Catégories
Uncategorized

C’EST LA GOUTTE D’EAU QUI FAIT DÉBORDER LE VASE

Selon plusieurs études, la consommation d’eau des pays développés a effectivement un impact sur l’environnement mais elle est également un facteur d’inégalités avec les pays en développement depuis une cinquantaine d’années.

Le développement de l’homme cause des effets sur la planète

D’après le centre d’information de l’eau, en 1950, la ressource mondiale en eau était estimée à 17 000 mètres cube par personne et par an. La forte croissance démographique, l’industrialisation, l’urbanisation, l’intensification agricole ont changé la donne. En 1995, on estimait que la ressource en eau renouvelable et disponible n’était plus que de 7 500 m3 par personne et par an. Elle devrait chuter à moins de 5 100 m3 en 2025. Dans les pays de l’Union Européenne, les ressources moyennes en eau s’établissent à 7 000 m3 par personne et par an.  En Asie centrale, par exemple, la ressource hydrique par habitant était de 8 400 m3 par an dans les années 1960, alors qu’elle est aujourd’hui de 2 100 m3, soit une diminution de 40 %. Ce chiffre dépasse presque huit fois les indicateurs mondiaux.

Quelles sont les conséquences de cette inégalité ?  

L’OMS estime que 14 personnes décèdent chaque jour d’une maladie causée par la mauvaise qualité de l’eau. L’OMS a mis en place une stratégie PGSSE (Plan de gestion de la sécurité sanitaire de l’eau). 32% de la population rurale n’a pas accès à des services d’approvisionnement de base d’eau potable, la stratégie mise en place par L’OMS a permis de renforcer les capacités du personnel des laboratoires nationaux dans le domaine de la surveillance de la qualité de l’eau potable et de son approvisionnement. 

À l’échelle mondiale, on estime que la dégradation de la qualité de l’eau a déjà réduit la biodiversité d’un tiers dans les cours d’eau, les lacs et les zones humides. L’augmentation du nombre de catastrophes naturelles comme les tempêtes, les cyclones ou les inondations n’est plus un secret. Ces évènements climatiques frappent davantage les populations les moins préparées, les plus exposées et celles qui polluent le moins.

C’est le cas en Éthiopie, le pays est frappé par de fortes sécheresses qui limitent l’accès aux moyens de subsistance de la population. C’est-à-dire qu’il leur est très difficile de produire ou d’avoir accès aux moyens de production pour pouvoir manger et limiter les activités comme l’agriculture, l’élevage de bétail et sa vente aux bouchers ou d’autres éleveurs, le maraîchage, la pêche etc.

D’autre part, le pays le plus touché par la pénurie d’eau est l’Irak entre les hausses de température qui peuvent monter aux alentours de 53°C et une sécheresse qui ne cesse de s’étendre. Les Irakiens ont qu’un seul souhait de revoir un ciel étoilé car depuis une décennie les ciels irakiens est recouvert de particule fine qui empêche de voir le ciel. Ces conséquences sont dû à un manque d’eau par exemple de débit des rivières en largement baissé il été à l’origine 1350 m3 par second il n’est plus qu’à 150 m3 par second de nos jours       

Une mauvaise répartition des ressources

Dans le nord de la Chine, où le niveau des nappes phréatiques est descendu de 40 mètres en quelques années, les prélèvements excessifs accentuent les risques de glissement de terrain et favorisent surtout les entrées de sel, rendant à terme l’eau inconsommable.

Le sud de la Chine en vient de plus en plus à manquer d’eau en raison de la pollution : l’Institut de géographie de Canton s’alarment récemment des problèmes de gestion des eaux usées et estimait que si rien n’est fait d’ici à 2020, la pénurie affecte la moitié de la demande en eau du Guangdong, contre 14 % aujourd’hui. 

Selon le Président du Tadjikistan, la coopération intergouvernementale est essentielle non seulement pour traiter les problèmes liés à l’eau et les questions relatives au développement social et économique, mais aussi pour assurer la paix, la stabilité et la sécurité.

D’après Laurent Baechler, directeur adjoint du Diplôme des hautes études européennes et internationales, il ne fait pas de doute que parmi les nombreux défis du développement durable, l’accès à l’eau figure parmi les plus cruciaux, tant la ressource est vitale. La dimension environnementale du défi est évidente : il s’agit de préserver une ressource menacée non pas tant d’épuisement que de détérioration de sa qualité, et ce dans la perspective de pouvoir en garantir l’accès à une population mondiale amenée à augmenter pendant encore plusieurs décennies. La dimension économique ne l’est pas moins : l’accès à l’eau est un paramètre clé du développement, et donc encore trop souvent un obstacle majeur en la matière, évidemment surtout dans les pays pauvres dont la croissance repose encore beaucoup sur les activités agricoles fortement consommatrices d’eau. La dimension sociale enfin ne doit pas être sous-estimée : l’accès à l’eau donne lieu à des inégalités de toutes sortes, entre pays ayant la maîtrise de la ressource et ceux en étant privés, entre régions abondantes en eau et régions arides, entre riches et pauvres selon les moyens de payer l’accès à la ressource, entre femmes et hommes selon les modalités sociétales de gestion de la ressource localement…

Pour faire face à ces enjeux, cela nécessite la participation de toutes les parties prenantes (populations locales, puissance publique, entreprise…), et ne doivent jamais perdre de vue que les politiques de l’eau doivent traiter la gestion efficace de la ressource et faire preuve de solidarité envers les plus nécessiteux.

Pour conclure, l’eau compose 65% du corps humain, et recouvre 70% de la surface de la Terre, elle est omniprésente autour de nous. L’eau, seule source de vie sans elle aucune forme de vie se développe. Mais depuis les années 1990 la ressource d’eau potable est en danger et pas beaucoup de gouvernements se penchent sur la question. Les associations non gouvernementales font leur possible pour améliorer l’accès à l’eau dans les pays les plus touchés par la pénurie d’eau comme évoqué ci- dessus. Les institutions gouvernementales essayent de mettre en place des plans d’action qui portent leurs fruits comme le plan PGSSE. Mais cela ne suffit toujours pas, tous les pays subissent du stress hydrique et cela va empirer dans les décennies à venir. On peut tout essayer de réduire notre impact sur le réchauffement climatique qui a de grande conséquence sur le cycle de l’eau qui nous est destiné, mais il faut également une grande participation des entreprises pour que l’effort de la population aboutisse à un changement.   

Livio TREMOUILLE et Romane MARION

BIBLIOGRAPHIE :

action contre la faim, organisation non gouvernementale de solidarité internationale, action contre la faim.16/11/2020, [01/2021]. URL : https://www.actioncontrelafaim.org/a-la-une/tout-savoir-sur-lacces-a-leau-dans-le-monde/

-BAECHLER Laurent, « La bonne gestion de l’eau : un enjeu majeur du développement durable », L’Europe en Formation, 2012/3 (n° 365), p. 3-21. DOI : 10.3917/eufor.365.0003. URL : https://www.cairn.info/revue-l-europe-en-formation-2012-3-page-3.htm 

-EMELIANOFF Cyria, « La problématique des inégalités écologiques, un nouveau paysage conceptuel », Écologie & politique, 2008/1 (N°35), p. 19-31. DOI : 10.3917/ecopo.035.0019. URL : https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique1-2008-1-page-19.htm 

GRESH Alain, Le Monde, 2008, [11/11/2021]. Document via Europresse.

MATHIEU Tristan, “C.I.eau”, centre d’information de l’eau. 2011, [14/05/21]. URL : https://www.cieau.com/connaitre-leau/les-ressources-en-france-et-dans-le-monde/ou-en-sont-les-ressources-en-eau-dans-le-monde/

OMS : Organisation mondiale de la santé, site officiel de l’OMS. 20/03/2018, [20/03/2018]. URL : https://www.euro.who.int/fr/health-topics/environment-and-health/water-and-sanitation/news/news/2018/3/safe-drinking-water-in-europe

PEDROLETTI Brice, Le Monde, 2018, [14/04/2008]. URL : https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2008/01/11/en-chine-une-crise-de-l-eau-tous-azimuts_998330_3216.html

RAHMON Emomali, Nations Unies, chronique ONU. 2018, [27/09/2020]. URL : https://www.un.org/fr/chronicle/article/leau-pour-le-developpement-durable#:~:text=Cela%20est%20particuli%C3%A8rement%20int%C3%A9ressant%20pour,%C3%A0%2060%20milliards%20de%20dollars.

SCIAMA Yves, Sciences et Vie, 2018, [12,11,21]. Document via Europresse. 

-VALO Martine. 2019. “La crise de l’eau illustrée en 5 graphiques.”Paris : Le Monde, 2019. URL : 

https://www.lemonde.fr/ressources-naturelles/article/2015/03/20/la-crise-de-l-eau-illustree-en-5-graphiques_4597592_1652731.html

9 réponses sur « C’EST LA GOUTTE D’EAU QUI FAIT DÉBORDER LE VASE »

Bon travail !
L’article est correctement écrit, basé et illustré par des chiffres et des études scientifiques, le sujet est maitrisé.
Evidemment l’eau a un impact majeur dans nos vies, elle nous est vitale, alors un sujet comme celui-ci est important !

Bravo à vous !
CIANCIOLO Léa

Tout d’abord, votre titre est accrocheur, il donne envie d’aller lire l’article pour comprendre quel est la subtilité avec l’eau.
Votre article est pertinent, il permet tout d’abord de prendre conscience de la diminution des ressources mondiales dues aux activités humaines, que je pensais personnellement forte mais avec ses chiffres cela nous permettent de prendre plusieurs amples consciences des diminutions des ressources au fil des années.

Les exemples de conséquences que vous soulevez sont vraiment intéressé, personnellement je ne n’avais pas forcément conscience de tous ses impacts, vivant dans un pays développer et consommant de l’eau potable sans problème, donc merci de m’apprendre tout cela !

Enfin dans la partie de la répartition des ressources je trouve que c’est très important d’accentuer le fait que nous pays développé avons en quelque sorte la « chance » d’avoir un accès aussi facile à l’eau par rapport à certains autres pays !
J’aurais peut-être aussi aimé savoir si nous, à notre échelle nous pouvons agir pour cette cause et comment .

Vous avez construit un très bon article, pertinent et intéressez qui permet de soulever un sujet du quotidien auquel tout le monde est confronté.
Vous avez fait un très bon travail, félicitations !

GABRIEL Perrine

Le sujet est très pertinent puisque la consommation d’eau à augmenté en particularité avec les activités humaines, nous sommes donc tous responsables.
On fait face à une véritable inégalité géographique, démographique et économique; et votre article résume très bien la situation.
J’ai également trouvé très intéressant que votre article porte aussi sur l’impact écologique que cette consommation provoque par l’action croisée de la modification du climat et de la mauvaise répartition de l’eau.
Bravo à vous deux !

SIMERAY Valentine

Le blog est clair et très bien expliqué. Les hyper-liens ajouté nous permet d’approfondir notre lecture.
De plus, le titre est très bien trouvé, il donne envie de lire votre recherche.
Je trouve que c’est un très bon travail !

Je trouve que le sujet que vous avez abordé est totalement d’actualité.
Il nous permet de faire face à un problème, celui la mauvaise distribution de cette ressource vitale qui touche de plus en plus de pays.
L’eau est notre avenir, il est important de réagir maintenant non seulement pour nous mais aussi pour les autres.
Le tout est basé sur des chiffres scientifiques, se qui permet une vraie construction de votre article et cela permet un meilleur impact.

Bravo à vous !
Alix Bouillet

C’est un article très révélateur. Les chiffres sont des signaux d’alarme ! Ils permettent de se rendre compte du changement climatique de la planète Terre au jour d’aujourd’hui. J’ai beaucoup aimé votre article car il est bref en soi et va directement à l’essentiel avec beaucoup de chiffres mais les hyperliens permettent d’approfondir sa lecture et ses connaissances. Beau travail !
Collin Flavie

Tout d’abord, j’adore votre titre qui interpelle le lecteur.
Votre article est facile à lire et a comprendre, il est très interessant et j’ai appris beaucoup de choses.
Si je devais y mettre une objection, je dirais qu’il manque un paragraphe proposant une solution afin d’éviter dans les prochaines années une pénurie d’eau.
Bravo
Léa Dal-Ponte

Tout d’abord, votre titre est pertinent, accrocheur et donne tout de suite envie de cliquer sur votre article et de le lire. De plus, je trouve que votre sujet est d’actualité et qu’il n’est pas souvent traité sur internet, on entend pas beaucoup parler des inégalités à propos de la consommation de l’eau: c’est donc une très bonne idée d’avoir rédigé un article sur ce sujet. Votre blog est très bien rédigé cependant j’aurais peut-être rajouté une ou deux photos pour illustrer votre propos afin que le texte soit plus aérée. Pour finir, ce blog est un très bon travail, bravo à vous !
FONTAINE Léna

Tout d’abord, j’adore votre titre qui interpelle le lecteur.
Votre article est facile à lire et à comprendre, il est très interessant et j’ai appris beaucoup de choses.
Si je devais y mettre une objection, je dirais qu’il manque un paragraphe proposant des solutions afin d’éviter dans les prochaines années une pénurie d’eau
Bravo
Léa Dal-Ponte

Répondre à CIANCIOLO Léa Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.