Arrivée de l’Intelligence Artificielle et emplois, nouvelle source de débat

La première révolution industrielle a utilisé le charbon et la vapeur pour mécaniser la production, la seconde s’est servie de l’énergie électrique pour créer la production de masse et la troisième a mis à profit l’électronique et la technologie de l’information pour en automatiser les processus. Mais la quatrième révolution et est en cours avec l’arrivée de l’Intelligence Artificielle (IA), cet outil qui consiste à mettre en oeuvre un certain nombre de technologie visant à permettre aux machines d’imiter une forme d’intelligence réelle, suscite un véritable débat entre risques et opportunités qu’elle engendre sur le marché de travail.

 

Plusieurs scénarios sont aujourd’hui discutés, si pour beaucoup de spécialistes l’arrivée de l’Intelligence Artificielle va impacter le marché du travail en détruisant des emplois, pour d’autre, elle va justement en créer et va être notre future assistante de travail.
Des répercussions auront lieu, mais influera-t-elle positivement ou négativement sur la marché du travail, le débat est ouvert.
Alors, en quoi l’arrivée de l’Intelligence Artificielle influe-t-elle sur le marché du travail dans le monde, depuis quelques années ?

Des métiers menacés, l’homme remplacé ?

Des professions amenées à disparaître ?
D’une part, selon des chercheurs, les titulaires d’un baccalauréat, d’un diplôme d’étude supérieur ou professionnelles seront exposés plus de 5 fois plus à l’IA que les travailleurs ayant « juste » un diplôme d’études secondaires. En effet, puisque l’Intelligence Artificielle est douée pour accomplir des tâches qui exigent la planification, de l’apprentissage, du raisonnement, de la résolution de problème, les emplois « col blanc » seraient menacés.
Or cette étude est en opposition face à une autre, mis en avant pas le CIDJ (Centre de Documentation et d’Information Jeunesse) qui souligne par le biais du célèbre mathématicien et gérant de stratégie de l’IA au gouvernement Cédric Villani, que les professions les plus en danger sont au contraire celles qui comportent des tâches répétitives, facilement automatisables : monde ouvrier en usine, transport (voiture Tesla conduite par une IA), manutention…, lorsqu’une autre étude annonce que le transport, la santé, la banque seront les trois secteurs sur la sellette face à l’arrivée de l’IA.

Alors on constate que la question n’est plus de savoir quel métiers pourront disparaître, les réponses sont partagées, varient selon les personnes et les études, toujours est-il que cette dernière va modifier de manière considérable le marché du travail, et pour cause, c’est la tendance qui est soutenue par les expert aujourd’hui…

Qu’en est-il de cette tendance ?
Premièrement, pour beaucoup de spécialiste, l’Intelligence Artificielle nous est supérieur, des études le prouve :  L’Université de Stanford a démontré avec l’IA de Google, que cette dernière était capable d’analyser notre peau et de diagnostiquer un cancer de la peau mieux que les 12 meilleurs dermatologues de Californie. Le constat est sans appel, et Laurent Alexandre, grand spécialiste du sujet en France et dans le Monde, pense que nous allons voir cela dans tous les métiers, dans tous les secteurs d’activité, l’IA nous sera supérieur. Il faudra changer de métier, aller dans des secteurs ou elle n’est pas (encore) présente ou supérieur à l’humain.
Si l’Intelligence Artificielle va chambouler le marché du travail et inéluctablement, faire disparaître des métiers, il ne faut en revanche pas penser qu’elle va tous les effacer.
Un rapport de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement économique), 50% des métiers seront touchés par l’IA mais les suppressions pures se limiteraient à 10%, de nombreux métiers vont subir une transformation et non une suppression.

Bien que l’essor d’une machine capable d’imiter le comportement intelligent menace d’influencer négativement le marché du travail, certaines de ses facettes sont plus que louable… 

Vers une création d’emploi plus qu’une abolition de l’emploi ?
Tout d’abord, il est indéniable qu’avec l’arrivée de l’IA, certaines entreprises, grandes organisations, start-ups vont se tourner vers l’embauche de nouveaux profils, des étudiants hautement diplômés, puisque beaucoup de secteurs auront besoin de spécialistes pour faire fonctionner l’IA (programmations, mathématiciens pour des algorithmes…)
De plus, comme expose Laurent Alexandre, dans une interview sur le sujet : « Ce ne sont pas les métiers qui vont disparaître, mais la forme sous laquelle on la pratique, la totalité des métiers sous la forme sous laquelle on la pratique aujourd’hui vont disparaître […] nous allons inventer un tas de nouveaux métiers, les métiers vont changer, évoluer. » Ce dernier poursuit avec l’exemple de la voiture autonome en disant que cette invention va créer de milliers d’emplois, pour lui la fin du travail n’est qu’une dystopie, un autre exemple très concret est raconté : « nous allons remplacer des chauffeurs routiers par des gens qui vont concevoir ce que nous ferons dans la voiture une fois que nous ne tiendrons plus le volant« .
Certaines statistiques viennent confirmer ce que relate de Laurent Alexandre : selon une étude du fabricant informatique Dell et du think tank « Institut du Futur », 85% des métiers de 2050 n’existe pas encore. A chaque Révolution Industrielle, ou innovations, de nouveaux métiers font surface, lorsqu’un téléphone est lancé, des emplois comme développeur d’application sur des technologies naissent, il est juste compliqué de prédire quel seront les professions de demain.

L’Intelligence Artificielle, une assistante de travail ?

 

Difficile de penser à une Intelligence Artificielle qui aurait mauvaise influence sur le marché du travail si on en croit certains rapports.
Selon Cyril Le Mat, responsable IA dans une entreprise de ressources humaines, l’IA sera bénéfique aux salariés, une aide, elle n’est pas tant la succession de machines spécialisées substituant l’activité humaine mais est surtout une opportunité technologique qui permet de dégager du temps aux salariés et de les aider à prendre des décisions. Par exemple,  on peut penser à l’imagerie médicale, où un algorithme va analyser pour un cancer précis des centaines d’images afin de proposer au médecin un diagnostic.
Une autre étude dévoilée par France Stratégie (institution rattachée au Premier Ministre), explique que 44% des salariés se disent prêts à travailler avec une Intelligence Artificielle.
Dans ce cas, il n’en demeure pas moins qu’elle n’agira pas sur le marché du travail…
Non seulement l’IA peut être vu comme une collaboratrice au travail, mais encore, celle-ci peut, paradoxalement à ce qu’il a déjà été dit auparavant, aider au recrutement pour l’emploi :  on peut penser au réseau sociaux (qui sont de l’IA) comme LinkedIn qui permet le recrutement en ligne. Ce dernier se digitalise de plus en plus, ce qui est tout bonus pour le marché du travail.

Que retenir de cette arrivée de l’Intelligence Artificielle sur le marché du travail ?
Si avec l’élan de l’IA, des suppressions d’emplois auront lieu, ce nouvel outil va plus transformer le travail qu’il ne va le supprimer. Pour Cyril Le Mat, « Les humains sont loin d’avoir perdu leur place en entreprise« . Ils se tourneront vers d’autres missions plus épanouissantes ou enrichissantes.
Laurent Alexandre souligne aussi le fait que l’IA va remplacer des métiers mais il faudra être complémentaire de celle-ci, c’est pourquoi elle ne va pas tout « détruire ». Par exemple, puisque l’IA est supérieur à l’humain, faisons en sorte que l’humain plus l’IA soit supérieur à l’IA seule, c’est ce qu’il défend, et puisqu’elle lira mieux un scanner qu’un radiologue par exemple, les radiologues pourront se concentrer sur des pathologies complexes, on est donc sur une sur-spécialisation, une transformation du travail.
De plus, si il est trop dure de prédire aujourd’hui quels métiers disparaîtront demain, nous savons qu’une suppression aura lieu, reste à savoir lesquels et quand ?
A l’aube d’une Révolution Industrielle, difficile de deviner si l’influence de l’IA est plutôt positive ou négative quant au marché du travail, cependant ce qui est certain, c’est qu’elle prépare le développement de nouveaux métiers, et se prépare surtout à être notre acolyte du futur au travail.

Enfin, ouvrons notre sujet à une cause que beaucoup de spécialistes et chercheurs défendent, ils estiment qu’il faut radicalement changer l’éducation proposée à nos enfants qui seront sur le marché du travail en 2050, 2060, 2070 ou encore 2080, envoyons-les vers un système éducatif ou ces futurs employés seront additionnels de l’Intelligence Artificielle et non pas laminés par l’Intelligence Artificielle. Pour eux aujourd’hui, ce n’est pas le cas…

BOISSIER ESTEBAN
BIGUENET THOMAS

Bibliographie :

 

  • Benhamou, Salima. Quels impact de l’Intelligence Artificielle sur l’avenir du travail ? In Fondateur François Hollande. France Stratégie [en ligne]. France Stratégie, 18 septembre 2018 [consulté le 6 décembre 2019].            Disponible sur : https://www.strategie.gouv.fr/point-de-vue/impacts-de-lintelligence-artificielle-lavenir-travail
    Idée principale : L’intelligence Artificielle engendre fantasmes et craintes, notamment parce qu’elle permet d’automatiser certaines tâches jouant ainsi un rôle majeur dans les mutations du travail. On parle d’une technologie qui va se substituer au travail humain et faire disparaître le travail ou, à tout le moins, le raréfier.
  • C à dire. Interview du docteur Laurent Alexandre : l’IA va-t-elle révolutionner le travail ? [vidéo en ligne]. In YouTube.com [en ligne]. C à Dire, 23 mars 2017 [consulté le 31 décembre 2019]. 1 vidéo 9’36”.
    Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=lbxb4jkdcjI&t=73s&ab_channel=C%C3%A0dire
    Idée principale : Pour Laurent Alexandre, la totalité des métiers vont disparaître, l’IA fait mieux que l’humain et va bouleverser l’emploi.

 

 

 

 

  • Fagotat, Isabelle. Intelligence Artificielle : quels impacts sur l’emploi ? In Quintrie, Alain. CIDJ.com [en ligne]. CIDJ, 20 août 2018, mis à jour le 27 mars 2019 [consulté le 23 décembre 2019].
    Disponible sur : https://www.cidj.com/emploi-jobs-stages/intelligence-artificielle-quel-impact-sur-l-emploi
    Idée principale : Si l’IA facilite certaines tâches, les machines intelligentes impactent en profondeur le marché du travail, les compétences et les métiers. Des métiers sont menacés et il faudra en réinventer.