Les logements écologiques urbains : une réelle nécessité ?

          Durabilité, avenir, écologie, recyclage sont autant de mots qui s’insèrent dans une même thématique : le développement durable. Nous ne pouvons donc envisager un avenir serein sans passer par la case « écologie ». L’écologie pèse dans nos vie plus que jamais car, nous sommes face à un réel problème : celui de l’avenir de la Planète. Basons-nous à l’échelle urbaine et observons les différents comportements. En réponse à ce problème, nous constatons une émergence des transports en communs (tram, bus, métro, …), la mise en place de covoiturage, de voiture vertes (électriques, hybrides). Mais qu’en est-il des logements ? Le problème liée à l’impact des logements en ville est en voie de disparition car, depuis deux ans, des solutions sont mises en place afin d’y réfuter : notamment par des rénovations, mises aux normes écologiques, de même que par la construction de logements écologiques. Nous pouvons toutefois nous interroger sur les constructions de logements écologiques en ville. S’agit-il réellement d’une nécessité ou, à l’inverse, qu’un effet de mode ? C’est pourquoi, il est indispensable dans un premier temps, d’aborder les notions sur lesquelles reposent l’essence même des logements écologiques. Puis, dans un second temps, la nécessité de tels logements. Pour découler dans une tierce partie, aux motivations dirigeant la construction de tels édifices.

Logement éco … logique ?

          Effectivement la construction de logements écologiques ne déroge pas à la règle et s’intègre à part entièrement au développement durable. Ce dernier apparu en France en 2006 alors qu’en Allemagne il débutait en 1969. Toutefois la construction de logements écologiques fait son apparition en 1960. Il est évident que la notion de logements écologiques fait partie de notre vocabulaire mais savons-nous réellement ce qu’il en est ? Le logement écologique, appelé aussi éco-construction ou construction durable, repose sur la construction et la réhabilitation de bâtiments en respectant les normes écologiques : notamment en ce qui concerne les matériaux employés pour la construction et rénovation ainsi que la consommation d’énergie. La construction durable s’intègre dans l’environnement en s’appuyant sur une démarche écologique certaine. Cette dernière se vérifie par une faible consommation d’énergie et l’utilisation au maximum de ressources avoisinantes peu transformées. Etre partisans de l’éco construction c’est aussi « Penser global et agir local »  comme le définissait René DUBOS au sommet de l’environnement en 1972. En effet, construire durablement apporte un aménagement du territoire en communion avec l’environnement dans lequel ce dernier s’implante. Par ailleurs, ce type de construction joue un rôle majeur au niveau de l’économie local ainsi qu’au bon développement de liens sociaux. Les logements écologiques se développent sous différentes formes : individuels ou collectifs (écoquartiers).

      En résumé, un logement écologique est une construction durable visant à respecter le bien-être des Hommes et de l’environnement. Même si cela peut paraître évidemment, savoir définir la notion de « logement écologique » nous permet clairement de mettre en avant la nécessité de telle construction.

… une nécessité …

          Une des raisons primordiales à l’éco construction est le rejet notable des gaz à effet de serre lors de la construction de logements, notamment le CO2. Nous pouvons noter qu’en 2006, le secteur de la construction était responsable de 23% des émissions totales de CO2 en France. Afin de contribuer au mieux au développement d’une économie à long terme, la construction de logements écologiques fait appel à des matériaux 100% naturels tels que le bois pour la réalisation d’ossatures. Le bois choisit pour ces éco constructions est majoritairement issu de filières labélisées (PECF pour les bois européens et FSC pour les bois tropicaux). La sollicitation de filières labélisées permet une meilleure gestion des forêts et répond de manière tangible à la lutte contre le réchauffement climatique. Toutes ces actions mises en place afin de bonifier notre quotidien permettent de se rendre compte des effets positifs globaux de ces constructions durables. En d’autres termes, comme nous le démontre Frank KARG dans Friches urbaines : propositions pour une politique de développement écologique et d’aménagement local, nous avons vu émerger une nette amélioration sur la santé des usagers et habitants avec une diminution de 5 à 10% des cancers dus aux dégradations de l’environnement. Cette amélioration se fait ressentir au niveau des écosystèmes et des ressources en eau du fait de l’emploi de composants et matériaux moins toxiques. Sans compter que la réhabilitation ou construction de bâtiments est créatrice d’emplois (bâtiments, études, …). La construction de logements écologiques est synonyme d’allègement des charges (notamment pour les personnes n’étant pas spécialisée dans l’aménagement et la dépollution des sites) et de stimulation de la recherche environnementale (biotechnologie, …). Louardi BOUGHEDA maintient cette position qui permettra, par la suite, de diviser par quatre les émissions de gaz à effets de serre. Il soutient la vulgarisation des énergies renouvelables.

         Comme nous le démontre ces auteurs, tout mène à croire que les logements écologiques sont primordiaux au bon fonctionnement de la planète et des différentes espèces y habitants. Toutefois, il n’est nullement question de l’approche budgétaire et administrative de telles constructions. Sans émettre de jugement sur les valeurs défendues par ces deux hommes, la nécessité de constructions durables est présente. Oui, mais à quel prix ?  Pourquoi devant tant d’efficacité prouvée, le développement de ces derniers n’est pas mondialisé ? Se pourrait-il dès lors qu’il s’agisse d’un faux semblant menant uniquement à un effet de mode?

… une utopie.

          Un logement écologique est en moyenne 8 à 15% plus onéreux qu’un logement « traditionnel », comme le précise BOUGHEDA Louardi. Afin d’aider au mieux le développement de ces constructions durables, l’Etat, soutenu par le Grenelle de l’Environnement, propose des aides financières, à l’échelle de la ville, permettant l’allègement du prix d’un tel investissement. Nous pouvons donc comprendre l’enthousiasme de la part de certains, à l’idée de recevoir une telle aide, bien qu’ils ne portent pas un réel intérêt aux problématiques environnementales. Nonobstant les bienfaits et avantages que représente le logement écologique, il apparaît clairement que ce dernier n’est pas accessible à tous malgré l’apport d’aides financières, ce qui représente un frein considérable à son développement. Par ailleurs, THEYS Jacques et EMELIANOFF Cyria exposent clairement que la politique de construction de villes durables est en suspend et cause de nombreux problèmes notamment sur le recyclage des énergies dites renouvelables. Prenons le cas du bois : ce dernier riche par la production d’oxygène, ses propriétés biodégradables et ses multiples utilisations est un composant essentiel de l’écologie. Le bois permet la production de chauffage et la construction de bâtisses. Toutefois lors de la contraction d’un achat de chauffage au bois ou alors d’un chalet, il n’est nullement explicité que nous consommons plus de bois que ce dernier n’a le temps de se développer. Ce qui engendre une déforestation importante, environ 40 terrains de football par minute en surface de bois abattu dans le monde d’après la FAO (organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture). Impliquant des conséquences irréversibles telles que la disparition d’espèces animales et végétales, la disparition de paysages, la disparition de cultures, la disparition d’êtres végétaux nous permettant de vivre à long terme puisqu’ils produisent notre oxygène et engendrant le réchauffement climatique avec une responsabilité de 18 à 20% de la production des gaz à effets de serre. Alors oui, il s’agit d’un matériau formidable qui permet d’économiser les énergies fossiles, mais à quel prix ? Détruire la planète pour la sauver : est-ce  vraiment la solution ? L’écologie est-elle, en réalité, dans nos logements, une nécessité ?

 

          Face aux enjeux environnementaux, de plus en plus prégnants dans notre société, les sociétés réagissent toutes de manière différente. L’Etat allemand est pionnier en termes d’écologie. La France toutefois fait partie des mères fondatrices de ces mouvements respectueux de l’environnement bien qu’elle s’implique concrètement dans l’écologie vers les années 2000. Cette entrée tardive ne permit pas de faire évoluer notablement les mentalités. Il apparait nettement que si nous voulons véritablement faire avancer les choses, il faut s’adresser aux futures générations en les « incitant » à construire et à agir durablement, en leur exposant les bienfaits de l’écologie. Cependant elle est en désaccord total avec le mode de consommation de masse dans lequel nous vivons. Comment pouvons-nous, dès lors, faire évoluer une société d’hyper consommation ? Le confort du citadin est-il compatible avec le respect de l’environnement ?

CORNUEZ J – MATHIEU M

Bibliographie

BOUGHEDADA Louardi. L’habitat écologique : Effet de mode ou une évolution profonde de nos modes d’habiter ?. [en ligne] DGST-Mission Ingénierie de l’Environnement, [consulté le 3 Novembre 2013]. Disponible sur http://www.communaute-urbaine-dunkerque.fr/fileadmin/user_upload/pdf/Competences/Logement/8_PCET.pdf

Direction générale de l’Aménagement et du Logement et de la Nature. EcoCités : les villes du développement du durable. [en ligne] Ministère du Développement Durable, République française, 22 Novembre 2008, mise à jour le 22 Novembre 2012 [consulté le 3 Novembre 2013]. Disponible sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/spipwwwmedad/pdf/DGALN-EcoCites-Les_villes_du_developpement_durable_cle7f576a.pdf

Direction générale de l’Aménagement et du Logement et de la Nature. Pour une ville durable. [en ligne] Ministère du Développement Durable, République française, 22 Novembre 2011, mise à jour le 2 Juillet 2012 [consulté le 3 Novembre 2013]. Disponible sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=25220

EMELIANOFF, Cyria. La ville durable : l’hypothèse d’un tournant urbanistique en Europe. [en ligne ] Vol.71 2007-3, Armand Colin, 2003, p.48-65. Disponible sur http://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2007-3-page-48.htm

KARG Frank. Friches urbaines : propositions pour une politique de développement écologique et d’aménagement local, Environnement et Technique, Janvier 2008, 273 A, p. 41-46.

MATHIEU Nicole et GUERMOND Yves. La ville durable : quelques enjeux théoriques et pratiques. Indisciplines. [en ligne] 2005, édition QUAE, p. 122-135. Disponible sur http://wwww.cairn.info/la-ville-durable-du-politique-au-scientifique—page-57.htm

P.L.. Auto-construction d’une maison écologique en paille, L’Age de faire, avril 2008, 019, p. 14-15.

THEYS Jacques et EMELIANOFF Cyria. Les contradictions de la ville durable. Le Débat. [en ligne] 113 2001/1, Gallimard, p.122-135. Disponible sur http://www.cairn.info/revue-le-debat-2001-1-page-122.htm

Wikipédia, l’encyclopédie libre, Fondation Wikimédia, mise à jour novembre 2013, publication en novembre 2012 [consulté le 10 décembre 2013]. Les « écovilles » ou « écovillages ». Disponible sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Urbanisme%C3%A9cologique

Wikipédia, l’encyclopédie libre, Fondation Wikimédia, mise à jour 3 décembre 2013, publication en avril 2009 [consulté le 10 décembre 2013]. Ecoconstruction. Disponible sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89coconstruction

 

This entry was posted in La ville en mutation and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Les logements écologiques urbains : une réelle nécessité ?

  1. GARDINAL Valentin says:

    Je trouve que le sujet est très intéressant. il est vrai que les Eco logements sont une grande avancer en matière d’écologie malgré le faite qu’ils ne soient pas encore très présent en France.

  2. MOUROT Léonie says:

    Je trouve votre sujet intéressant. En effet, malgré leur coût élevé, les logements écologiques pourraient améliorer notre cadre de vie ainsi que notre santé. De plus, ces constructions ont un réel impact positif sur l’environnement. C’est pour cela qu’il parait important d’inciter leur développement.

  3. BARNAULT Florian says:

    Je dis oui a l’expension des villes ecologique mais est ce que cela est vraiment faisable. Est ce que avec une telle pollution que nous avons de nos jours dans nos grandes villes, une habitation verte, fleuri ne ferait elle pas tache dans le paysage et surtout, arriverait elle a persisté avec le temps?