Nouvelles technologies et sociabilité chez les jeunes : amies ou ennemies ?

Depuis une dizaine d’années, les nouvelles technologies ont pénétré notre quotidien : messagerie électronique, messagerie instantanée, et plus récemment les réseaux sociaux… Ces médias en ligne sont des outils individuels, qui donc nous isolent des autres. Paradoxalement, on recense une montée en puissance de l’usage des réseaux sociaux, comme Facebook qui compte plus de 2 milliards d’utilisateurs. Des utilisateurs qui veulent justement se socialiser. Ainsi, on peut se demander en quoi les nouvelles technologies impactent-elles la sociabilité des jeunes. Doit-on considérer les outils numériques comme isolants ou socialisants ? C’est pourquoi je vais répondre à cette interrogation en étudiant, premièrement, l’aspect créateur de liens sociaux des NTIC. Puis, deuxièmement, en traitant l’isolement paradoxal qu’elles peuvent engendrer. Enfin, nous établirons le juste milieu à avoir pour bénéficier au mieux de tous les avantages.

Les nouvelles technologies : créatrices de liens sociaux

Un nouvel accès au monde

Depuis quelques années, les nouvelles technologies sont rentrées dans le quotidien de chacun. Écouter de la musique, parler avec des amis sur Facebook tout en réalisant des recherches pour un devoir d’école est devenu banale pour un jeune aujourd’hui.  Une véritable avancée technologique qui permet en quelques secondes d’avoir accès à n’importe quoi, n’importe quand.

Sociabilité

Twitter, Facebook ou encore Instagram, des applications aujourd’hui connues de tous et qui permettent en un clic de communiquer avec le monde entier. Il s’agit d’une véritable révolution en termes de communication. En effet, nous pouvons désormais garder contact avec des amis ou de la famille qui vivent loin de nous. Sms, vidéo conférences, tchat… tous les moyens sont mis en oeuvre pour nous aider à garder contact. Un vrai confort qui ne cesse d’évoluer ces dernières années.

Un nouvel accès au monde donc, en seulement quelques clics. Et bien que ces nouveaux outils nous permettent de maintenir nos liens sociaux avec nos proches, ils permettent aussi d’en créer de nouveaux.

 

Un accélérateur de rencontres

Les nouveaux outils technologiques dont nous disposons aujourd’hui sont de vrais tremplins pour la communication chez les jeunes. Comme nous l’avons dit précédemment, l’arrivée du téléphone portable ou encore plus généralement des réseaux sociaux toujours plus accessibles leur permettent de maintenir les liens de sociabilité et même d’en créer de nouveaux. Ils permettent « d’assurer une présence à distance ». Selon Jakobson dans les Essais de linguistique générale c’est la fréquence et la continuité des flux qui valident le lien.
D’après une étude américaine, les adeptes de ces technologies ont aussi tendance à avoir un réseau de contacts plus diversifié que ceux qui ne les utilisent pas. 45 % des jeunes en général affirment discuter de sujets importants avec quelqu’un d’autre qu’un membre de leur famille. Pour les internautes, cette proportion passe à 55 %. Ceux qui échangent des photos en ligne ont par ailleurs 61 % de chances en plus que la moyenne d’avoir des discussions avec des interlocuteurs ayant des sensibilités politiques différentes des leurs. Les blogueurs ont 95 % de chances supplémentaires d’avoir des relations sociales avec quelqu’un d’une autre couleur de peau.

Ainsi, nous avons aujourd’hui l’opportunité de discuter, de rencontrer de nouvelles personnes par le biais d’Internet et donc de créer des liens avec d’autres personnes que nous n’aurions peut être jamais eu l’occasion de rencontrer sans ça.

Mais, ces nouvelles technologies auxquelles de nombreux jeunes se disent « accros », ne seraient-elles pas synonymes d’isolement social?

 

De l’addiction à l’isolation

Une addiction grandissante

Selon un sondage, la première action réalisée par les jeunes est la consultation de leur téléphone dès le réveil. Mais bien que cette avancée technologique améliore à première vue la condition de vie, il entraîne un véritable problème : les jeunes deviennent addicts et s’isolent. Ils se renferment sur eux et croient ne pas être compris. Ils vivent dans ce fameux monde virtuel.

Twitter, Instagram, Facebook, Youtube… Tout comme on ne compte plus le nombre de sites sur lesquels nous sommes inscrits, on ne compte plus réellement le temps passé à mettre son profil à jour, retweeter ses amis ou encore partager des photos. 5 minutes dépensées par-ci par-là qui, mises bout-à-bout, nous font passer pas moins de deux heures par jour derrière notre écran d’ordinateur, de téléphone portable ou de tablette.

Dans ce sens, une étude parue en 2011 réalisée par l’Unaf montre que 59% des adolescents déclarent se connecter tous les jours sur Facebook. Ce chiffre, qui ne cesse d’augmenter au fils des années, montre bien l’addiction croissante des jeunes envers les réseaux sociaux.

Une véritable addiction donc, qui entraîne certaines personnes à avoir un véritable comportement compulsif vis-à-vis des réseaux sociaux : elles vérifient de façon quasi-obsessionnelle que ce qu’elles ont posté a été commenté, liké ou encore si elles ont de nouveaux followers… Ces conduites compulsives sont facilitées par la consultation des sites sociaux sur mobile donc partout et n’importe quand, chez soi, en réunion, dans les transports en communs…

 

 

 Vidéo youtube « Réseaux sociaux, tous accros? » – Disponible sur: https://www.youtube.com/watch?v=LbXyq0VWvGM

 

 

Les NTIC et l’isolation sociale

Les nouvelles technologies permettent de communiquer avec le monde entier mais nous demeurons finalement isolés dans notre chambre sans même avoir la capacité de saluer nos voisins. Ou encore, nous sommes rivés sur nos écrans dans la rue, dans les transports, nous empêchant alors de communiquer avec de « vrais » personnes. Les NTIC développeraient donc un certain type de lien virtuel mais celui-ci se ferait au détriment du lien réel et aboutirait à une certaine forme d’isolement et de rupture avec la « vraie vie ».

Jean Twenge, professeur en psychologie à l’université de San Diego, étudie les différences de santé mentale entre générations depuis vingt-cinq ans et a remarqué que les courbes de plusieurs paramètres qu’il surveille régulièrement s’étaient effondrées depuis 2012 : la fréquence des rencontres entre jeunes, la proportion de lycéens ayant déjà eu des relations sexuelles ou un simple rendez-vous. Dans le même temps, le pourcentage d’adolescents dépressifs, déclarant se sentir seuls et commettant des tentatives de suicide a atteint des sommets. Et le coupable ne serait autre que le smartphone.

 

cyberdép« La cyber dépendance » – Caricature de Philippe Decressac – Disponible sur: http://reseauxsociauxtpecausse.blogspot.fr/p/la-cyberdependance-lorigine-la.html

L’addiction des jeunes à Internet est telle qu’ils en oublient de se faire de « vrais » amis. Des chercheurs de l’université de Pittsburgh ont interrogé en 2014 1787 personnes âgées de 19 à 32 ans sur leur fréquence d’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux. Ils ont ainsi pu constater une véritable corrélation entre utilisation des réseaux sociaux et sentiment d’isolement social. En effet, il est possible que les jeunes qui utilisent de plus en plus les réseaux sociaux se sentent de plus en plus seuls car ils ont moins de temps pour des « expériences sociales plus authentiques ».

 

Un juste milieu

Selon Régis Bigot, directeur du département « Conditions de vie et aspirations des Français » au Crédoc, Internet n’est pas un obstacle à la socialisation des nouvelles générations. Son utilisation, au contraire, aurait plutôt un effet positif. En effet, les gens qui sont complètement immergés dans les réseaux sociaux virtuels sont des personnes très connectées dans leur réseau social réel. Il s’agit d’un véritable outil de mise en relation.

Autant qu’elles peuvent favoriser le contact et l’entraide, elles peuvent nous priver du lien social réel et nous plonger dans l’isolement par écran interposé. Tout est donc une question de juste milieu.

Les nouvelles technologies, de véritables avancées en termes de communication oui, mais à consommer avec modération…

 

Pour conclure…

Les nouvelles technologies peuvent à la fois créer et détruire les liens sociaux. Elles permettent de communiquer avec n’importe qui, n’importe quand et de rester en contact avec nos proches. Cependant, comme toutes les bonnes choses, il ne faut pas en abuser car une utilisation trop excessive peut mener à une isolation social. Il suffit donc de trouver le juste milieu pour en retirer tous les bienfaits.

CHAMBEROT Léa

• Bibliographie • 

 

• BANCAUD, Delphine. Les réseaux sociaux, un vrai danger pour les plus jeunes. In 20min.fr [en ligne], 2011, [consulté le 26 octobre 2017].  Disponible sur : http://www.20minutes.fr/societe/753091-20110705-reseaux-sociaux-vrai-danger-plus-jeunes

 

 

• BELLOUZE, Fahem. L’impact des nouvelles technologies sur les jeune ? In Labo G-4 [en ligne], publié le 28/03/2014, [consulté le 25 novembre 2017].  Disponible sur : http://www.labo-g4.fr/v1//node/245

 

 

• CARDOEN, Aïcha et COLLARD, Yves. Facebook isole-t-il ou socialise-t-il ? in media-animation [en ligne], mars 2012, [consulté le 25 novembre 2017].  Disponible sur : http://www.media-animation.be/Facebook-isole-t-il-ou-socialise-t.html

 

 

• DECRESSAC, Philippe. La cyber dépendance [caricature]. In Causse Maeva. blogspot.fr [en ligne], 16 janvier 2016 [consulté le 20 décembre 2017].  Disponible sur : http://reseauxsociauxtpecausse.blogspot.fr/p/la-cyberdependance-lorigine-la.html

 

 

• DESHAYES, Marie. Les réseaux sociaux, miroirs de solitudes ? Sciences humaines, 01-06-2017, n°293, p.11.

 

 

• JEANNEAU, Laurent. Technophiles, mais pas « geeks ». Alternatives économiques, 2013, n°322, pp.43-45

 

 

• LE NUE, Charlène. Les nouvelles technologies favorisent-elles le lien social ? in café-citoyens [en ligne], 2011. [Consulté le 30 novembre 2017].  Disponible sur : http://www.cafes-citoyens.fr/comptes-rendus/608-les-nouvelles-technologies-favorisent-elles-le-lien-social

 

• METTON-GAYON, Cécile. Nouveaux outils et nouvelles formes de sociabilité chez les adolescents. In Lecture Jeunesse [en ligne], 2008. [Consulté de 25 octobre 2017].  Disponible sur : http://www.lecturejeunesse.org/articles/nouveaux-outils-et-nouvelles-formes-de-sociabilite-chez-les-adolescents/

 

• MOUTOT, Anaïs. L’addiction aux réseaux sociaux, nouveau fléau de santé publique. In LesEchos.fr [en ligne], 19 décembre 2017. [Consulté le 23 décembre 2017].  Disponible sur : https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0301001502005-laddiction-aux-reseaux-sociaux-nouveau-fleau-de-sante-publique-2139642.php

 Nouvelles technologies et culture des jeunesIn revolublog.com [en ligne], 2014. [Consulté le 25 novembre 2017].  Disponible sur: http://newtechnology-culturejeune.revolublog.com/introduction-p737758

This entry was posted in La jeunesse and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Nouvelles technologies et sociabilité chez les jeunes : amies ou ennemies ?

  1. btsenil says:

    Ton sujet est très intéressant. C’est vrai nous sommes tous concernés par les nouvelles technologies, notamment internet et les réseaux sociaux. C’est en quelque sorte notre quotidien comme tu l’as dit. Ton article est vraiment bien écrit et totalement réaliste. Il est complet et pour moi il ne manque aucun point.
    Charlotte LAMBERT

  2. btsenil says:

    Je trouve ton sujet vraiment intéressant. Tu as énoncé tous les points importants nécessaires. C’est une bonne idée d’avoir inséré une vidéo dans ton blog.
    Je suis complètement d’accord avec tout ce qui tu dis, les nouvelles technologies sont présentes au quotidien dans notre vie et ça peut devenir un réel problème..
    Fiona BOREL

  3. btsenil says:

    Je trouve le sujet très intéressant et l’article bien construit. Comme tu l’explique, les nouvelles technologies sont vraiment très présentes chez les jeunes. Nous sommes donc tous concernés par ce sujet sur lequel il est intéressant de réfléchir afin d’observer les effets qu’elles ont sur nous qu’ils soient bons ou mauvais. De plus, la vidéo ajoute quelque chose d’attractif à ton article.
    Aurélie OVISTE