L’influence du mannequinat chez les jeunes

Depuis quelques années l’apparence devient un sujet qui fait polémique. Internet et les journaux nous renvoient constamment l’image d’un physique soit disant parfait. Les magazines féminins sont souvent basés sur la beauté et les régimes. L’adolescent se cherchant lui-même, à accès grâce aux réseaux sociaux, qui est un moyen de communication du quotidien des jeunes, aux images des modèles à qui ressembler pour rentrer dans les « critères de beauté » que le monde de la mode veut bien leur transmettre. De nos jours de plus en plus de jeunes sont obnubilés par l’apparence et rêve de célébrité. Le chemin du mannequinat leur parait idyllique mais l’est-il vraiment ? Nous allons donc démontrer en quoi la mode et le mannequinat influencent-ils les jeunes dans la société d’aujourd’hui ? Tout d’abord nous allons traiter le sujet des réseaux sociaux et en second temps nous allons voir les conditions physiques qui sont « idéales » pour être mannequin et pour finir nous dévoilerons les coulisses de ce milieu.

 

L’influence des réseaux sociaux 

 

  • Les réseaux sociaux : 

Le monde du mannequinat à bien changé comme l’explique Alice PFEIFFER dans son article dans le journal Le Monde. Les mannequins publient des dizaines de photos par jour et sont suivies par des millions de personnes du monde entier, elles publient leur quotidien, leur vie pour crée des liens avec leurs « followers » et crée une plus grande communauté qui leurs permettent une plus grande visibilité. Cette visibilité leur permet d’attirer des grandes marques de luxe et de se faire connaitre dans le monde de la mode. Elles se vendent elles-mêmes grâce aux réseaux sociaux et aux photos qu’elles publient. Publier des photos sur les réseaux est accessible à tous. Cette célébrité créée par les réseaux sociaux est motivant pour les jeunes. Ces derniers  sont donc un moyen facile pour diffuser une information ou se faire connaître, les mannequins qui réussissent vraiment à percer ont déjà un « pied » dans ce milieu. Cela n’est pas aussi facile qu’ils veulent nous le faire croire.

 

  • Retouche photos :

On a tous déjà entendu parler de Photoshop, très présent dans les magazines et les photos publiées. Donc on reçoit des photos modifiées, des physiques retouchés, des complexes supprimés pour avoir une image parfaite en apparence mais pas en réalité. L’image donnée aux jeunes qui  s’associent à ces mannequins ou autres sont donc fausses. Les jeunes rêvent de ce corps parfait mais qui en réalité n’existe pas. Un décret photo à été donc mis en place pour se battre contre cette fausse apparence physique. La mention « photographie retouchée » est donc obligatoire aujourd’hui pour lutter contre ces complexes physiques qui peuvent nuirent à la santé.

 

http://www.puretrend.com/article/mode-et-maigreur-quand-les-podiums-flirtent-avec-l-anorexie_a72057/1

 

Un rêve qui se transforme en cauchemar

 

  • Recrutement :

Le recrutement est sélectif tout le monde ne peut pas devenir mannequin du jour au lendemain. Les critères sont précis comme : mesurer plus d’1m72 et avoir une taille maximum 34. Les mannequins recrutés d’aujourd’hui sont de plus en plus jeunes. Toutefois, la loi oblige que les filles doivent avoir plus de 16 ans pour faire du mannequinat un travail. Les recruteurs cherchent de nouvelles têtes pour avoir plus d’influence sur elles et d’en faire des « objets ». Pour autant, les jeunes modèles se soumettent aux règles et aux conditions physiques. Seulement ces règles peuvent emmener certaines d’entre elles à un mal être phycologique et de gros problèmes de santés comme l’anorexie

« La jeunesse à une certaine pureté » Marc JACOBS 

  • Anorexie :

L’anorexie est un problème de santé qui touche beaucoup de mannequins. Pour rentrer dans les normes des agences, certaines filles se prives de manger ou se nourissent d’une alimentation peu equilibrée. Dans certain cas les modèles n’ont même plus l’énergie nécessaire pour travailler. Elles tombent gravement malade comme la dépression ou alors décèdent d’épuisement comme le montre l’article de Paul Parant « une mannequin Russe qui meurt d’épuisement » due a de grave problème de santé non traités à cause du travail.

 

L’envers du décor 

 

  • Alcool, drogue, prostitution :

De plus en plus de mannequins sont droguées à leurs insu comme l’explique Nikki DuBose qui a subi les pressions de son directeur en demandant du sexe en échange de travail. Ces abus peuvent mener à des tentatives de suicide ou à des poursuites juridiques. La drogue peut aussi être utilisée pour forcer les mannequins à faire des choses qu’elles ne voulaient pas, comme poser nues. Les mannequins toujours dans la recherche de notoriété participent à des soirées avec des inconnus du milieu, finissent alcoolisées et le lendemain c’est le drame… Plus aucuns souvenirs et des preuves d’abus sexuel. Un réseau de prostitution c’est constitué dans le milieu. Certains mannequins reçoivent des demandes particulières de réalisateurs ou photographes en échange d’argent.

 

 PELLISSIER, Pauline. Les confessions d’une recruteuse de mannequins. GRAZIA/new et société ( en ligne) 01/04/2014. Disponible sur https://www.grazia.fr/news-et-societe/news/les-confessions-dune-recruteuse-de-mannequins-635438

 

CONCLUSION

Le milieu du mannequinat est beau en apparence mais avec un côté sombre. Le luxe a toujours fait rêver et encore plus particulièrement les jeunes qui sont dans la société d’aujourd’hui à la recherche de célébrité. La vie de mannequin n’est faite que de strass et de paillettes en apparance. Les jeunes toujours à la recherche d’un physique parfait sont donc les cibles idéales pour les magazines et les réseaux sociaux. Cette image d’un quotidien parfait que reflète le mannequin est souvent fausse. Les jeunes sont donc de plus en plus touchés par ce monde de la mode qui peut être dangereux et néfaste pour leurs santés.

 

Bibliographie

 

TRAPET Sarah, LAMBERT Charlotte

Nos soirées étudiantes

Nos soirées sont des événements importants pour chacun d’entre nous. Cela permet de nous rassembler, de danser, de parler entre nous, de se retrouver, de rigoler donc de passer du bon temps ensemble sans forcément abuser de substances illicites et autres. J’ai étudié ces soirées et je me suis posée la question : « Dans quelle mesure les soirées étudiantes contribuent-elles au bonheur des jeunes ? »

Les différents comportements

On est tous déjà aller en soirées, on a tous plus ou moins aidé des copains dans le mal, on a tous vu des jeunes boire plusieurs verres et ensuite s’attaquer à la bouteille et d’autres jeunes qui n’acceptent pas les verres qu’on leur propose, je me suis penchée sur ces différents cas. Il y a des personnes qui sont appelées des buveurs excessifs (qui ne savent pas leurs limites et qui veulent toujours aller plus loin) et d’autres qui vont boire deux trois verres (histoire de faire comme tout le monde mais elles connaissent leurs limites et savent s’arrêter) ce sont des buveurs occasionnels.

Il y a plusieurs cas de figures pour les personnes qui ne boivent pas comme l’a écrit Micheline Claudon alcoologue spécialisée. En effet, les jeunes peuvent ne pas boire à cause de leur génétique comme les asiatiques qui ne métabolisent pas l’alcool. D’autres n’ont médicalement plus le droit de boire de l’alcool car ils ont trop bu depuis le plus jeune âge et sont dégoûtés ou interdits d’alcool. Enfin, d’autres personnes n’ont tout simplement pas envie de boire de l’alcool à cause de l’effet que cela peut produire, de peur de leur réaction physique. D’autres encore ne ressentent pas le besoin de boire de l’alcool pour s’amuser et n’en voient pas l’utilité.

Les personnes buveurs d’alcool peuvent être classées en deux catégories. En effet, il y a des personnes qui boivent qu’en soirées car elles en ressentent le besoin, pour justement mieux s’amuser (ce qui peut amener aux trous noirs s’ils en abusent de trop). Et d’autres qui boivent souvent pour oublier leurs problèmes, qui se noient dans leur malheur car ils ont la sensation de bonheur en sortant la tête du trou, même si ce n’est pas vraiment le cas mais juste une illusion. L’alcool n’est pas le seul moyen pour arriver à un monde merveilleux, il y a aussi la drogue. C’est illégal mais si nous cherchons bien, on arrive tous à s’en procurer facilement. On sait tous que c’est dangereux et pourtant beaucoup d’entre nous en consomment.

201314_consommation_alcool_france Continuer la lecture