Les jeux et le numérique à l’école

Tout être vivant apprend en jouant, l’homme n’est pas une exception. A n’importe quelle époque nous avons transmis notre savoir par le jeu. Au XV ème siècle on enseignait aux enfants l’alphabet ou encore les mathématiques sous forme de jeux de cartes. On rendait la leçon attractive. Aujourd’hui avec la percée des médias du numérique et des nouvelles technologies notre transmission du savoir semble illimitée. Mais est-ce que ces nouvelles apparitions ne vont pas bouleverser l’éducation que nous donnons aux jeunes ?

Nous tenterons de répondre à cette question en trois parties. Tout d’abord nous montrerons que le jeu à l’école est sources de sociabilisation et d’apprentissage pour l’enfant ensuite nous observerons que le numérique ouvre les portes à un savoir illimité et enfin nous montrerons que malgré toutes les connaissances, que les jeux peuvent apporter aux enfants il y a aussi des inconvénients.

Le jeu à l’école : apprentissage et sociabilisation de l’enfant

Souvent les jeux de société sont considérés comme étant des jeux utilisés pour s’amuser, se divertir. Mais d’un point de vu éducatif les jeux de société joue un rôle dans l’éveil de l’enfant à l’école.

L’éducation par le jeu permet de faire fusionner le divertissement et l’éducation. Cela a été conçu afin d’éduquer les jeunes tout en les amusant. Le jeu cherche à instruire et à socialiser l’enfant tout en apportant les leçons de la vie par plusieurs forme familière de divertissement comme les programmes de télévision, les films, les musiques destinés à l’éveil des enfants mais aussi certains sites web, ou les jeux de société. Ils ont tous un rôle de sociabilisation de l’enfant.

Le jeu a aussi tendance à optimiser la capacité de concentration chez l’enfant. Il permet également d’enseigner le raisonnement et la stratégie. Ces compétences acquises lui permettront ainsi de mieux appréhender ces épreuves à l’école.

Même si le jeu en solitaire peut être intéressant pour faire les devoirs ou pour les révisions, en classe le jeu collectif est beaucoup plus enrichissant pour les élevés. Mais le jeu ne doit pas être utilisé de manière excessive, l’enfant va très vite se lasser et il sera moins concentré.

Le jeu permet d’apprendre aux enfants de façon ludique les idéologies, la détermination. Il inculque aussi des valeurs comme la politesse, l’acceptation des règles, le respect. Il prépare l’enfant à la vie future et à la vie d’adulte.

Le numérique à l’école : facilitation et accès au savoir illimité

Depuis toujours nous cherchons un moyen pour avoir un accès illimité au savoir. Aujourd’hui avec le numérique l’enfant, aura un accès illimité, simple et rapide au savoir, aux différentes cultures et à toutes formes de connaissances.

Le numérique permet une interaction entre l’enseignant et les parents pour les tenir informés de la scolarité de leur enfant et permet d’agir en cas de problème.

Attention il ne faut pas oublier que le numérique n’est qu’un support. Il faut apporter des outils adaptés, des outils plus ludiques que dans les livres.

Cet outil informatique va permettre aux enseignants de transmettre aux enfants des connaissances difficiles à expliquer sans images. Comme par exemple la physique ou la biologie. Il est plus facile d’expliquer à un enfant un principe de physique grâce à un schéma animé.

Les jeux interactifs permettent également à l’enfant de développer son autonomie et ses réflexes. Le jeune va également laisser place à sa créativité se qui lui permettra d’avoir un œil critique sur son travail.

Les jeux vidéo par exemple, apprennent la patience et la maîtrise de soi. L’enfant va prendre soin de s’intéresser à l’environnement virtuel qui l’entoure et va le combiner à ces connaissances sur le jeu ou sur le niveau qu’il parcourt.

Les jeux virtuels permettent également l’apprentissage de l’esprit d’équipe et du respect de l’autre.

L’école a toujours été un élément complexe. Ce n’est pas facile d’apprendre. Il faut donc mettre en place des outils pour faciliter l’apprentissage et donc le simplifier. Simplifier ne veux pas dire que des connaissances vont être mise de côté, cela veux dire que l’on va employé des choses pour l’enfant comprenne. Bien sur l’enfant continuera à apprendre ces leçons et également à utiliser les livres. Le numérique un outils alternatif qui complète le savoir appris dans les livres. Ces deux supports permettent à l’enfant d’apprendre sans limitations.

Les limites du jeu à l’école

Nombreux sont ceux qui glorifie le jeu à l’école mais il faut être vigilant. Les serious games, par exemple, sont des jeux vidéo essentiellement crées comme support d’apprentissage. Cependant certains scientifiques pensent que ces jeux n’ont qu’un but : faire du marketing.

Certains philosophes pensent que le numérique à l’école n’est qu’un moyen de publicité pour pousser les consommateurs à acheter le produit.

Il ne faut pas également oublier que l’apprentissage n’est pas que technique, l’enfant doit de lui même apprendre des choses. Il ne doit pas devenir dépendant de ces nouvelles techniques d’apprentissages.

De plus, les jeux pour qu’ils soient pertinents dans l’apprentissage doivent être modifier. Cela demande donc une organisation et un encadrement spécifiques. La réflexion en amont est donc obligatoire.

Certains scientifique pensent que le jeu ne peut pas être un élément d’apprentissage car le jeu représente le loisir et la détente. En l’insérant à l’école on dénature cette idée première du jeu. Vous pouvez être sur qu’un enfant va aller plus facilement vers un jeu vidéo ou un jeu de société classique qu’un jeu où le but est d’apprendre les mathématiques par exemple.

Avec l’avancée des nouvelles technologies notre monde évolue. Aujourd’hui nous pouvons dire que nous avons un accès illimité et facile au savoir. Mais ces nouvelles technologies ne doivent en aucun cas faire de l’ombre aux anciennes méthodes. Il faut au contraire les combiner ensemble pour donner quelque chose le plus complet et le plus précis possible. Ce n’est pas l’éducation des jeunes qui change, celle-ci reste la même. C’est les supports d’apprentissages qui évoluent. Mais au long terme les nouvelles technologies ne vont-elles pas prendre la place du jeu à l’école ?

PÊCHEUR Julie

SCHILLING Camille

BIBLIOGRAPHIE

  • MaillardMatteo , Les jeux vidéo aident ils à apprendre ?, In LeMonde.fr [ en ligne ], mise à jour le 05.12.2014 [consulté le 19 novembre 2015] Disponible sur : http://www.lemonde.fr/campus/article/2014/12/05/les-jeux-video-aident-ils-a-apprendre_4528172_4401467.html
  • Ministère de l’éducation nationale, Gourmaud, Jamy. Numérique et éducation : quelles plus-values pour l’école et ses apprenants ?, In Eduscol [enligne]. Mise à jour le 3 août 2015 [consulté le 6 novembre 2015] Disponible sur http://eduscol.education.fr/cid89468/numerique-education-quelles-plus-values-pour-ecole-ses-apprenants-interview-jamy-gourmaud.html
  • Musset, Marie  et Thibert, Rémi, Quelles relations entre jeu et apprentissages à l’école ? Une question renouvelée, In institut français de l’éducation [en ligne]. Mise jour octobre 2009 [ consulté le 1 décembre 2015] Disponible sur http://ife.ens-lyon.fr/vst/LettreVST/48-octobre-2009.php
This entry was posted in Le jeu and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Les jeux et le numérique à l’école

  1. btsenil says:

    Article d’actualité et intéressant. Une image aurait été la bienvenue mais l’article n’étant pas trop long il donne envie d’être lu. Les espaces permettent de bien comprendre chaque idée. Bon article !
    MEYER Aurélie

  2. btsenil says:

    L’article est simple à comprendre, il est assez complet il montre bien tout ce que peu apporter le jeu au enfants, mais je pense qu’il manque d’exemple.
    TAILLARD Marie

  3. btsenil says:

    Article ludique qui met bien en avant deux antagonistes qui sont d’une part la nouvelle façon d’apprendre avec des jeux grâce aux nouvelles technologies, et d’autre part l’apprentissage traditionnel qui perd peu à peu sa valeur face à ces nouvelles technologies. Cependant, en lui même l’article n’est pas très long, mais manque selon moi d’illustrations.
    Stéphane MICHEL