Quand le corps va tout va !


Au jour d’aujourd’hui le sport a pris une place importante dans la vie de l’homme. Lorsque nous parlons de bonheur, nous pensons au bien-être, et il nous paraît évidement de parler de la condition physique. Le bien-être est un état qui est atteint lorsque les besoins du corps sont satisfait. Plusieurs slogans se servent de cette image, comme par exemple « Bien dans ton assiette bien dans tes baskets ». Nous pensons que le sport fait partie intégrante du bonheur, comme nous allons vous l’expliquer.


 

 


Une activité physique régulière non intense à des bienfaits pour l’Homme.

Le sport nous procure de la satisfaction, un épanouissement personnel.

Il agit physiquement mais également sur le mental, c’est ce que nous démontre le document du CNRS de Bernard Andrieu. D’après cet article, le sport de performance, le culte du corps parfait n’est plus au goût du jour, puisqu’il est apparut dans les années 1980-1990. Depuis les années 2000, de nouvelles pratiques sportives dites sensoriels font leurs apparitions. C’est dernières sont orientées vers la quête du bonheur et du bien-être, comme le shiatsu, taï-chi, ou encore le yoga. Elles sont reconnues pour détendre le corps, et avoir un esprit zen… Continuer la lecture

Le bonheur est-il dans l’assiette ?

https://c1.staticflickr.com/9/8630/15667978593_b209930ae9_b.jpg

https://c1.staticflickr.com/9/8630/15667978593_b209930ae9_b.jpg

 

Se nourrir est un besoin vital, naturel. Jusqu’au siècle dernier, se nourrir chaque jour était la première préoccupation de l’humanité. On mangeait ce dont on avait besoin pour apaiser sa faim et la manière que chacun avait de produire, répartir, préparer, manger les aliments, était un facteur de cohésion interne et de distinction des sociétés entre elles.

De nos jours on associerait plus le fait de manger à une expérience de plaisir facilement renouvelable et régulièrement renouvelée. L’alimentation serait ainsi devenue un plaisir rapide, individualisé. Continuer la lecture

Nos soirées étudiantes

Nos soirées sont des événements importants pour chacun d’entre nous. Cela permet de nous rassembler, de danser, de parler entre nous, de se retrouver, de rigoler donc de passer du bon temps ensemble sans forcément abuser de substances illicites et autres. J’ai étudié ces soirées et je me suis posée la question : « Dans quelle mesure les soirées étudiantes contribuent-elles au bonheur des jeunes ? »

Les différents comportements

On est tous déjà aller en soirées, on a tous plus ou moins aidé des copains dans le mal, on a tous vu des jeunes boire plusieurs verres et ensuite s’attaquer à la bouteille et d’autres jeunes qui n’acceptent pas les verres qu’on leur propose, je me suis penchée sur ces différents cas. Il y a des personnes qui sont appelées des buveurs excessifs (qui ne savent pas leurs limites et qui veulent toujours aller plus loin) et d’autres qui vont boire deux trois verres (histoire de faire comme tout le monde mais elles connaissent leurs limites et savent s’arrêter) ce sont des buveurs occasionnels.

Il y a plusieurs cas de figures pour les personnes qui ne boivent pas comme l’a écrit Micheline Claudon alcoologue spécialisée. En effet, les jeunes peuvent ne pas boire à cause de leur génétique comme les asiatiques qui ne métabolisent pas l’alcool. D’autres n’ont médicalement plus le droit de boire de l’alcool car ils ont trop bu depuis le plus jeune âge et sont dégoûtés ou interdits d’alcool. Enfin, d’autres personnes n’ont tout simplement pas envie de boire de l’alcool à cause de l’effet que cela peut produire, de peur de leur réaction physique. D’autres encore ne ressentent pas le besoin de boire de l’alcool pour s’amuser et n’en voient pas l’utilité.

Les personnes buveurs d’alcool peuvent être classées en deux catégories. En effet, il y a des personnes qui boivent qu’en soirées car elles en ressentent le besoin, pour justement mieux s’amuser (ce qui peut amener aux trous noirs s’ils en abusent de trop). Et d’autres qui boivent souvent pour oublier leurs problèmes, qui se noient dans leur malheur car ils ont la sensation de bonheur en sortant la tête du trou, même si ce n’est pas vraiment le cas mais juste une illusion. L’alcool n’est pas le seul moyen pour arriver à un monde merveilleux, il y a aussi la drogue. C’est illégal mais si nous cherchons bien, on arrive tous à s’en procurer facilement. On sait tous que c’est dangereux et pourtant beaucoup d’entre nous en consomment.

201314_consommation_alcool_france Continuer la lecture

Pour des enfants heureux

Une famille : tout le monde en a une. Elle est un ensemble de personnes unis par un lien de parenté ou d’alliance. Une famille recherche en elle l’harmonie parfaite. Cependant, ceci n’est pas une mince affaire, elle est parfois sujette à de pénibles événements qui nuisent au bonheur de chacun. Nous nous sommes alors posé la question : « En quoi la conception du bonheur varie-t-elle en fonction de l’environnement familial ? ».

Le couple

L’amour de… :

Avant de fonder une famille, il est préférable que le futur parent soie imprégné d’un bien-être personnel qu’il partage aussi avec son compagnon. De nombreuses enquêtes menés à ce sujet montrent que c’est en effet toujours l’amour qui revient en premier comme ingrédient du bonheur. Le cœur arrive en premier dans toutes les enquêtes, de 7 à 77 ans. D’ ailleurs selon Flora Groult, « l’amour est à la base de tout ».   » L’amour de… » (Essai)

« Entretenir »  son couple avec des choses très simples, comme des échanges marqués d’écoute et de sensibilité permet de le faire durer. Un couple qui dur associe à la fois passion, engagement et intimité. A savoir qu’un bon soutien social vaut mieux qu’un psy !

« Aimer et être aimé, ça ne nous tombe pas dessus, ça se cultive, ça s’apprend ». ( La famille une valeur sûr J.Lecomte ) http://www.scienceshumaines.com/la-famille-une-valeur-sure-entretien-avec-jacques-lecomte_fr_32753.html
Continuer la lecture

Le bonheur lors de l’adolescence …

Alors que les citoyens de demain sont nos adolescents d’aujourd’hui, que l’on observe de plus en plus en plus de problèmes chez les adolescents et qu’ils prennent de plus en plus de place dans notre société, les professionnels de la psychologie, de l’économie et d’autres encore s’intéressent davantage au fil du temps à nos adolescents et à leur bonheur.

Il est donc légitime de se demander : En quoi le bonheur des adolescents est-il une préoccupation majeure pour toute la société?

Teens sharing earphones, listening music outdoor. Summer time. Image is captured in 12 bit RAW and processed in Adobe RGB color space.    Image disponible sur : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Teens_sharing_a_song.jpg

 

I / La vision de la société sur l’adolescence/les adolescents d’aujourd’hui

Commençons d’abord par traiter de nos adolescents, l’adolescence est une période de la vie qui peut s’avérer difficile chez certaines personnes, physiologiquement parlant c’est tout un tas de phénomènes qui se produisent avec pour effet visible les poils qui apparaissent, l’acné, les règles et on passe, tout ceci a un impact sur le mental, d’ailleurs psychologiquement cela reste complexe. Lors de cette période l’adolescent se découvre, veut faire sa place dans cette communauté qu’est les adolescents. Pour cela l’adolescent va user de tout un panel de « stratagèmes » pour s’intégrer et parmi ceux-ci : les vêtements de marques et plus généralement les marques. Et oui maintenant pour s’intégrer il faut ressembler aux autres afin de ne pas se faire rejeter à cause de son apparence et c’est là qu’interviennent les marques ! Les marques permettent aux jeunes de ressembler à leurs pairs permettant ainsi de ne pas être exclus de leur communauté en plus de cela les marque peuvent aussi renforcer l’estime de soi. La mode permet de se forger une identité propre à soi et de faire sortir l’adulte qui est en lui. Continuer la lecture