La place du sport chez les jeunes

Les activités physique et sportives ont reconnu un développement massif chez les jeunes depuis 1960. En effet l’éducation physique et sportive est pratiqué dès notre plus jeune âge.On peut donc ce demander quelle est la place du sport chez les jeunes? Dans un premier temps nous aborderons le sujet des biens faits du sport, puis nous parlerons des liens qui ce crée lors de la pratique physique, pour terminer sur l’avenir des jeunes sportifs.

 

Les biens fait du sport pour notre corps

 Le cerveau pendant l’adolescence

L’adolescence est une phase du développement humain physique et mental qui se produit pendant la puberté jusqu’à l’âge adulte. Tout change, la voix, la masse musculaire, les exigences sociétales, le regard des autres. Pendant cette période le cerveau est en plein développement, de nouvelles capacités font leur apparition et certaines zones qui le constitue se modifie plus ou moins rapidement. Si l’on pratique une activité sportive à cette période, les zones responsables de la coordination, de la vision, de l’équilibre et de toutes autres facultés cognitives impliqué dans le contrôle des mouvements seront renforcer. « Le sport a un rôle énorme sur le développement du cerveau et ses apprentissages » explique le neuropsychiatre Boris Cyrulnik. Un adolescent pratiquant du sport aura donc plus de réflexe et sera capable d’effectuer des gestes complexes.jeune-faire-du-sport

  Le sport, pour une bonne santé

L’activité physique possède énormément de vertus et constitue un moyen de se protéger contre certaine maladies comme le cancer du sein, du colon ou de la prostate, les maladies cardiovasculaire ou encore l’hypertension artérielle et l’ostéoporose. Elle a de très nombreux bienfaits sur la santé car elle réduit le risque de diabète, de lombalgies et d’obésité.  Pour améliorer le sommeil on peut pratiquer du sport mais pas après 16h. C’est un véritable atout contre le stress, la dépression et l’anxiété.

Pratiquer au moins une activité sportive pour avoir une bonne condition physique et pour bien vieillir !

 


Le sport crée des liens

La cohésion d’une équipe

Les étudiants ressentent un réel besoin de pratiquer une activité physique et sportive. Ils ont besoin de se décompresser durant certaines périodes qui ne sont pas toujours évidente, comme par exemple pendant les examens. Le sport d’équipe les aide à s’équilibrer et à se surpasser. En le pratiquant ils développent leurs courages et le collectif, ces qualités seront nécessaires dans leurs vies professionnelles. L’esprit d’équipe est un formidable vecteur de sens et de cohésion sociale, il crée parfois de réelles amitiés.

 

D’après une étude menée auprès des jeunes de l’ENIL de Mamirolle, nous pouvons voir que pour la majorité, le sport à une place importante dans leur vie. A la question : Qu’est ce que le sport vous apporte? ils répondent “Le sport m’apporte un bien-être physique et psychique”, “de la liberté”, “Rencontrer des nouvelles personnes, du bonheur, de la joie” ou encore “Du bien-être, de la confiance et permet de me défouler de temps en temps”…

 

Appuyer sur l’image pour voir une partie du sondage

 

Un plus dès l’enfance 

L’estime de soi se développe depuis tout petit et le sport favorise cet atout. Le sport leur permet ainsi de se fixer des objectifs, de se sentir valorisé surtout si l’enfant est en échec scolaire. Le sport collectif leur permet de réaliser leurs rêves tout en respectant les autres et les règles communes à chacun.
Cette pratique sportive régulière va permettre aux enfants d’augmenter la confiance en soi, le courage, la communication avec les autres de l’équipe et avec les adultes, leurs entraineurs. Tous ces atouts vont les aider à devenir plus mature, responsable et ses principes pourront s’appliquer dansleur vie professionnelle.

 


Un métier pour l’avenir 

Après l’obtention du baccalauréat ou une réorientation, les étudiants peuvent consulter leur Admission Post Bac. De nombreux jeunes souhaite s’orienter vers une filière sportive, et se tournent vers une formation STAPS, licences de sciences et techniques des activités sportives. En 2014,on pouvait trouver plus de 22 000 étudiants en première année de licence.     …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Mais où mène cette formation ?

Une grande diversité de métier est envisageable, pour un type de profil très différents.

La formation propose quatre domaines de spécialisation :

  • L’entrainement sportif : secteur du sportif professionnels qui peut mener à être champion, mais pas seulement, acrobate, cascadeur, ou encore danseur font partie de ce domaine. On peut aussi retrouver des activités utiles comme pisteurs secouristes, plongeur-démineur, …  ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………Travailler dans l’univers du sport sans être un grand sportif, c’est possible ! ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
  • Le management du sports : secteur varié qui mène comme agent de joueur, manager d’une organisation sportive ou encore le chargé de mission sport.
  • Le sport-Santé : secteur du médicales qui demandes certaines compétences. On retrouve donc les médecins et kinésithérapeutes pour soigner et entretenir les athlètes ou encore les diététiciens pour leurs donner quelques conseils.
  • Le commerce du sport : c’est une compétences commerciales qui mène aux emplois de la vente, de la gestion et du marketing.

Les passionnés du sports peuvent donc facilement se trouver un métier à leur image, et avoir une vision sur l’avenir.

 

 

 

 

Le sport, dès le plus jeune âge, trouve une place importante chez les individus. Il aide le cerveau à se renforcer lors de la période de l’adolescence, mais aide également à se tenir en bonne santé. L’équilibre, le bien-être et l’estime de soi sont des facteurs d’une bonne activité physique qui nous aide dans notre vie professionnelle et quotidienne. Certains étudiants, passionnés par le sport, pourront plus tard faire de cette passion un métier.

La pratique sportive trop excessive peut engendrer certaines complications sur votre santé, prenez soin de vous ! ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

CUCHEROUSET Loïse, DELACROIX Camille

 


Bibliographie

Bienfaits généraux de l’activité physique. In Le Figaro.fr [en ligne]. Le Figaro, pas de date de publication. Disponible sur http://sante.lefigaro.fr/mieux-etre/sports-activites-physiques/bienfaits-generaux-lactivite-physique/quels-sont-benefices

Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel. La condition physique des jeunes. Les analyses de la FAPEO, document datant de Juin 2008. Disponible sur http://www.fapeo.be/wp-content/analyses/archives/sport_jeunes.pdf

Florence Rostan, Chantal Simon, Zékya Ulmer. Promouvoir l’activité physique des jeunes. [en ligne]. Noirot, 7 juin 2011 [21/11/2017]. Disponible sur : http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1347.pdf

Garance, Renac. Ils sont fous, ces ados ! Sport et vie, juillet/aout 2017, n°163, pp 40-45.

Le sport est ma passion. In ONISEP [en ligne]. ONISEP, 26 septembre 2016 [11/12/2017]. Disponible sur : http://www.onisep.fr/Decouvrir-les-metiers/Des-metiers-selon-mes-gouts/Le-sport-est-ma-passion

Les bienfaits du sport pour notre cerveau. L’EQUIPE [en ligne]. L’équipe, publié le 28 juillet 2014 à 11h34. Disponible sur https://www.lequipe.fr/Ilosport/Archives/Actualites/Les-bienfaits-du-sport-pour-notre-cerveau/743672

Maillard, Catherine. Quand le sport favorise les liens sociaux. In Doctissimo [en ligne]. Doctissimo,11 mars 2011 [27/11/12]. Disponible sur : http://www.doctissimo.fr/html/forme/sports/articles/14955-sport-liens-sociaux.htm

Pascal Laborde. Le rugby, école de la vie. Alim’agri, juillet/août/septembre 2015, n°1562, pp. 48-50

Robert, Virginie. Le sport business : un marché d’opportunités. In L’échos [en ligne]. Léchos, 16 juillet 2014 [consulté le 21/11/2017]. Disponible sur : https://www.lesechos.fr/16/07/2014/LesEchos/21729-119-ECH_le-sport-business—un-marche-d-opportunites.htm

Sondage fait par nos soins sur Google Forms, envoyé aux étudiants le 6-12-2017, 75 réponses obtenues. Disponible sur https://docs.google.com/forms/d/11qFQfZjwudpsYrAp6Yp7VwJ5SIN1YmNs8tmzFwY8h1s/edit#responses

 

 

 

 

 

Posted in La jeunesse, Sans catégorie | Tagged , , , , , , , , , , , , | 3 Comments

Le rapport de la jeunesse face à l’alimentation

 

 

 

close-up-1851143_1280

 

 

Afin de contextualiser notre sujet, nous devons d’abord définir le terme « jeunesse ». Effectivement le mot jeunesse représente un groupe d’individus de la population, qualifiées de « jeune », qui sont en plein développement aussi bien au niveau de la maturité intellectuelle que corporelle.

L’alimentation est un des besoins fondamentaux de notre quotidien, en effet sans elle, nous conduisons notre corps (ainsi que notre esprit) dans le plus grand des dangers.

De plus, nous pouvons nous demander quel est le rapport de la jeunesse face à l’alimentation. Ainsi, les jeunes sont-ils trop exigeants en matière d’alimentation saine par rapport à la société ?

Afin de pouvoir répondre à ce problème éthique, nous allons voir d’abord qu’effectivement les jeunes sont trop exigeants en matière d’alimentation saine par rapport à la société, pour ensuite voir qu’il n’est pas toujours simple de bien manger pour les étudiants malgré une bonne volonté, puis nous terminerons par s’intéresser à la jeunesse et l’alimentation de demain.

 

 

Les nouveaux modes d’alimentation à la mode chez les jeunes

La nouvelle génération est une adepte des régimes veggies. Les jeunes suivent souvent un régime végétarien, vegan ou encore le dernier nouveau régime à la mode : le régime flexitarien. Alors, nous pouvons nous demander pourquoi les jeunes d’aujourd’hui ont cette forte attirance pour ces régimes alimentaires, qui parfois peut inquiéter certains parents vis-à-vis du manque de viande, ou de laitage. Les phénomènes comme la vache folle, la grippe aviaire, des lasagnes à la viande de cheval ont beaucoup choqué les français et notamment la jeune génération. En revanche, les jeunes sont beaucoup plus sensibilisés sur les animaux, la question de l’environnement, et aux modes de régimes alimentaires alternatifs, via internet où ils peuvent se retrouver confronter à des vidéos chocs sur la maltraitance des animaux, ou encore sur les réseaux sociaux comme Instagram, YouTube où ils font à des comptes influenceurs. De plus en plus de jeunes prennent conscience de l’impact que peuvent avoir certaines consommations de produits sur notre planète.

 

 

A la recherche de l’équilibre alimentaire

De nombreux étudiants aujourd’hui se retrouvent à la conquête de l’équilibre alimentaire. Assurément, devenir étudiant, signifie pour la plupart des jeunes quitter le petit cocon familial et les bonnes habitudes de cuisine des parents. Selon une étude BVA (société française d’études et de conseil) de 2009, les origines des déséquilibrent alimentaires sont variables : une prise alimentaire irrégulière, des apports nutritionnels déséquilibrés. En revanche, certains nutritionnistes revendiquent quelques conseils pour tenter d’obtenir le bon équilibre alimentaire. Il est recommandé :

  • De faire 3 repas par jour, en évitant au maximum de supprimer le petit déjeuner, car ce repas permet d’alimenter les muscles et le cerveau en énergie, il va donc apporter au corps les nutriments nécessaires pour la réalisation de ces tâches quotidiennes, aussi bien intellectuelle que physique ;
  • Lors de collation de manger du pain, des fruits ou encore des produits laitiers ;
  • Manger 5 fruits et légumes par jour ;
  • Manger des féculents (riz, pain, pâtes) à chaque repas ;
  • Pratiquer une activité physique régulière.

 

 

Vers une disparition de la malbouffe

La malbouffe désigne une mauvaise alimentation qui est due à des produits de mauvaises qualités, nuisibles pour la santé. Selon une étude réalisée par l’Inserm, Institut Nationale de la Santé et de la Recherche Médicale, en 2013 sur 15 000 jeunes, près de 61 % des adolescents interrogés disent faire attention à leur alimentation. Il existe diverses motivations telles que la perte de poids, ou le fait de prendre soin de sa santé, et donc de se sentir bien dans un corps sain.

 

 

Pas si simple de manger équilibrée en étant jeunes

Les jeunes mangent de plus en plus mal selon la Croix Rouge, en effet, ils ont de plus en plus un budget réduit pour faire leurs courses, et avec le prix élevé des produits frais, tels que les fruits et légumes, il n’est pas toujours simple pour eux de pouvoir manger de façon saine, malgré une bonne volonté de leurs parts.

Mais, en plus de ne pas avoir beaucoup d’argent, les étudiants sont souvent très pressés.

Même si les jeunes ont peu d’argent et peu de temps à consacrer à l’alimentation équilibrée, certains sites internet proposent gratuitement des conseils, des programmes afin de les accompagner dans la disparition de la « mal bouffe ». De plus, dans certains CROUS, des guides étaient distribués aux étudiants afin de pouvoir manger équilibrer en peu de temps et avec un petit budget.

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/chomage/pour-les-jeunes-difficile-de-bien-manger_2216912.html

 

 

Vers l’alimentation de demain

Les jeunes possèdent souvent pleins d’ambitions, et c’est notamment le cas d’une équipe d’ingénieur en agroalimentaire qui a décidé de se lancer dans le snacking, mais le snacking sain ! Croc & Vie est une nouvelle Start Up qui a pour but d’associer des sticks croustillants à faire tremper et une sauce à emporter n’importe où. Croc & Vie est disponible en distributeurs mais aussi en magasins. Il existe différents goûts, la première version de Croc & Vie se composait : d’un stick à base de lentilles et moutardes, aromatisé curry et d’une sauce à la noix de coco et aux carottes.

Les gâteaux apéritifs en plus d’être fait avec des légumes, ils peuvent être parfois remplacer par des insectes grillés.

 

En conclusion…

La plupart des jeunes d’aujourd’hui essayent d’avoir une vie saine en matière d’alimentation, nous pouvons notamment observer leurs implications dans certaines Start Up.

En revanche, alors que la tendance des jeunes à être des veggies est au plus haut, certaines inégalités demeurent encore. En effet, quelques étudiants n’ont pas un budget suffisamment conséquent pour avoir une alimentation composée uniquement de produits végétaux, bio, sans OGM, de produits issus du commerce équitable, ou encore des produits composés de protéines de Soja.

 

Bibliographie

Plus d’un jeune français sur dix est végétarien. CNEWS matin [en ligne]. CNEWS Matin, 20/11/2017, mis à jour le 23/11/2017 [consulté le 4 janvier 2017]. Disponible sur :http://www.cnewsmatin.fr/conso/2017-11-20/plus-dun-jeune-francais-sur-dix-est-vegetarien-769472

 Pour les jeunes, difficile de bien manger ! FranceInfo [en ligne]. FranceInfo, 01/06/2017, mis à jour le 01/06/2017 [consulté le 5 janvier 2018]. Disponible sur : https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/chomage/pour-les-jeunes-difficile-de-bien-manger_2216912.html

Les adolescents pas si accros à la malbouffe. LeFigaro.fr Santé [en ligne]. Pauline Fréour, 11/10/2016, [consulté le 28 décembre 2017]. Disponible sur : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/10/11/25506-loin-cliches-malbouffe-adolescents-font-attention-leur-alimentation

Equilibre alimentaire : les bases pratiques. E-santé.fr [en ligne]. Neyrat, Paul, 07/11/2001, mis à jour le 02 août 2012 [consulté le 26 décembre 2017]. Disponible sur : http://www.e-sante.fr/equilibre-alimentaire-bases-pratiques/guide/848

5- Croc&vie. Ecotrophelia France [en ligne]. Disponible sur : https://fr.ecotrophelia.org/content/5-crocvie

DROUIN Ophélie & DUTARTE Océane

Posted in La jeunesse | 6 Comments

L’apport des jeunes dans les changements sociétaux

Tout d’abord, avant de s’intéresser à la nature même des apports de la jeunesse sur la société, il semble légitime de s’interroger sur un point : qu’est-ce que la jeunesse ? Si l’on en cherche la définition proposée par le dictionnaire Larousse, la jeunesse est une «période de la vie humaine comprise entre l’enfance et l’âge mûr ». Cela laisse donc supposer que les individus appartenant à cette classe d’âge ne sont pas encore suffisamment accomplis pour être considérés comme « mûrs ». Or, il paraît bien réducteur de ne pas imputer à la jeunesse ses apports qui ont marqué notre société Occidentale, et ce depuis les années 1950. De facto, des domaines aussi fondamentaux que l’économie, la politique et la culture ont été influencés par sa vision novatrice, parfois antagoniste à celle adoptée par les générations dites plus « mûres ».

Ces explications soulignent alors le bien-fondé de ce questionnement : En quoi la jeunesse est-elle vecteur de changements au sein notre société ? En outre, la jeunesse fait preuve d’initiative en cherchant à transformer le paysage politique qui gouverne nos sociétés, en apportant sa conception intrinsèque de l’économie et en façonnant la culture à sa propre perception du monde.

“Jeunesse lève toi … ” (Saez)

Les jeunes apparaissent a priori détachés de la politique, leur désintéressement en est tel que selon une étude IFOP pour l’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes, l’abstention à la présidentielle de 2017 s’élèverait à 52 % chez les 18-25 ans. De ce fait, une part importante des jeunes illustre ce détachement et cette profonde accoutumance à l’attentisme. Le poids des institutions, de l’ordre établi, pèse trop sur cette fraction de la population, qui a choisi le désengagement plutôt que la mobilisation et la prise de position.

Pourtant, même si ce constat est révélateur d’un certain état d’esprit de désinvolture et de méfiance des jeunes envers la politique, il semble néanmoins omettre les 48% de jeunes votants, parmi lesquels des militants engagés de tous bords politiques, de tous horizons, qui veulent promouvoir leurs opinions politiques et les défendre. Le militantisme est en outre une voie privilégiée par les jeunes pour faire valoir leurs idées. Mais, l’engagement politique des jeunes ne se traduit pas uniquement par de la distribution de tracts ou par une participation à des débats d’idées : cet activisme se concrétise lorsque leurs idéaux de liberté, d’égalité, lorsque leurs convictions politiques sont mises à mal. Ce fut notamment le cas en France en mai 1968, lorsque la jeunesse étudiante parisienne s’est levée contre le pouvoir gaulliste alors en place, plus particulièrement contre l’aspect autoritaire qu’il incarnait. Ce soulèvement étudiant engendra une rupture fondamentale dans l’histoire de la société française et sa profonde réformation, matérialisées par la fin de cette autorité pesante et des valeurs morales et religieuses traditionnelles qu’elle incarnait.

En outre, il s’agirait d’un manque total d’exhaustivité que de généraliser le degré d’appartenance des jeunes à la politique : certains s’y sentent désaxés alors que d’autres sont galvanisés par la perspective d’être de véritables vecteurs de changements dans le paysage politique.

“Au temps où rien n’est impossible… “ (Saez)

Les jeunes ne sont pas tous égaux face aux difficultés économiques qu’ils sont amenés affronter. Certains sont victimes des failles du système économique, notamment du chômage. En effet, de nos jours, la jeunesse est de plus en plus touchée par l’inactivité due à une crise de l’emploi sans précédent. Le taux de chômage des jeunes était de 24% au dernier trimestre 2015, comparativement il était de 10% pour l’ensemble de la population.

Taux de chômage en Europe

« Taux de chômage des jeunes en Europe, 2005-2013 », source EuroStat, https://www.les-crises.fr/chomage-jeunes-en-europe


De plus, la jeunesse doit faire face à la précarisation de l’emploi. Les contrats précaires concernent 50% des 15-24 ans contre 13% des 25-49 ans.

Toutefois la jeunesse ne se décourage pas et parvient à trouver des solutions innovantes. Certains jeunes se lancent dans l’entreprenariat et créent ainsi des start-up. En outre, Mark Zuckerberg connu pour être le créateur de facebook, était étudiant lorsqu’il a révolutionné le domaine des réseaux sociaux et surtout de la communication. Les apports sont directement visibles puisque l’on dénombre plus de 2,1 milliards d’utilisateurs facebook au 11 novembre 2017. On remarque également que les nouvelles générations sont de plus en plus axées sur le domaine du numérique, ce qui représente une grande part de l’offre d’emploi actuellement. Des inégalités constantes stigmatisent une partie des jeunes qui ne vie pas dans des zones à fort potentiel économique, mais plutôt dans des zones dites “sensibles”. Ces jeunes, habitués à l’économie collaborative et à un certain “art de la débrouille”, sont une mine foisonnante d’idées et d’innovations. Ils se forgent ainsi une expérience dans l’entreprenariat et deviennent de véritables modèles de réussite, aussi bien d’un point de vue économique que social.

“Contre-courant toujours sont les contre-cultures … “ (Saez)

La jeunesse a également toujours eu un grand impact sur notre culture. En apportant continuellement toujours plus de nouvelles modes et de nouveaux états d’esprit, elle se trouve très souvent au cœur des grands changements socio-culturels des 50 dernières années. En effet, une grande diversité de mouvements culturels a marqué les sociétés Occidentales. La jeunesse a entériné de nouveaux genres musicaux, styles de vie et modes vestimentaires, ce qui a permis une diversification progressive de notre culture. Ce fut le cas en 1960, lorsque le mouvement Hippie fit son apparition. Ce courant de contre-culture, amené par une jeunesse engagée contre la violence, a marqué la société. En effet, ce courant rassembleur est né juste après la guerre du Vietnam et s’est très rapidement propagé partout en Occident. La culture est en éternelle évolution et c’est ainsi que les années rock en 1950, les années pop avec les Beatles avec le mouvement punk en 1960 ainsi que disco en 1970 se sont retrouvées intrinsèquement liées aux évolutions des mentalités chez les jeunes.

Toutefois, la culture ne se cantonne pas uniquement à la musique, elle marque également d’autres domaines comme la littérature, les arts entres autres. En développant la culture, les jeunes permettent un enrichissement et un renouvellement certains dans notre société. Cependant, ces changements brutaux peuvent mener à des désaccords avec les mouvements déjà en place précédemment. Reprenons l’exemple de la période hippie, de nombreuses manifestations ont eu lieu ainsi que de nombreux rassemblements afin de dénoncer les actions du gouvernement et de l’armée au Vietnam. Les combats de la jeunesse sont multiples et elle doit parfois s’engager pleinement pour défendre ses idéaux et ses convictions.

“Un jour viendra, nous aurons des rêves à nouveau” (Saez)

Ainsi, depuis les années 1950, les jeunes Occidentaux s’affirment dans notre société. Ils permettent petit à petit son évolution et sa transformation. La jeunesse modélise toujours un peu plus une société à son image et apporte toujours plus de nouveauté, elle serait en somme le souffle d’un vent nouveau. Toutefois, tout changement n’est pas forcément souhaitable ou positif, et cela peut engendrer des conséquences directes sur la société. Il persiste tout de même une question que l’on ne se pose pas au cours de ce bref article : est-ce un phénomène universel ? La jeunesse est -elle la même partout ? De ce fait, en Chine, en juin 1989, un étudiant s’est révolté contre son pays et s’est placé devant un char pour montrer son désaccord face à un Etat totalitaire privant son peuple de liberté.

https://www.youtube.com/watch?v=YeFzeNAHEhU, « 1989: Man vs. Chinese tank Tiananmen square « , 5 juin 1989


N’est-ce pas là le signe d’une jeunesse inspirant le changement ?

Collart Maëlle et Perrin Audran

Bibliographie :

  • Clémentine Raineau et Mathias Bernard, « Regards croisés sur la jeunesse » « Introduction « , « Siècles », 24 | 2006, mis en ligne le 01 mai 2007. URL : http://siecles.revues.org/1454
  • Tonino Serafini, « La précarité, maladie de la jeunesse », 09/03/2009, disponible sur : http://www.liberation.fr/france/2016/03/09/la-precarite-maladie-de-la-jeunesse_1438616
  • Sylvia Zappi, « Les jeunes entrepreneurs des quartiers loin des clichés », leMonde économie, 20.09.2016 à 11h44, mis à jour le 20.09.2016 à 15h28,  disponible sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/09/20/les-jeunes-entrepreneurs-des-quartiers-loin-des-cliches_5000621_3234.html#RxC0cdquvsSzhTLE.99http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/09/20/les-jeunes-entrepreneurs-des-quartiers-loin-des-cliches_5000621_3234.html
  • Nicole Gallant, Directrice de l’OJS, avec la participation des étudiants Stéphanie Atkin, Anne-Marie Brunelle, Katherine Labrecque et Guillaume Tremblay-Boily, « Mémoire de  l’Observatoire Jeunes et Société : Consultation en vue de  la future Politique québécoise de la jeunesse « , Observatoire Jeunes et Société , Septembre 2015
  • Mathias Bernard,  » La « culture jeune », objet d’histoire ? « , « Regards croisés sur la jeunesse »,  « Siècles », 24 | 2006, mis en ligne le 20 février 2014, URL : http://siecles.revues.org/1465
  • Rainer Zoll, « Nouvel individualisme et solidarité quotidienne : Essai sur la mutations socio-culturelles », 2016
  • Anne Muxel, « L’engagement politique dans la chaîne des générations »,  C.E.R.A.S | « Revue Projet », 2010/3 n° 316 | pages 60 à 68, disponible sur : https://www.cairn.info/revue-projet-2010-3-page-60.htm
  • Geoffrey Pleyers, Brieg Capitaine, « Introduction. Alteractivisme : comprendre l’engagement des jeunes », Agora débats/jeunesses 2016/2 (N° 73), p. 49-59, disponible sur : https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2016-2-page-49.htm
  • Olivier Berruyer, « Taux de chômage des jeunes en Europe, 2005-2013 », source EuroStat, https://www.les-crises.fr/chomage-jeunes-en-europe
  • François Bougon, « Ce qui s’est vraiment passé à Tiananmen », disponible sur :  http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/06/04/ce-qui-s-est-vraiment-passe-a-tiananmen_4432014_3216.html#sI3y6yQoZiFqfo8W.99, Le Monde.fr | 04.06.2014 à 18h12 • Mis à jour le 04.06.2014 à 18h50
  • CNN, « 1989: Man vs. Chinese tank Tiananmen square « , Diffusion de la chaîne américaine CNN le 5 juin 1989, video disponible sur : http://edition.cnn.com/videos/world/2013/06/03/vault-1989-tiananmen-square-man-vs-tank.cnn
Posted in La jeunesse | Tagged | 3 Comments

Cinéma et jeunesse une histoire d’influence

Cinéma et jeunesse une histoire d’influence

 

Si pour vous la vie est comme une boite de chocolats, que vous avez déjà entendu parler du Mordor et de la Matrice, que vous connaissez le Faucon Millénium et la DeLorean ; si vous savez que dans l’espace on ne vous entend pas crier et que vous auriez aimé que Rose se pousse un peu pour sauver Jack, alors vous devez être plutôt familier avec le cinéma.

Le cinéma représente une énorme industrie culturelle. Il est à la fois un moyen d’expression d’une vision du monde ou d’un imaginaire pour les artistes, un moyen de devenir célèbre pour les acteurs par le star system, et un moyen de divertissement très répandu dans le monde. 70% de la population Française va au cinéma au moins une fois par an. Et qu’en est-il des moins de 25 ans ? Est ce que cinéma et jeunesse s’influencent mutuellement ?

Nous allons voir dans la suite de cet article que les jeunes ne vont pas au cinéma de la même façon que leurs aînés. Mais aussi que les cinémas cherchent à attirer toujours plus de jeunes. En retour, les nouvelles générations se sont appropriées le cinéma et recherchent de nouvelles façons de regarder des films sans aller dans les salles obscures.

received_10213370574852970Posez-vous la question : combien de fois êtres-vous allé au cinéma cette année ?

Source : Anaïs Fanget et Coralie Leclerc


Les jeunes au cinéma 

 

Les jeunes vont au cinéma de façon collective, à plusieurs ou entre amis. La sortie au cinéma et le choix du film ne sont pas programmés à l’avance, ils se font sur place de manière spontanée. Ils sont les plus gros consommateurs de boissons, friandises et popcorns au cinéma. Les activités liées au cinéma (avant-première, ciné-club, conférence, retransmission de spectacle ou de sport dans une salle, etc.) attirent 35,3 % de la population jeune. Les moins de 25 ans sont à l’origine de 32,9% des entrées au cinéma.

Malgré tout cela, on observe une baisse du public jeune de 2015 à 2017 . En effet, Le taux des moins de 25 ans baisse au sein du public. En  2017, ils représentent 14,1% des spectateurs contre 32,4% en 2016 et 33,1% en 2015. Cette diminution du public jeunes est en partie des élèves et des étudiants. Avec cette diminution le CNC ( Centre National de Cinéma et de l’image animé) a pu constater que l’âge moyen des spectateurs de cinéma en 2017 est de 36 ans.

graphique2 graphique1

Histogramme des pourcentages de public selon l’âge tiré du CNC

http://www.cnc.fr/web/fr/publications/-/ressources/12906147

secteur

Graphique en secteur de la répartition du public tiré du CNC
http://www.cnc.fr/web/fr/cinexpert-barometre-du-public-des-salles-de-cinema/-/ressources/13473315


Comment le cinéma attire-t-il les jeunes ?

 

admission-2974645_1920

Billets de cinéma

https://pixabay.com/fr/admission-coupon-admettre-acheter-2974645/

Aujourd’hui on assiste à une forte augmentation du téléchargement illégal qui détournent les jeunes générations du cinéma classique et de la télévision. Les cinémas savent que les jeunes sont une part du public importante et pour attirer de plus en plus de spectateurs jeunes, ils vont utiliser différentes techniques.

Le prix du billet est déterminant chez les jeunes. La plupart des cinémas utilisent déjà un tarif jeune, en permettant aux mineurs ou aux propriétaires d’une carte étudiante ou une carte avantage jeune de bénéficier de places de cinéma à prix réduit. La place coûte environ 5€ avec le tarif jeune alors qu’un billet au tarif normal coûte en moyenne 6.42€. Pour éviter les augmentations de prix, les professionnels du cinéma se sont battus pour que le taux de TVA sur le billet reste à 5%. Mais le prix n’est pas le seul critère qui intéresse les jeunes.

Les événements créés autour du cinéma comme les avant-premières, les places offertes ou la fête du cinéma sont très appréciés par les jeunes car ils leurs permettent de découvrir des films qu’ils n’iraient d’ordinaire pas forcément voir.

La promotion des films est de plus en plus orientée vers les jeunes. Aujourd’hui il est presque impossible de passer à côté d’un film tant la promotion sur internet est présente : elle passe surtout par les réseaux sociaux en particulier sur Facebook et YouTube dont les jeunes représentent le plus grand nombre d’utilisateurs. De plus, les bandes annonces des films sont de plus en plus travaillées pour provoquer une émotion forte chez le spectateur. Les jeunes sont la tranche d’âge la plus attirée par la bande annonce.

Enfin le film, lui-même, est un critère majeur car les jeunes vont aller voir au cinéma les films qui les intéressent le plus. Et il existe un genre de film qui est complétement orienté vers les jeunes : il s’agit des Teen Movies. Ces films sont souvent très réalistes et parlent de problématiques adolescentes comme l’amour, la sexualité, l’estime de soi, l’amitié, etc. Ils ciblent directement les jeunes en utilisant leurs propres codes et des personnages souvent stéréotypés. Dans une grande majorité, ils parlent de la jeunesse d’Amérique du Nord. Il existe une grande variété de Teen Movies qui peuvent appartenir à plusieurs genres qui sont comédie, drame, film d’horreur ou encore fantastique. Par exemple les franchises Harry Potter et Hunger Games sont des grands représentants du genre Teen Movies.
Du côté des films d’horreurs, il existe un sous genre qui plait particulièrement aux jeunes : le Slasher. Ces films mettent en scène des meurtres souvent réalisés par un tueur qui élimine un à un les personnages de l’histoire. On peut compter parmis les Slashers célèbres les franchises Halloween et Saw. C’est une manière qu’utilisent les jeunes pour vivre des émotions fortes mais ce n’est pas la seule façon qu’ils utilisent pour s’approprier le cinéma.


Comment les jeunes s’approprient-t-ils le cinéma ?

 

Les jeunes ne se contentent pas de regarder de façon passive les images qui passent devant leurs yeux. Quand ils regardent un film, ils interprètent et créent des liens entre les événements du film et la vie réelle. Autour du film, ils vont commenter, parler et analyser ce qu’ils ont vu. Enfin la culture jeune influence le cinéma et on voit apparaître des films pensés par les jeunes.

    Le jeune spectateur va choisir le film qu’il veut voir en fonction de ses goûts : s’il préfère les films d’action et les drames, il n’ira pas voir un film de science-fiction. L’attirance pour tel ou tel genre de film est déjà une façon d’affirmer ses goûts au cinéma. Et les jeunes préfèrent les films éloignés de la vie réelle dont l’intrigue se déroule par exemple dans l’espace ou dans un monde médiéval fantastique. Ils vont rentrer dans l’histoire en s’identifiant aux personnages et en faisant comme si l’univers présenté était réel. On parle de la suspension de l’incrédulité, l’histoire du film devient crédible.

Le plus important dans un bon film pour les jeunes générations ce n’est pas le réalisme. Un bon film peut se dérouler dans un univers éloigné du réel mais il doit évoquer des résonances personnelles et les personnages doivent être authentiques. Pendant le film, les jeunes comparent la psychologie et la manière d’agir des personnages avec leur propres expériences et jugent s’ils sont vraisemblables ou non. Par exemple un personnage qui ne réagit pas de la bonne façon dans une scène dramatique fait sortir le spectateur du film (comme la mort de Marion Cotillard dans « Dark Knight Rises »).

Chaque spectateur interprète un film de façon différente. Cependant cette interprétation ne reste pas isolée. Les jeunes, surtout, communiquent sur les films qu’ils ont vu avec leur entourage. Ils vont parler en moyenne avec 6 personnes du dernier film qu’ils ont vu. Ils utilisent également les réseaux sociaux pour partager leurs opinions avec leurs amis ou tout simplement liker un film qu’ils aiment.

Parce que la culture jeune est devenue omniprésente, on voit apparaitre de plus en plus de films qui intègrent cette culture.  « Scott Pilgrim vs the World» réalisé par Edgar Wright est un exemple de ce genre de films dont voici deux extraits : https://youtu.be/dTfpqUm2TVg. Le jeu vidéo n’est pas le thème du film mais il contient énormément de références au jeu vidéo et à la pop culture. E. Wright a utilisé toutes ces références pour donner un style visuel et musical au film et marquer son film dans une époque. Les jeunes deviennent auteurs, réalisateurs et graphistes et expriment leur culture à travers le cinéma.

Scott_PilgrimL’affiche de Scott Pilgrim

https://www.senscritique.com/film/Scott_Pilgrim/368734


Les nouvelles formes de cinéma

 

Le concept des salles de cinéma reste le même depuis des générations( sièges en velour rouge, grand écrans blanc,public face aux images projetées, silence complet dans la salle). Mais,  les nouveaux modes  de projections de film ont influencé les jeunes à aller moins souvent au cinéma. Tablette, ordinateur, portable…, tous ces nouveaux écrans leurs permettent de regarder les films mais dans des conditions qui nous semblent plus adaptées (se poser dans son lit, utiliser son portable, et même aller au petit coins sans loupé une miette du film). La guerre des petits et grands écrans est déclarée.

Mais il n’y a pas que les nouveaux écrans qui attirent les jeunes à moins fréquenter les salles. Qu’est ce donc? Qui sont t-ils?

Nous vous présentons les sites de films et séries en lignes, la plupart gratuits, ce sont le STREAMING.

Depuis leur arrivée, les nouvelles générations ont été de plus en plus attirées par ce nouveau mode de visionnage. Cela les attire  car ils sont souvent gratuits, donc des économies pour les jeunes. Ils peuvent voir certains films en avant-première. Hormis les films, cela leurs permet également de visionner des séries étrangères qui ne passent pas sur des chaînes de télévision en France.

Ces sites présentent aussi des films que l’on ne peut visionner que chez eux.

Cette vidéo que nous vous laissons visionner est un sondage réalisé par le magazine l’étudiant, il demande à des jeunes s’ils préfèrent le cinéma ou le streaming. Il nous confirme que, alors qu’on aurait pu le croire à cause de la concurrence du streaming, le cinéma a encore connu des chiffres de fréquentation en hausse cette année, surtout auprès du jeune public.

Liens:https://www.youtube.com/watch?v=MTjJG4kQy_E

Toutes ces informations peuvent nous amener à nous poser la même question : est-ce que le cinéma peut disparaître avec toutes ces nouvelles technologies ou sera t-il juste moins populaire ?

popcorn-1085072_1920Un des éléments liés au cinéma : le Pop Corn

https://pixabay.com/fr/pop-corn-film-c%C3%A9l%C3%A9bration-1085072/


Conclusion

Avec les différents points que nous avons analysé nous pouvons en conclure que le cinéma et les jeunes sont liés entre eux . En effet les jeunes sont le plus gros public du cinéma et le cinéma permet aux jeunes de se découvrir au travers de personnages, et malgré quelques concurrents le cinéma reste quand même le lieu préféré des jeunes pour aller voir un film avec leurs amis. Alors profitez-en aussi.

Coralie Leclerc et Anaïs Fanget


Bibliographie

 

  • BEOUCHE, Nawelle ; TABELLION, Elsa . Vous êtes plutôt streaming ou cinéma ? [Reportage]. [vidéo en ligne]. In Youtube.com [en ligne].  L’Etudiant, mise en ligne 11/04/2017, [consultation le 05/01/2017] 1 vidéo de 2 min 44. Disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=MTjJG4kQy_E
  • BOUTIN, Perrine . La fonction de la salle dans les entreprises de promotion de médiation au cinéma : mise en perspective des enjeux du numérique au regard de l’éducation au cinéma. [en ligne] Mise au Point, mise en ligne en 2015, [consultation le 15/11/2017]. Disponible sur http://map.revues.org/1954
  • CADOTTE, Lorraine. La vision du monde des jeunes et le cinéma. [en ligne] La Régie du cinéma, mise en ligne en 2002, [consultation le 30/11/2017]. Disponible sur https://www.rcq.gouv.qc.ca/articles.asp?id=121
  • WRIGHT, Edgar. Scott Pilgrim vs the World. [vidéo en ligne]. In Youtube.com [en ligne]. Universal,  mise en ligne 07/01/2017, [consultation le 07/01/2017]. 1 vidéo de deux extraits de 5 min 26. Disponible à https://youtube/dTfpqUm2TVg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posted in La jeunesse | Tagged , , | 4 Comments

Dans quelle mesure la société Française actuelle avantage-t-elle économiquement et culturellement la jeunesse par rapport au reste de la population ?

La jeunesse est une phase de transition importante au cours de laquelle on n’est pas encore indépendant financièrement. Et pourtant, face aux nombreuses choses à découvrir, des moyens sont nécessaire pour permettre d’assouvir des besoins en connaissances qui apporteront une plus-value au moment de s’intégrer dans la vie active.


Des avantages économiques pour l’accès à la culture 

Erasmus et Erasmus + (Erasmus permet des destinations faisant parties de l’Europe et Erasmus + des destinations hors-Europe) permettent l’organisation administrative, un suivi pédagogique, ainsi qu’une partie du financement d’étude(s) à l’étranger avec des bourses d’études qui permettent de couvrir des frais liés à la mobilité. D’autres organismes comme la SNCF proposent des avantages pour les jeunes. Par exemple la « carte jeune SNCF » qui permet des réductions sur toute la France et l’Europe sous conditions d’avoir entre 12 et 27 ans. Cette offre permet aux jeunes de partir en réduisant leur coût de transport et facilite donc les études à l’étranger ou encore simplement la découverte de notre pays.

Hors Europe :

Le Québec qui est une destination très en vogue en ce moment puisqu’il accueil 7000 étudiants Français sur 30000 d’autres pays chaque année. Il présente des avantages de formation linguistique car il est à la fois anglophone et francophone. Malgré tous ces avantages, il n’est pas plus coûteux d’étudier là-bas que dans d’autres pays d’Amérique du nord, au contraire. C’est grâce aux accords passés entre la France et le Québec que les conditions financières y sont les même pour les Français que le Québécois. Permettant ainsi à un plus grand nombre de profiter de cette opportunité.

En Europe :

Une fois sur place, la « communauté Erasmus » permet une cohésion entre ses membres ce qui facilite l’intégration dans le pays et rassure sur le fait de ne pas être seul(e). Mais que faire dans le pays d’accueil ? La « carte jeune européenne » offre une multitude de réductions sur le sport, transports, loisirs et culture avec plus de 60000 avantages, et ce dans les 37 pays européens partenaires pour 10 euros à l’année. Ce qui permet donc la visites de musées, de parc d’attractions, d’adhésion à une licence sportive pour vivre pleinement son expérience d’étude à l’étranger, et à moindre coût. Plus de renseignement sur http://www.cartejeunes.fr/

Les voyages d’études dans un pays étranger apportent un bagage à la fois linguistique et culturel, qui représentent un atout majeur tant dans la construction personnelle que dans l’approche professionnelle au travers de l’ouverture qu’ils induisent. Ces voyages sont rendus possibles par les différents avantages mis en place pour les jeunes.


L’impact de la culture sur l’économie

La culture est, comme nous l’avons montré dans le précédent paragraphe, un secteur stratégique pour le développement économique, qu’il soit personnel ou collectif.

La culture induit un impact positif sur l’économie du pays ou d’un territoire donné, telles que les régions par exemple. En effet la culture représente 3,2% du PIB et 640000 emplois. Cela peut s’expliquer par la diversité de cultures qu’ont nos régions en France. De par leur identité culturelle, elles peuvent créer des événements qui leur sont propres tels que des festivals. 1 euro d’inverti lors d’un festival par exemple rapporte entre 4 et 7 euros. Chaque région à sa spécialité culturelle, ce qui offre une multitude de possibilités. Malgré l’évolution du secteur numérique, les spectacles et autres mouvements/lieux culturels dégagent une émotion et sont basés sur le partage et n’ont donc pas à craindre de s’éteindre.

Plus de renseignement dans cette vidéo :

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Documentation/Rapports/L-apport-de-la-culture-a-l-economie-en-France

La culture, qui présente un panel de 640000 postes en implique en réalité beaucoup plus car elle présente une multitude de pratiques telles que le sport par exemple. En effet, la culture sportive apporte des valeurs telles que le goût de l’effort, le respect de l’autre et le notion d’équipe appréciées dans le monde du travail. Le programme « Déclics sportifs » mis en place par l’Apels (Agence pour l’éducation par le sport), partenaire de ce projet, est de faire valoir le sport comme un diplôme à des jeunes de quartiers populaires. La banque LCL les prend en charge en les formant pour les embaucher ensuite. L’objectif est d’arriver à intégrer 1000 jeunes par an dans ce programme pour donner une nouvelle dynamique dans les quartiers.

Le sport devient alors un outil d’insertion et d’éducation qui peut contribuer au développement de l’économie. Le sport apporte des qualités reconnues dans le monde du travail qui permet l’accès à une formation et un travail. Il apporte donc un retour à l’économie. Ce cycle rejoint le cycle de l’investissement expliqué avec la vidéo où l’on investit dans un festival une somme donnée et on en récupère 4 à 7 fois plus grâce au secteur de la culture.


Les limites de ce système de pensée

Les notions que nous venons d’évoquer, ne sont possibles que s’il n’y a pas de source d’inégalité pour endommager cet équilibre. Les différences peuvent être source d’inégalité, lors de la catégorisation des familles selon leur types de revenu (catégories socio-professionnelles). Pour illustrer cela nous pouvons prendre l’exemple des colonies de vacances qui apportaient beaucoup à la culture de ceux qui y participaient. Elles étaient créées pour être accessibles au plus grand nombre. Aujourd’hui les colonies de vacances ne sont plus suffisamment généralistes et ne s’adressent donc pas à la même population. Elles ont généralement à thème et sont de plus en plus luxueuses. Les conséquences sont telles qu’il y a 4 fois moins de départ en colo. De la même manière, l’école Française amplifie les inégalités sociales et les politiques d’éducation prioritaires n’ont qu’un piètre succès d’après l’OCDE. Ce sont donc les mêmes personnes qui sont victimes de ces inégalités, les personnes aux plus faibles revenus et/ou vivant dans les quartiers populaires.

Ces inégalités vont plus loin puisque nous retrouvons un fort taux de chômage dans les quartiers défavorisés, 38% contre 22% au niveau national pour les moins de 25 ans. Ces taux sont en hausse s’ajoutent aux prix des logement qui ont été multipliés par 3 et à une quasi-stagnation des salaires des jeunes depuis 30 ans. Les jeunes ont donc du mal à s’intégrer dans le monde du travail.

Ces problèmes trouvent tout de même quelques solutions, comme l’ajout de 60000 nouveaux postes dans les classes primaires et l’accès précoce à la scolarisation dans les quartiers défavorisés, la participation aux scouts de France pour avoir accès à la mixité sociale et à une forme de culture qui se rapproche de celle enseignée durant les colonies de vacances. Ou encore le cabinet de recrutement à but non lucratif « Mozaik RH » qui vise à l’insertion des jeunes et les aide à surmonter les discrimination aux quelles ils font face, en ne les « vendant » que grâce à leurs compétences.


Pour conclure…

Lorsque la majorité des gens ont accès à la culture et aux mêmes avantages économique, un équilibre se crée pour mettre en relation l’apport économique et culturel. Le cycle d’investissement de l’économie pour la culture a des retombées économiques positives personnelles et/ou pour le pays. A l’échelle du pays ces retombées ont un impact sur la création de nouveaux postes de travail. La France pour croître à donc beaucoup de facteurs qu’elle doit garder en équilibre pour réussir à préserver cet équilibre. Néanmoins, il reste encore à la France des efforts à faire pour lutter contre les inégalités qui persistes.


CUNY Lorraine


Bibliographie

Bacou Magalie et Raibaud Yves Les jolies colonies de vacances, c’est fini ? CNRS Le journal 01/07/2016 [consulté le 03/01/18] Disponible sur : https://lejournal.cnrs.fr/billets/les-jolies-colonies-de-vacances-cest-fini

Couvelaire, Louise La banlieue a de la ressource M : le magazine du Monde 07-12-2013 [consulté le 03/01/18] (21426 suppl.) [Périodique] pp 86-90 Disponible sur :http://abonnes.lemonde.fr/m-styles/article/2013/12/06/la-banlieue-a-de-la-ressource_3526002_4497319.html

Filippetti Aurélie La culture dans l’économie en France par le ministère de la Culture [en ligne] Ministère de la culture 01/12/13 [consulté le 03/01/18] Disponible sur : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Documentation/Rapports/L-apport-de-la-culture-a-l-economie-en-France

Krémer, Pascale A bonne école Le Monde 01-10-2016 [consulté le 03/01/18] (N°22306) [Périodique] pp.4-5 du Cahier Sport Disponible sur : http://www.educationparlesport.com/new/wp-content/uploads/2016/09/2016-09-30-LE%20MONDE%20SPORTS-01%20OCT%2016-10000000049190261.pdf

Lecourtier, Mathieu Etudier à l’étranger : à la fois si loin et si proche du Québec Tribune verte 21-01-2016 (N°2781) [Périodique] pp. 10-11

Pech, Thierry Inégalités entre les générations : la France n’est pas un modèle à suivre (dossier : enjeux) Alternatives économiques 2010 Hors-série (N°085) [Périodique] pp 68-69

Peiron Denis L’école fabrique des inégalités La Croix 23/03/17 [consulté le 03/01/18] Disponible sur : https://www.la-croix.com/Journal/Lecole-fabrique-inegalites-2017-03-22-1100834021

Etudier en Espagne et faire son stage en Finlande [en ligne] Génération Erasmus + [consulté le 03/01/18] Disponible sur : http://www.generation-erasmus.fr/les-ambassadeurs/harmonie-garruchet/

La carte In Carte Jeunes Européenne [en ligne] Carte Jeunes Européenne 2016  [consulté le 03/01/18] Disponible sur : http://www.cartejeunes.fr/la-carte/

Voyager de 12 à 27 ans In SNCF [en ligne] SNCF [Consulté le 03/01/18] Disponible sur : http://www.sncf.com/fr/tarifs-reduits/jeunes

Posted in La jeunesse | Tagged , , , , | 2 Comments