L’industrie agro-alimentaire: répondra-t-elle aux besoins grandissants des citadins tout en évitant le gaspillage alimentaire?

Introduction

En France, il y a environ 61 795 000 Français, dont 77,5 % vit en ville selon l’INSEE. Il y a de plus en plus de citadins en France, donc de plus en plus de besoin. Plus les besoins augmentent plus il y a des déchets qui s’accumulent, le gaspillage alimentaire augmentent de plus en plus en ville. Comment éviter tout cela ? Pour répondre à toutes nos questions nous nous sommes demandé dans quelle mesure l’industrie agro-alimentaire pourra-t-elle répondre aux besoins grandissants des citadins tout en évitant le gaspillage alimentaire? Nous allons répondre à la question grâce à des documents et ou des graphiques, des dessins, etc. etc… Nous allons tout d’abord nous intéresser aux besoins alimentaires grandissants des citadins, puis nous allons nous intéresser au gaspillage alimentaire et enfin nous allons nous demander si l’industrie agro-alimentaire pourrait répondre aux deux problèmes posés au-dessus.

Les besoins alimentaires grandissants

En 2008, le nombre de citadins a dépassé celui des ruraux pour la première fois de l’histoire. D’ici 2030, 60 pour cent de la population mondiale vivra dans les villes. Au fur et à mesure que les villes s’étendent, les besoins alimentaires des familles citadines augmentent.

L’insécurité alimentaire est une réalité en France qui touche 12 % de la population. Elle traduit un accès insuffisant, en quantité ou en qualité, à une nourriture saine et socialement acceptable.

Depuis 1990, la consommation est devenue un espace de contestation sociale. Les choix alimentaires traduisent désormais tout autant la prise de conscience des enjeux de développement durable, qu’une certaine méfiance vis-à-vis des produits issus de l’industrie agro-alimentaire. Les citoyens de plus en plus nombreux appellent à un retour vers une alimentation plus « naturelle ».

On peut voir que la consommation de la classe moyenne augmente ces dernières années pour les pays comme l’Inde, la Chine. Cependant, les pays comme les Etats-Unis, le Brésil ou la Russie, leur consommation reste stable. Ce ne sont que des prévisions pour 2050. On constate que la part de la consommation de la classe augmente fortement elle passe de 1% à 31% en 2050, comme le montre le graphique ci-dessous, de Kharas H., 2010, The emerging middle class in developing countries.

 

Consommation de la classe moyenne selon différents pays.

Source : eea

 

La population mondiale vit aujourd’hui majoritairement dans les villes et cette urbanisation devrait s’accentuer d’ici à 2050. Le changement dans les modes d’alimentation est directement lié à cette urbanisation, souvent couplée à une augmentation du pouvoir d’achat. Si la nourriture des citadins est souvent plus diversifiée que dans les campagnes, elle est aussi plus riche en viandes et graisses et associée à une activité physique moindre. Se pose dès lors la question de la capacité mondiale à satisfaire une demande de pays en développement dont les régimes alimentaires rejoignent peu à peu ceux des pays développés. C’est pour cela que nous allons nous intéresser au gaspillage alimentaire en France.

Gaspillage alimentaire

Source : Le Figaro

En moyenne en France, nous jetons 25 % des aliments, comme nous le montre le graphique ci-dessus, soit, 5,6 millions de tonnes de déchets alimentaires par an, ou encore, soit 89,9 kg par an et par habitant.

Certains citadins gaspillent plus que d’autres, comme nous le montre cette carte de France, de source Institut Bruxellois pour la Gestion de l’Environnement. Nous voyons que les personnes qui gaspillent le plus viennent d’île de France, cela peut s’expliquer par le fait qu’il y ait beaucoup plus de monde à Paris.

 

Source : Consoglobe

 

La France veut essayer de réduire par deux le gaspillage, le gouvernement Français à créer en juin dernier le pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Pour ce pacte, l’Etat prend les 11 mesures suivantes :

1.      Un signe de ralliement manifestant la mobilisation de chacun pour lutter contre le gaspillage.

2.      Une journée nationale de lutte contre le gaspillage, d’un prix « anti-gaspi » des pratiques vertueuses et d’une labellisation de ces pratiques.

3.      Des formations dans les lycées agricoles et les écoles hôtelières.

4.      Des clauses relatives à la lutte contre le gaspillage dans les marchés publics de la restauration collective.

5.      Une meilleure connaissance du cadre législatif et réglementaire sur la propriété et la responsabilité lors d’un don alimentaire.

6.      La lutte contre le gaspillage alimentaire dans les plans relatifs à la prévention des déchets.

7.      La mesure de la lutte contre le gaspillage alimentaire dans la Responsabilité Sociale des Entreprises.

8.      Le remplacement systématique de la mention DLUO par « À consommer de préférence avant… ».

9.      Une campagne de communication sur la lutte contre le gaspillage.

10.  Une nouvelle version du site dédié, www.gaspillagealimentaire.fr.

11.  Expérimentation, sur un an, du don alimentaire par les citoyens via une plate-forme numérique, EQosphère.

Après avoir étudié les problèmes qui se posent essentiellement en France mais aussi dans le monde entier, nous allons voir comment les industries agro-alimentaires gèrent tout cela.

 L’industrie agro-alimentaire face aux problèmes

Aujourd’hui, au niveau de l’industrie agro-alimentaire, nous pouvons constater d’après le document, de source INSEE, que les prix à la production ont énormément augmenté. Les produits concernés par cette hausse sont essentiellement les fruits, légumes transformés, les boissons, les produits industries alimentaires et les produits laitiers. Cette hausse débute depuis les années 2005 progressivement mais cependant, on peut observer un pic en 2008. Puis tout cela redescend peu de temps après.

 

 

Source : agreste.agriculture.gouv.fr

 

De nos jours, les industries agro-alimentaires vendent essentiellement de la viande, des boissons alcoolisées, des produits laitiers mais aussi d’autres produits alimentaires. La production de la viande représente une part de plus en plus importante mais cependant de nombreuses polémiques ont eu lieu ces dernières années, par exemple : les problèmes de vache folle, de grippe aviaire ou même la polémique avec la viande de cheval. Malgré tous ces scandales, les citadins en consomment toujours autant.

 

Source : agreste.agriculture.gouv.fr

 

D’après les quelques exemples donnés par le diagramme circulaire au-dessus, de source Agreste – Prodcom 2011, on peut constater que l’industrie agro-alimentaire arrive à faire face aux besoins grandissants des citadins, cependant elle est menacée par la crise, donc par la suppression d’emplois en particulier les industries comme Candia, Coca-Cola, Andros. Toutes ces menaces sont liées tout d’abord à cause de la hausse des matières premières, en particulier les matières premières agricoles (entre 25 et 35% depuis mai 2012 selon la FAO). D’après le document, on constate que les boissons alcoolisées comme le vin et les produits frais font de la concurrence au porc et à la volaille. Mais la production française est néanmoins confrontée à la production étrangère grandissante. Ce qui accentue de plus en plus la menace de la suppression d’emplois.

En plus des pays étrangers tel que le Brésil, la Chine, l’Argentine et l’Inde, la France doit s’adapter aux différentes contraintes mise en place récemment. Les industries agro-alimentaires essaient de faire face au coût du travail qui augmente, aux normes sanitaires qui deviennent de plus en plus exigeantes mais cela devient très difficile. De plus les industries agro-alimentaires doivent sans cesse s’adapter à l’alimentation changeante des citadins.

 

Conclusion

Pour finir, nous pouvons donc conclure que les besoins des citadins changent, les industries agro-alimentaires arrivent plus ou moins à faire face à ces besoins qui sont modifiés quotidiennement. Cependant, le gaspillage alimentaire continue sans cesse d’augmenter. Est-ce que les mesures mises en œuvre pour lutter contre ceci fonctionneront ? Il nous faudra attendre quelques temps pour le découvrir.

 

 

SORNAY Elise et RICHARD Noémie.

Bibliographie
  • Agreste. Production: prix et vente, Fluctuations importantes des prix à la production, 119 milliards d’euros de productions agroalimentaires vendues en 2011. Agrest agriculture. Prodcom, 2011, [consulté le 22 novembre 2013]. Disponible sur: http://agreste.agriculture.gouv.fr
  • Besoins alimentaires et croissance démographique. FAO 1996, [consulté le 20 novembre 2013]. Sommet mondial de l’alimentation. Disponible sur: http://www.fao.org/docrep/003/w2612f/w2612f04a.htm
  • Bruno Hérault. Besoins alimentaires et urbanisation à l’échelle mondiale. Rosenwald, Décembre 2010, [consulté le 24 novembre 2013]. Veille>centre d’études et de prospective. Disponible sur: agriculture.gouv.fr
  • HOW TO FEED THE WORLD 2050, Comment nourrir le monde en 2050. Disponible sur: http://www.fao.org/fileadmin/templates/wsfs/docs/Issues_papers/Issues_papers_FR/Comment_nourrir_le_monde_en_2050.pdf
  • Jean-Marie. Gaspillage alimentaire – qui jette le plus en France et dans le monde. Jean-Marie, 06/2011, [consulté le 12 novembre 2013]. Accueil>Développement durable>Développement durable>Gaspillage alimentaire – qui jette le plus en France et dans le monde. Disponible sur: http://www.consoglobe.com
  • Kongens Nytorv. L’élément moteur principale de la consommation sera la croissance économique et non la croissance démographique. Agence européenne pour l’environnement (AEE), 19/09/2011 [consulté le 22 novembre 2013]. Accès: Accueil/Signaux – Cet air que nous respirons/ Signaux 2011/ Grande tendance mondiale pour la terre à l’horizon 2050/ L’élément moteur principal de la consommation sera la croissance économique et non la croissance démographique, disponible sur: http://eea.europa.eu
  • Le Monde.fr avec AFP. L’agroalimentaire, nouvelle victime de la crise. Le monde, 16.11.2012, [consulté le 21 novembre 2013]. Disponible sur: http://www.lemonde.fr 
  • Pommier Anne-Hélène. 25% de déchets alimentaires consommés ou non dans la poubelle. Le figaro, 16/10/2013 [consulté le 22 novembre].
  • Pommier Anne-Hélène. Le gouvernement veut diviser le gaspillage par deux. Le figaro [en ligne], 16 octobre 2013 [consulté le 4 décembre 2013]. Disponible sur: http://www.lefigaro.fr/conso/2013/10/16/05007-20131016ARTFIG00260-le-gouvernement-veut-diviser-par-deux-le-gaspillage-alimentaire.php
  • Rivoal Catherine. Besoins alimentaires et urbanisation à l’échelle mondiale. Le centre d’études et de prospectives [en ligne]. Le ministère de l’agriculture, décembre 2010. Disponible sur: http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/CEP_Veille_41_Besoins_alimentaires_et_urbanisation.pdf
This entry was posted in La ville en mutation and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to L’industrie agro-alimentaire: répondra-t-elle aux besoins grandissants des citadins tout en évitant le gaspillage alimentaire?

  1. Noémie CHOFFEL says:

    Le sujet choisi est vraiment très intéressant et tout à fait d’actualité !
    la partie sur le gaspillage est impressionnante de par les chiffres évoqués ! il est vrai que c’est un réel problème.
    j’ai découvert ici les mesures mises en places par le gouvernement, c’est une bonne chose, et j’espère que ça aboutira à des progrès.

  2. Gloriod Camille says:

    Ce sujet est vraiment bien, très intéressant.. On ne pense pas assez au gaspillage, faire un article dessus est une très bonne idée pour montrer aux personnes qu’il faut davantage y faire attention.
    Le gouvernement a créer 11 mesures que je ne connaissais pas, votre article m’a permis de les découvrir.
    En espérant que cela marchera.

  3. BERTIN Guillaume says:

    Ce sujet est interressant et d’actualité. J’ai été impressioné par les chiffres cités et je ne savait pas que le problème du gaspillage était pris en compte par le gouvernement. J’espere que les mesures prises seront efficaces.

  4. GENOT Mélissa says:

    Ce sujet est complet et très bien choisi. Comme vous l’avez très bien évoqué, il y a toujours des problèmes sur le plan sanitaire de la viande. Mais nous les consommateurs, qui achetons toujours cette viande, nous devrions faire encore plus attention en achetant un produit. On devrait peut être même éviter d’acheter la viande dans les centres commerciales. Et je pense qu’il faudrait privilégier l’achat de la viande directement chez le producteur pour éviter ces scandales.

  5. MILLARET Thomas says:

    Très intéressant, très complet …
    En effet le gaspillage alimentaire et un acte que l’on pratique tous, tous les jours… Les chiffres annoncés dans votre article font froid au dos…
    Il est rassurant de voir que le gouvernement met en place des mesures afin de lutter contre ce gaspillage…