Place des association caritatives dans la société

Les associations caritatives sont présentes en France et dans le monde dès que des personnes ont eu besoins d’aides. Il y a de plus en plus d’association en France pour aider les personnes les plus démunies.

Il y a de plus en plus d’écart entre les personnes. Du coup il y a de plus en plus de personnes qui ont besoins de ces associations pour survivre. Du coup :

En quoi l’intervention des associations caritatives est-elle moins forte aujourd’hui qu’en période d’après-guerre ?

On va commencer par étudier les aides qui était proposé avant. Ensuite les aides qui sont proposées maintenant et enfin les difficultés que ces organismes rencontrent pour pouvoir aider les gens.

L’aide fournit auparavant

Au lendemain de la guerre, la France est détruite et les aides qui sont les plus nécessaires sont les logements. C’est pourquoi une « cité de castors » est sortit de terre. Un groupe de personne se sont réunit et ils ont construit eux-mêmes leurs maisons d’où le nom. On peut voir cela dans le texte de Bonnet Dominique. Cela a permis de faire habiter un grand nombre de personne pour un prix nettement moins important que la normale.

Plus tard il y a la création du téléthon qui est présent chaque année depuis 1987 qui permet de récolter de l’argent pour faire avancer la recherche afin de sauver de nombreuse vie.

Image provenant de Flickr

Image provenant de Flickr

 

 

 

 

 

 

 

L’aide fournit aujourd’hui

Aujourd’hui, les personnes ont besoins de plus en plus d’aides en particulier dans l’alimentaire car les personnes les plus démunies ont besoins de survivre. On peut voir dans le document de COEURU Aurore où elle nous explique qu’il y a plus de dons alimentaires qui sont fait par les personnes pour ceux qui en ont besoins.

Il y a aussi une association ADN ( Agence de don en nature) crée en 2008. Cette association récupère les produits invendus par les entreprises et les distribues dans les différentes associations qui les redistribue par la suite à des personnes dans le besoin.

Cependant aujourd’hui, il existe d’innombrable moyen d’aider les personnes. On le voit très bien avec le réseau solidaire mis en place en Maine et Loire dans le document de MABIRE Anne. Ce réseau organise des trajets pour permettre aux personnes âgées et à toutes autres le nécessitant d’être transporté à l’endroit où ils veulent dans les environs. Voici un autre moyen d’aider les personnes sans rien en retour.

De plus certains vignerons utilisent leurs vins pour les vendre afin de reverser un bénéfice envers des associations. Cela semblerait partir d’une bonne intention or le but premier de certains de ces vignerons est de se donner des bons points pour attirer plus de clients. On peut donc un peu remettre en cause la bonne volonté des personnes et plus vouloir la recherche d’un profit.

Les difficultés des associations

Les lois sont en perpétuellement mouvement. Du coup les associations doivent s’habituer à celle là ce qui n’est pas forcément une chose aisé. Dans le document de LAFORE Robert, il nous explique que les actions sociales ne sont plus comme avant et qu’elles ne permettent de tous compenser ce que les gens ont besoins.

De plus grâce au texte de NAHAPETIAN Naïri, il nous explique que 52% des ressources associatives proviennent des secteurs privées contre seulement 49% il y a 6 ans. Cela veut dire que l’Etat n’est plus autant impliqué qu’avant et qu’il faut compter que sur les particuliers pour faire bouger les choses dans les associations. De plus, si il y a un financement privée, les associations vont devoir payer des impôts alors qu’elles sont non-lucratives ce qui pose un problème.

Dans le texte de TCHERNONOG Viviane, il nous montre qu’une personne sur 2 appartiennent à une association. Hors les gros financements ont lieu que dans certains domaines comme le médicale, alors que d’autre domaine sont plus ou moins délaissés comme l’éducation. Cela pose un problème au niveau de la répartition des budgets et donc des aides que les associations peuvent pas produira à ceux qui en ont besoins.

Conclusion

On peut donc dire que l’intervention des associations caritatives n’est pas forcément plus faible maintenant mais plutôt différente car après la guerre, l’aide la plus nécessaire était  financière. Alors que maintenant toutes les aides sont le bienvenue et forcément qu’un jour ou un autre, quelqu’un aura besoin de cette aide. Cependant avec le changement des lois et des financements par forcément également répartie, certaines associations ont de plus en plus de mal à rester importante et avoir la capacité d’aider les personnes.

 

DOURIAUD Clément

Bibliographie :

BONNET, Dominique. des castors solidaires. Pays comtois. mars 2012. N°101. p 28-29.

CHOPINET, Valérie. téléthon 08[photo]. In Flickr[en ligne], 06/12/2008[30/01/2018]

Disponible sur :https://www.flickr.com/photos

COEURU, Aurore. Générosité: les dons alimentaire se réorganisent. France agricole, 14 mars 2014. N°3530. p 14-15

LAFORE, Robert. Le rôle des associations dans la protection sociale. Cahiers français. 01/07/2017. N°399. p 35-41

LUMINEAU, Léonor. Changer le gaspillage en partage. La croix,  3 juillet 2012, (n°28) . p 1

MABIRE, Anne. Elle anime un réseau de transport solidaire. France agricole. 6 février 2015, N°3576. p 81

NAHAPETIAN, Naïri. Les associations à  la peine. Alternatives économiques, 01-05-2013.(N°324) [Périodique].p 30

disponible sur: cairn

POISSONNET, Raphaëlle. Caritatif : Quand le vin sert à une bonne chose. Viti. mars 2014, N°396, p 56-58

QUENTIN, Christine. L’agence du don en nature fait le lien entre les entreprises et les associations. La croix, 25-02-2013,

TCHERNONOG, Viviane. Le secteur associatif et son financement. Informations sociales, 4/2012, (n°172). p 11

 

 

This entry was posted in La solidarité and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Place des association caritatives dans la société

  1. Salomon etienne says:

    Vous aborder le sujet des associations caritatives ce qui est très intéressant d’un point de vue social mais pourquoi ne pas aborder plus le côté économique de ces associations à but non lucratif comme par exemple comment gagnent elles de l’argent ? Autres que par un partenariat .

  2. btsenil says:

    Tout d’abord au niveau de la mise en forme de l’article, il serait préférable de justifier le texte afin d’avoir un aperçu plus clair et de centrer toutes les images pour une meilleure présentation. De plus, certains phrases pourraient êtres exprimées différemment pour une meilleur compréhension du lecteur.
    Cependant, je trouve que l’insertion d’hyperliens pour les définitions est un choix très judicieux.
    Ensuite, je trouve que la présentation chronologique est un bon choix et permet de ce mieux ce rendre compte de l’évolution et des différences entre les époques.
    En outre, il y a beaucoup de référence à des auteurs. Ceci est un point très positif dans cet article car il nous prouve la qualité de l’information transmise et de la recherche.
    Enfin, je trouve que le développement relate la réalité notamment au nivau des différents types d’aides selon les époques et le contexte.
    HENRY Elia

  3. btsenil says:

    L’article est intéressant, les exemples de solidarité et d’associations sont multiples. La décision de construire le plan de façon chronologique est pertinente cela permet de bien percevoir les différences entre aujourd’hui et l’après-guerre.
    L’abondance de références est une très bonne chose cependant certaines informations mériteraient d’être un peu plus approfondies mais cela reste très correcte.

    MASSON Lilou