bantigny dans une interview, c’est pourquoi ils préfèrent parfois s’investir dans des associations ou des syndicats où ils ont plus l’impression d’avoir le pouvoir de changer les choses que dans un parti politique quelconque qui semble bien éloigné de leurs préoccupations. En effet, dans des structures comme celles-ci ils ressentent des idées de nouveauté et de volonté d’être acteur de la société pour pouvoir faire changer les choses. En résumé il y a donc une volonté de faire converger les luttes sociales même si les jeunes se sentent pessimistes quant à leurs possibilités à agir à l’échelle locale.

 

De nouvelles manières de s’engager politiquement :

                 On pourrait croire que les jeunes se désintéressent de la politique aujourd’hui puisque nombreux sont ceux qui s’abstiennent de voter dans la tranche d’âge des 18-25 ans.

L’engagement politique, synonyme de parti politique ?

                 Les jeunes trouvent d’autres façons d’être acteurs de notre société politiquement parlant. En effet, si l’adhésion à un parti politique est de moins en moins en vogue chez les jeunes, ce qui semble faire succès, se sont les manifestations. Selon, le journal 20 minutes, 7 jeunes sur 10 disent s’intéresser à la politique. Parmi eux 20% ont participé à une manifestation. D’ailleurs, suite aux attentats, les jeunes ont été très présents dans les rues.

Avec cette forme ils peuvent montrer leur mécontentement comme pour les manifestations contre la loi El Khomri ou le mouvement Nuit Debout comme nous avons pu lire dans l’interview de l’historienne Ludivine Bantingny pour le journal La Croix. Ils tentent de faire bouger les choses et de faire réagir les politiciens même si ce n’est pas toujours facile, ils essaient de devenir acteur de leur société en s’investissant politiquement.

Beaucoup d’entre eux pensent que la politique traditionnelle n’est plus adaptée pour faire changer et évoluer notre société c’est pourquoi de nouvelles manières d’engagement politique font leur entrée dans notre société.

De plus, une autre forme d’engagement politique chez les jeunes est de plus en plus présente. Aujourd’hui les jeunes sont très tournés vers les pétitions notamment numériques qui permettent d’avoir un effet instantané, rapide et de grande ampleur. Elle est considérée comme un acte politique.

Alternative_libertaire_à_la_manifestation_du_12_avril_2014_contre_l'austérité -

Alternative libertaire, Contre l’austérités du 12 avril 2014. In Flickr [consulté le 31/12/17]. Disponible sur https://www.flickr.com/photos/alternative-libertaire/22018370414/in/album-72157660568281322/

Le retour des partis politiques

                 Même si ce n’est plus la première forme d’engagement politique, les partis politiques, ont toujours la cote auprès des jeunes. En effet, ils s’engagent souvent en tant que militants dans certains partis. C’est le cas d’Hélène qui témoigne pour le site internet Réussir ma vie, où elle explique que cela permet de comprendre davantage comment fonctionne la politique, les campagnes électorales…

Nous pouvons aussi prendre l’exemple de Pierre qui lui se sert des réseaux sociaux pour exprimer son opinion politique et adhérer à un parti.

Benjamin, 23 ans, est militant écologiste. Ce qui le motive c’est de s’investir pour une société écologique. Grâce à son engagement dans la politique il peut inviter les gens dans la rue à réfléchir ensemble sur des points de notre société. Il se sent donc acteur de notre société car la politique lui permet d’essayer de changer des choses qui ne lui conviennent pas.

De plus, ces jeunes peuvent faire valoir la situation de la jeunesse trop souvent laissée pour compte.

 

Les jeunes et la politique à l’étranger :

                On peut se demander ce qui se passe au-delà de la France sur l’engagement politique des jeunes.

Les jeunes allemands et la politique

                Les jeunes allemand sont souvent pointés du doigt pour leur désintérêt pour la politique et pour leur engagement. Cependant, c’est plus complexe que cela. En effet, il y a un réel désir de s’engager et surtout d’exprimer ses opinions politiques et en même temps d’être acteur de leur société. On voit tout de même que les organisations traditionnelles comme le vote ne sont plus attirantes pour les jeunes. Au contraire, ils se penchent plus vers de nouveaux mouvements qui eux connaissent un franc succès auprès des jeunes, car ils présentent de nouvelles idées et permettent aux jeunes de mieux s’investir en donnant leurs avis. Grâce à ces nouvelles formes ils se sentent au plus près de la société et peuvent essayer de changer des choses.

 

L’Iran et la politique des jeunes

                Dans l’article du Monde datant du 29 mai 2016, nous pouvons constater que les Iraniens se sont préparés à aller voter. Ce qui montre donc qu’ils ne délaissent pas la politique mais ils utilisent toutefois d’autres manières en plus du vote pour faire comprendre leur opinion et participer ainsi à la politique.

En effet l’article nous explique qu’ils sont descendus dans les rues au mois de juin 2009 pour exprimer leur mécontentement lors de tentatives de fraudes aux élections législatives.

Les jeunes Iraniens soutiennent que le vote est un droit, alors qu’autrefois celui-ci était vu plutôt comme un devoir. Les jeunes ont aujourd’hui une grande attente quant à la politique, c’est pourquoi elle mène à la monter d’un discours anti-système et à une certaine colère. Les jeunes se sentent incompris et se dirige vers des formes anti-systèmes où ils trouvent une place meilleure et où ils peuvent défendent leurs idées et se sentent acteurs de leur société.

En définitive…

               Les jeunes ne se désintéresse pas de la politique mais utilisent de nouvelles formes pour s’engager ou faire valoir leurs idées et leurs convictions politiques. De plus, ils ne se reconnaissent plus dans les partis politiques en place depuis longtemps et attendent un renouvellement et du changement avec de nouveaux partis politiques dans lesquelles ils estiment se reconnaître.

Article rédigé par OVISTE Aurélie et LOCATELLI Clarisse

Bibliographie : 

  • Ghazal Golshiri. En Iran, le rêve du changement par l’action sociale [ en ligne ]. LE MONDE, N° 22174, 30 avril 2016, page 5

 

 

 

This entry was posted in La jeunesse and tagged , , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to L’engagement politique des jeunes dans la société

  1. btsenil says:

    Je trouve que votre sujet est captivant et réaliste. En effet, comme vous le dites dans votre blog, nous, les jeunes d’aujourd’hui, nous nous engageons de moins en moins dans la politique mais ce n’est pas pour cette raison que nous ne sommes pas intéressés par celle-ci. Vos parties sont intéressantes, pour moi, tous les points nécessaires sont abordés.
    Fiona BOREL

  2. btsenil says:

    Je trouve cet article est d’actualité. Les points essentiels sont abordés très clairement. J’ai bien aimé le lire malgré que la politique est pour moi un sujet difficile à cerner.
    Je suis en accord avec les propos, je ne me reconnais et ne reconnais pas la jeunesse à travers la politique, mais je tente de m’intéresser à cette dernière.
    WADEL Amélie

  3. btsenil says:

    Je trouve que votre article est très complet, on comprend bien que les jeunes ont le sentiment que la politique se désintéresse d’eux. Mais les jeunes ne perdent pas espoir et s’investissent quand même dans notre société. C’est vrai qu’il faudrait changer la politique actuelle, surtout avec le développement des réseaux sociaux, on pourrait arriver à un système qui représente bien la jeunesse.
    Coralie Leclerc

  4. btsenil says:

    Sujet très intéressant et bien écrit. La politique est omniprésente dans notre société. Mais comme je pense l’avoir compris les jeunes sont désintéressés de la politique. Les nombreux partis politiques sont parfois compliqués à comprendre. Les jeunes vont souvent voter pour dire qu’ils l’on fait. Vous avez bien parlé de tout cela.
    Charlotte LAMBERT

  5. btsenil says:

    Sujet très intéressant et pertinent qui montre la réalité d’aujourd’hui. En effet, la plupart des jeunes comme nous ne sont pas plus intéressés que ça par la politique, je dirais même que la plupart n’ont pas de réelles connaissances sur le sujet. Notamment sur les parties politiques qui sont plutôt compliqué à comprendre ou plutôt qu’il est difficile de réellement connaître leurs intentions et ce qu’ils peuvent apporter à la société. Ainsi, c’est pour cette raison que les jeunes suivent généralement les idées de leurs parents et vont voter pour dire qu’ils l’ont fait, et non pas par réelle conviction.
    Florine Tagliaferro